Facebook

Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





samedi 30 avril 2011

Des cuirassés anti-aérien ?


© "1940 - Et si la France avait continué la guerre ?Porte-avions Jean Bart.

A plusieurs reprises, nous avons eu l'occasion d'explorer les matériels qui constituent, constitueront ou constituaient la composante anti-aérienne de la Flotte depuis 1945. Si cette branche de nos capacités n'a pas été la plus fournie en navires, il faut dire que, par contre, les possibilités de choix ont été très riches.
A la sortie de la deuxième guerre mondiale, la France se retrouve avec une Flotte plus qu'hétérogène (et une césure entre FNFL et Marine de l'Armistice) et des installations à terre... au ras des paquerettes. Il faut donc relancer la constitution de la Marine. C'est une situation qui n'est pas sans rappeller celle de l'après-Grande guerre (où les constructions avaient été stoppées pendant toute la durée du conflit). A plusieurs reprises, j'ai signalé le fait que ce mouvement du renouveau portera une belle Flotte de la IVe République.

Il y a eu naturellement des choix à faire pour protéger les évolutions des escadres de la menace aérienne. A priori, le danger va être pris au sérieux puisque les unités anti-aérienne vont faire partie des priorités. Cependant, dans les faits, les leçons de la seconde guerre mondiale ne seront pas tout de suite transcrites.

La France sort, notamment, avec deux cuirassés à terminer ou réparer : les Richelieu et Jean-Bart... et la coque du Clemenceau. Le croiseur De Grasse est sur cale depuis 1937, il est le premier d'une série de trois croiseurs qui succède à la classe Gloire. Il y a et il y aura des escorteurs d'escadre affectés à la défense aérienne de la Flotte, mais la Marine a besoin de navire plus lourds pour ce rôle, pour affronter ou encaisser la menace. Déjà, il se dessine le besoin d'unités spécialisées et plus lourdes ainsi que de navires plus légers et ayant des capacités primaires de défense anti-aérienne.

Dans la chronologie des choix, il faut signaler que la chapelle du canon aura encore une place assez importante puisque l'avènement du missile anti-aérien ne se fera que dans la fin des années 50 (environ). Ce sont les croiseurs lance-missiles de la classe Suffren qui constitueront la forme moderne de défense aérienne de la Flotte. Mais d'ici le lancdement de cette classe, il fallait trancher le débat entre des croiseurs, ou des cuirassés.

Il y a eu un ensemble très complexe de facteurs qui ont conduit la Marine à conserver ses deux cuirassés modernes et qui avaient un potentiel pour durer jusqu'au début des années 70. Au sortir de la seconde guerre mondiale, le cuirassé était encore un capitalship. Bon nombre de marins se sont interrogés sur sa place dans la Flotte mais, malheureusement pour eux, leur rôle n'a pu être véritablement définie.


Cependant, certains ont tenté de les proposer comme unité anti-aérienne. Les défenseurs des citadelles d'acier soulevaient le fait que les navires existaient. Ce n'était pas un mince argument puisque le Jean Bart a été terminé car cette opération n'était pas si couteuse vu le prix d'un cuirassé neuf. Le but de la proposition est aussi de donner un rôle à ces navires pour les converver. Ce n'est pas si exagéré puisque dans cette mission, et avec des armements modernes, le cuirassé n'aurait plus besoin d'un équipage aussi nombreux. Le prestige de ces unités, toujours vivace au sortir de la guerre, rejaillirait sur la Flotte. Pis, ce serait un rôle plus utile que de s'en servir comme une simple école de cannonage. Dans ce dernier rôle, c'est peut être un gouffre financier. Dans les autres rôles précités, c'est prendre le même chemin que ce qu'a fait l'US Navy avec les Iowa. L'avantage d'avoir une division de trois cuirassés, c'est qu'il suffit d'un, de quelques escorteurs pour en faire une escadre et mobiliser des moyens enemis.

D'un autre côté, on soutenait que des croiseurs AA de la classe du De Grasse serait bien moins couteux en hommes, carburants et en entretien. Ce n'était pas faux, même si les différences entre les deux catégories de navires n'étaient pas si grandes puisqu'un croiseur Colbert c'est tout de même 1000 personnes (environ) dans les années 50 quand l'équipage du cuirassé Jean Bart oscille entre 1000 et 1280 personnes.

Paradoxalement, alors que je suis enclin à une Flotte nombreuse, j'aurais peut être choisie les cuirassés puisque, si l'on considère que la guerre amphibie est devenue un art maîtrisable, alors les canons de 380mm d'un cuirassé ne seraient pas du luxe. Il a été dit qu'un bombardement du Caire par le Jean Bart aurait eu un très grand impact psychologique sur les égyptiens... mais c'est sujet à débat. Pis, il aurait peut être mieux valu de posséder trois grands cuirassés en activité et affecter à la défense AA de la Flotte plutôt que de s'en servir comme navire-école. Dans ce dernier rôle, le surpplus de dépenses devait être affreux.

En définitive, les crédits budgétaires dépensés pour la construction des deux croiseurs auraient peut être dû plutôt servir à terminer les Jean Bart et Clemenceau.

Ou peut être que, et l'Amiral Barjot l'a peut être écrit, la meilleur manière de défendre la Flotte contre la menace aérienne... c'est de propager la menace aérienne à son profit avec des porte-avions.

Au final, ce sont les croiseurs de la classe Suffren qui ont tranché le débat. Ils n'ont été que deux, mais ils étaient accompagnés du Colbert et d'escorteurs d'escadre AA. Le format AA de la Flotte était à plus de 4 unités AA. Cependant, un croiseur Suffren c'est 350 hommes quand le Colbert en nécessitait 500 en version lance-missiles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire