Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





vendredi 27 janvier 2012

Défense : quid d'une Ecosse indépendante après 2014 ?

© Defence Images. Le HMS Vanguard de retour d'une patrouille à Faslane, en compagnie du HMS Dragon (Type 45).


Inauguration de l'intégration du Fauteuil à l'AGS : un premier billet ! Le baptême du nouveau vaisseaux de l'escadre Alliance Géostratégique sent encore bon la tourbe d'Islay. Le choix de la bouteille était particulièrement bon puisque Mars Attaque s'est intéressé aux conséquences d'une éventuelle indépendance écossaise, et j'ai collaboré avec plaisir à sa réflexion (pour quelle partie, on se demande !). 

La tenue d’un referendum sur l’indépendance de l’Écosse est un vieux serpent de mer, qui aujourd’hui pourrait se concrétiser à l’automne 2014. En effet, c’est une promesse électorale de l’actuel Premier ministre Alex Salmond et de son parti, le Scottish National Party (SNP). Or ce dernier a obtenu la majorité (69 sur 129 sièges) au Parlement en mai 2011.

Encore faut-il que les arrangements législatifs le permettent, qu’un accord soit trouvé avec le Premier ministre du Royaume-Uni (qui pousse actuellement pour que le résultat soit contraignant et non consultatif pour trancher une bonne fois pour toute), que les termes (indépendance totale ou partielle, dévolution, etc.) de la question soient définis, etc.

Si aujourd’hui, l’indépendance reste une hypothèse, il est intéressant (et plaisant) de se pencher sur une telle éventualité et d’étudier les conséquences possibles pour la future Défense écossaise et la Défense britannique. La Défense étant l’un des domaines non couverts par les pouvoirs étendus accordés au Parlement écossais depuis 1998.

L’aide des « vieux régiments » en kilts et pas mal de questions…

Dans le projet de Salmond, la composante Terre des futures forces armées écossaises sera composée de quelques 6500 militaires d’active, en particulier à partir de quelques régiments historiques de l’armée de Terre britannique ayant une connotation écossaise. Ils formeront ainsi une brigade légère mécanisée en s’appuyant en particulier sur les Scots Guards, les Royal Scots Dragoon Guards et le Royal Regiment of Scotland. De plus, un nombre encore non déterminé de réservistes apporteront un peu de nombre et de muscle à cette composante.

Ces propositions ont été reçues assez froidement, c’est peu de le dire, par plusieurs anciens cadres de l’armée de Terre britannique (dont certains ont d’ailleurs commandé ces mythiques unités). Certains parlent ainsi de « la garde personnelle de Salmond » ou d’une future « milice du tiers-monde ». En plus, ils rappellent que cette future armée n’aura pas la capacité d’avoir des centres de formation autonomes et dépendra donc toujours de Sandhurst, et que de nombreuses autres capacités (en particiulier logistiques) seront non soutenables.

L’autre argument choc (ou plutôt crainte) des « anti-indépendance » est surtout de préserver la cohérence de l’outil de combat britannique, alors même que ce dernier est taillé « au plus juste ». On parle d’un niveau comparable à celui de la guerre de Crimée. Ainsi, et toujours dans l’hypothèse que l’indépendance l’emporte, un système de « pooling and sharing » verra peut être le jour : une mise en commun des capacités avec des restrictions d’emploi (en particulier quant à certains déploiements) décidées par le futur gouvernement écossais.

Face à cela, Salmond s’accroche et rétorque que la dernière révision stratégique SDSR le conforte plus qu’autres choses. En effet, un modèle basé sur cinq brigades multi-roles, dont l’une stationnée en Écosse (avec le renfort d’effectifs de retour d’Allemagne), devrait voir le jour. Pile comme son projet… Et face aux critiques, ils rétorquent que les militaires qui serviront dans les régiments concernés, auront le choix d’y rester ou non. Un peu comme pour les autres troupes du Commonwealth lors de leur prise d’indépendance respective.

Hic (effet whisky écossais) pour les sous-marins de la Royal Navy

L’indépendance de l’Écosse créerait un problème lourd pour Londres et tout dépendra de la méthode de partage, et de ce que Londres souhaitera bien céder. Il paraît difficile d’imaginer Westminster abandonner à l’Écosse ses vaisseaux qui y sont actuellement stationnés : frégates Type 23, destroyer Type 45 ou même SNLE (sous-marin nucléaire lanceur d’engins). La concession londonienne n’irait certainement pas plus loin que le patrouilleur hauturier.

Premièrement, c’est à Faslane, au Nord des terres tourbées écossaises, que se situe le repaire des SNLE anglais de classe Vanguard. « You wouldn’t have to have the biggest concentration of nuclear weapons in Western Europe situated in Scotland » dixit le chef du SNP. Pour qui se souvient de l’ampleur du chantier de l’Ile Longue (alors le premier chantier d’Europe), ce ne serait pas une maigre perte. Des équipements essentiels, en particulier de R&D seraient perdus (Vulcan naval reactor test establishment ou les systèmes d’essai des cœurs nucléaires).

Quelle nouvelle base alors pour les sous-marins britanniques ? Portsmouth est évoqué, mais bizarrement pas Brest. Remarque légère, mais c’est néanmoins la base de SNLE la plus proche. Ce serait l’occasion d’illustrer avec force la coopération franco-anglaise. Mais la partie américaine, liée aux Anglais par les accords de Nassau (1964) risquerait de ne pas apprécier : la majeure partie des technologies-clefs de ces SNLE, les missiles, réacteurs et les têtes sont d’origine (et/ou de conception) américaine. En outre, la base de Faslane devait également devenir la base des nouveaux SNA anglais (les Astute) : à Londres de trouver une solution de rechange pour au moins 10 ou 11 navires (3/4 SNLE et 6/7 Astute en 2020).

L’équation navale écossaise, en comparaison, semble terriblement plus simple puisqu’il s’agirait de faire de la police maritime et administrative dans la zone économique exclusive. Edimbourg devra investir pour constituer une flottille de patrouilleurs côtiers et hauturiers. Les coûts d’achat et d’entretien des patrouilleurs sont très faibles par rapport à un navire de guerre. Ainsi, par exemple, la Marine canadienne prévoit de renouveler sa flotte pour 35 milliards de $… dont deux pour 116 patrouilleurs (de toutes tailles, certes).

Ces navires peuvent voir leur valeur dissuasive rehaussée grâce à une pièce d’artillerie ou des missiles anti-navires, à l’image des frégates de surveillance de classe Floréal. La construction locale n’est pas à exclure tant qu’il existe des chantiers navals capables de construire des « gros » navires de pêche et des unités offshore et logistiques selon le design-type « UT ». Le problème sera plutôt humain puisqu’il faudra aux Écossais constituer quelques administrations, et trouver les hommes pour armer les navires.

Le modèle de l’Ecosse pour la défense de ses ressources « offshore » pourrait très certainement être la Norvège : « la protection des plates-formes pétrolières a ainsi été au cœur du processus de mise en place de ces unités [le ForsvaretsSpesialkommando ou FSK norvégien] » (cf. DSI n°76 / décembre 2011). Si un partenariat avec la Norvège serait l’idéal, l’éventuelle récupération de tout ou une partie de la « Royal Marines Reserve Scotland » serait vraiment un très bon point de départ pour ces unités spécialisées aptes à intervenir sur les plates-formes offshore.

Enfin, il n’est pas certain que le sauvetage en mer et l’assistance hauturière repose sur le nouvel État puisque, face aux difficultés budgétaires, Londres retire ses grands remorqueurs du Pas-de-Calais et souhaite externaliser ses services, ainsi que le SAR (Search and Rescue).

Une armée de l’Air ? Selon ce qu’il reste dans les caisses…

Le SNP s’était battu lors de la SDSR pour la conservation de trois bases aériennes en Écosse (Lossiemouth avec des Tornado, Kinloss pour la patrouille maritime, et Leuchars pour la permanence aérienne). Dans le plan de Salmond, une base devrait suffire. Le sauvetage en mer et la surveillance maritime seraient entièrement externalisés.

Il est louable que le pays des Scots veuille une force terrestre indépendante, c’est la base. Il est louable et nécessaire que ce même pays puisse avoir une force de défense côtière reposant sur des patrouilleurs hauturiers et une ou des unités spécialisées pour le secours en mer et la défense des plateformes pétrolières.

Mais il est plus discutable d’acquérir un escadron d’Eurofighter Typhoon (on parle d’une vingtaine d’appareils). D’une part, ce genre d’achat provoque de grands débats à peu près similaire sur le plan des quantités en Suisse (Gripen) et en Autriche (Eurofighter). D’une autre, il faudrait que les Scots puissent supporter les coûts opérationnels de ces machines, coûts qui sont supérieurs à ceux du Rafale, par exemple.

Alors, pour justifier un tel maintien, il faudrait que le nouveau pouvoir politique écossais trouver un adversaire : Londres ? Ou les Russes ? L’activité récurrente et continue des bombardiers stratégiques russes au large de l’Écosse pourrait être l’un des arguments nécessitant cet effort budgétaire dans le domaine aérien.

Aux adversaires qui disent que les questions de coûts seront centraux, les partisans de l’indépendance répondent immanquablement que selon l’étude d’un membre émminent du RUSI (think-tank pas vraiment porté sur l’éclatement des joyaux de la Couronne…), une telle structure de forces (Air, mais aussi Terre et Mer) reviendrait à 2,2 milliards de £ par an soit moins que les 3 milliards payés chaque année par les contribuables écossais. Et toc !

Au final, plausible ou non ?

Bien joli, tout ça, mais selon de sacro-saints sondages, aujourd’hui entre 29% et 40% des Écossais sondés sont favorables à une indépendance (les Anglais sont par exemple plus nombreux à souhaiter l’indépendance de l’Écosse). Et bien que cette tendance soit en hausse, elle reste encore minoritaire en valeur relative et absolue face aux 50 à 60% de sondés défavorables à un tel nouveau statut. Réponse définitive dans 1 an et demi ?

Et cela, sans oublier d’autres questions pas moins existentielles pour le futur État : quid de sa place dans l’OTAN ? quelle monnaie ? et même qui des deux pandas du zoo d’Édimbourg se demande la BBC ?


F. de St V. / Mars Attaque & Le marquis de Seignelay / Le Fauteuil de Colbert

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire