Facebook

Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





mercredi 27 juin 2012

Rafale M techniquement opérable en STOBAR : message pour Londres ? Suez inversé ?

© Alvis 3.1.
Il y a toujours des passionnés qui ne passent pas à côté de quelques détails concernant les programmes d'armements, surtout quand une information peut influencer considérablement la façon d'apprécier une situation et ses perspectives. Ainsi, le Portail des passionnés de l'Aviation relataient le 19 juin 2012 les tribulations du Rafale M STOBAR : "La maison Dassault a par ailleurs étudié l’emploi du Rafale à partir de navires dotés de tremplins, avec des performances d’emport forcément diminuées par rapport à l’utilisation d’une catapulte, et dépendant aussi du vent relatif créé par la vitesse de déplacement du navire ainsi que de la longueur du pont utilisé pour le décollage. Bien évidemment, les performances en questions restent du domaine du confidentiel. Il me semble même qu’à la fin des années 1980, celui qui devait être nommé le porte avion Richelieu (et qui deviendra Charles de Gaule) avait été étudié avec la possibilité de lui adjoindre un tremplin en lieu et place des catapultes".


mercredi 6 juin 2012

Vers un "Carrier on board Delivery" multi-missions pour le Groupe Aérien Embarqué ?


© Jason Scarborough - U.S. Navy. Un C-2 Greyhound à bord du porte-avions Charles de Gaulle pendant la guerre en Libye.
L'un des trésors actuels de la Marine nationale, c'est son groupe aéronaval. En effet, et on ne se lassera pas de le dire pendant encore 10 ou 20 ans, la France est la seule marine au monde, avec l'US Navy, à être capable de mettre en oeuvre un ou des porte-avions. Toutes les autres marines, à l'heure actuelle, et jusqu'à preuve du contraire, mettent en oeuvre, tout au mieux, des porte-aéronefs.

lundi 4 juin 2012

Avant-projet d'un croiseur à propulsion nucléaire pour la Marine nationale



© Inconnu. CVN-65 Enterprise, CGN-9 Long Beach and DLGN-25 Bainbridge during Operation Sea Orbit 1964.
 La Marine nationale devait se reconstituer après la seconde guerre mondiale. Comme croiseur, il ne restait plus que les Gloire, Montcalm et Georges Leygues. La coque du croiseur De Grasse avait été retrouvée en assez bon état à la Libération. Avant l'éclatement du conflit, ils étaient 18 unités. Les survivants étaient autant usés par la guerre qu'ils étaient devenus obsolètes.