Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





lundi 24 janvier 2011

Destroyer Zumwalt : futur Dreadnought de la construction navale militaire ?


© Inconnu.
Ce billet annonce celui sur le Swordship1 de DCNS.

A "destroyer" ? A cruiser... ? A Battleship !

Il est curieux que ce navire2 soit classé comme "destroyer" alors qu'il a tout les talents pour être au moins un croiseur ! Deux tourelles de 155mm AGS3, 80 missiles et deux canons AA de 57mm, le tout porté par une coque de plus de 14 000 tonnes... ! L'armement, le tonnage, la taille (185m) me font dire que c'est un peu lourd pour un destroyer. Hervé Coutau-Bégarie dit dans son livre Le désarmement naval qu'on n'a pas vu beaucoup de croiseur de 40 000 tonnes, en référence au passage des porte-aéronefs soviétiques dans les détroits turques. Mais, il pourrait tout aussi bien dire qu'on a vu beaucoup de croiseur de 14 000 tonnes ! En France aussi, on en a eu de belles séries.

Le fameux destroyer qui valait trois milliards est destiné à remplacer les croiseurs de l'US Navy et les cuirassés de la classe Iowa4.  Il doit donc pouvoir mener des actions AVT et l'architecture du navire doit lui permettre de survivre en s'approchant d'un littoral hostile. Le terme d'approche est un peu fort puisque ses canons auront une portée de160 à 180km.

LCS's protector ?

J'avais soumis à votre lecture une publication5 du blog de l'US Naval Institute. Celui-ci affirmait que le Littoral Combat Ship (LCS) ne pouvait survivre dans un environnement hostile. La raison d'être du Zumwalt est peut être donc de pouvoir opérer dans ces zones, en protégeant éventuellement les LCS. La fonction essentielle de ces derniers revenant donc à "nettoyer" l'environnement des Zumwalt de la présence des mines et des menaces prodiguées par des embarcations légères. Néanmoins, les modules du LCS ne sont pas encore tout à fait au point...

Le rôle du Zumwalt pourraît s'apparenter à celui d'un cuirassé en mission d'action vers la terre : être le navire qui a la "protection" (passive, la furtivité ici) la plus lourde afin de pouvoir opérer dans les zones maritimes ou littorales les plus dangereuses pour une escadre.

Welcome to USS Dreadnought ?

Autre chose qui pourrait donner envie de qualifier le Zumwalt de cuirassé c'est le fait que ce soit le seul navire avec une telle architecture qui soit en construction. Celle-ci est onéreuse, certes, mais rien ne dit que son coût ne sera pas rationalisé... ou pas.

Mais, s'il entraîne une rupture dans les technologies navales, alors, il pourrait forcer les autres marines à s'aligner si elles veulent compter afin de disposer de destroyers, croiseurs ou cuirassés aptent à remplir les mêmes capacités que le navire américain.

Ainsi, il pourraît entraîner une  rupture "historique" aussi importante que celle du HMS Dreadnought au début du XXe siècle.


1 " Architecture navale : le Swordship de DCNS", fauteuil de Colbert, 22 janvier 2011.
2 "Le DDG 1000 de l'US Navy", Mer et Marine, 4 mai 2007.
3 "AGS : L'artillerie navale de demain", Mer et Marine, 18 juillet 2005.
4 "US Navy : Le cuirassé USS Missouri : en cale sèche à Pearl Harbour", Mer et Marine, 23 novembre 2009.
5 "The LCS is not expected to be survivable in a hostile combat environment…", blog de l'US Naval Institute.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire