Facebook

Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





jeudi 12 juillet 2012

2012-2020 : le système Harfang doit-il être repris par une unité commune Aéronavale/ALAT ?


© Inconnu.

Il y a deux choses qui doivent conduire à considérer, d'une part, ce qu'il adviendra du système Harfang, et d'autre part, si une base mobile pouvait lui permettre de gommer une partie de ses obsolescences actuelles, comme celles qui sont liées à son autonomie trop légère par rapport à des drones MALE plus lourds.

Premièrement, il peut être bon de glisser quelques pistes sur l'origine du programme SIDM (Système Intérimaire de Drones MALE). Ce système devait être l'école d'apprentissage, aussi bien pour les opérationnels que pour l'industriel retenu dans le cadre du programme EuroMALE. Ce programme lancé en 2002 ou 2004 en France avait donc deux volets :
  • le système intérimaire,
  • et un futur "drone MALE durable".
Le premier devait quitter le service en 2010, année où le second devait lui prendre son service. Ce qui s'est plutôt passé, c'est que le système intérimaire a pris son service en 2010 et que le drone MALE durable a connu quelques viscitudes. Le SIDM emprunte la plateforme israélienne Eagle One et l'EuroMALE devait emprunter Eagle 2 : le Héron TP. A l'heure actuelle, la seule chose qui change c'est que ce drone israélien ne doit plus devenir la base du système EuroMALE mais bien servir de base à un second système intérimaire. Celui-ci disposerait de tout ou partie des capacités visées par EuroMALE. L'autre nouveauté, c'est l'entrée en piste d'un compétiteur américain, le Reaper de General Dynamics, pour ce SDIM 2.

Deuxièmement, le système Harfang n'était qu'une sorte de laboratoire volant qui n'avait pas pour vocation à devenir une capacité opérationnelle de l'Armée de l'Air au service des Armées. Force est de constater que ce soit au-dessus du sol national, en Afghanistan et en Libye, ce système a pu devenir opérationnel et rendre de grands services :
  • "Pourtant, plus de deux ans après sa mise en service, les chiffres parlent d'eux-mêmes: plus de 6.000 heures de vol ont été accumulées par les quatre vecteurs aériens Harfang, dont une écrasante majorité en zone de conflit. Déployé en Afghanistan, sur la base de Bagram, depuis février 2009, le Harfang y aurait accumulé pas moins de 4.250 heures de vol au cours de 511 missions. Ces chiffres, arrêtés au 18 septembre, ont été révélés mercredi par Cassidian, la division d'EADS responsable du programme". 
  • "Opérationnel depuis le 24 août sur la base sicilienne de Sigonella, le Harfang participe régulièrement à la surveillance du territoire libyen. L'unique vecteur déployé en Sicile a réalisé 11 missions en date du 18 septembre, accumulant ainsi 179 heures de vol. Du 18 au 27 mai dernier, un drone a également participé, depuis la base aérienne 105 d'Evreux , à la surveillance du G8 de Deauville - évènement au cours duquel 62 heures de vol ont été réalisées". 

Troisièmement, il y a ce premier système intérimaire qui, en l'état actuel des choses et des décisions, ne risque pas de demeurer en service car son contrat de MCO (Maintient en Condition Opérationnelle) arrive à échéance en 2013.

Quatrièmement, le système Harfang serait trop court sur patte. Par exemple, le numéro 26 de "Penser les Ailes Françaises" du CESA (Centre d'Etudes Stratégiques Aérospatiales) transpose les actes du colloque du 2 mai 2011 : "Du drone armé à l'UCAV : évolution ou rupture ?". Page 136 de la revue, il est possible de lire le témoignage du sénateur Jacques Gautier, membre de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces Armées du Sénat. Le sénateur s'attache à présenter, en 2011, les avantages et inconvénients des deux solutions d'alors pour prendre la suite du système Harfang : soit ce qu'il nommait le "Harfang NG", soit le Reaper. Il est à noter que la solution de la francisation du Héron TP/Eagle 2/Volitgeur par Dassault Aviation n'était pas encore dans l'air. Ce qui est très intéressant, c'est le graphique proposée par le sénateur Gautier. Une tentative de reproduction de ce graphique vous est proposé :

Harfang-Reaper-Libye.png© Fonds de carte "Google maps". Remplissage le Fauteuil de Colbert.

Le sénateur nous permettait donc de vérifier qu'un drone de la classe des 4 tonnes (Reaper) avait manifestement une autonomie supérieure à un autre qui est de la classe des 1 tonne (Harfang).

Ce qui est parfaitement surprenant, c'est qu'il n'y aurait qu'à liquider l'expérience du système Harfang, notamment car il a une autonomie trop faible... Alors que ce graphique contient de manière implicite l'une des solutions possibles pour éviter de dilapider ce capital, sans même le passer par pertes et profits ! Quelle est l'une des caractéristiques majeures de l'opération Harmattan ? C'est que pendant cette opération militaire française, toute la puissance aérienne française est intervenue : Armée de l'Air, Aviation navale et Aviation Légère de l'Armée de Terre. Cette dernière est exclusivement intervenue depuis les Bâtiments de Projection et de Commandement (BPC) Mistral et Tonnerre de la Marine nationale. Est-ce que les seules voilures tournantes de l'ALAT devraient intervenir depuis les ponts d'envol des BPC ?

Il y aurait deux manières de répondre au manque d'autonomie du système Harfang :
  • le ravitailler en vol via un aéronef ayant un profil de vol compatible avec le drone,
  • le déployer au plus près du théâtre, comme par exemple depuis un BPC.
Ces deux solutions imposent le recours à un programme d'études amonts et des études opérationnelles et technico-opérationnelles. Le ravitaillement aérien des drones aériens s'imposera comme une technique à maîtriser dans la mesure de leur prolifération au sein des Armées. Mais la faculté d'opérer des drones à voilure fixe à bord des ponts plats de la Marine nationale semble être une priorité primaire par rapport à l'autre capacité qui ne peut être que secondaire (ne pas mettre la charrue avant les boeufs : d'abord les drones, après les interactions entre aéronefs).

Le développement des solutions permettant d'opérer des drones à voilure tournante à bord des navires de la Marine est en cours. Il y a premièrement le drone école Camcopter S-100 de Schiebel qui a été le premier hélidrone à opérer automatiquement depuis un navire, la frégate Montcalm en l'occurence, en 2008 : c'était une première mondiale, ce qui démontrer que les retards constatés dans la maîtrise et le développement de systèmes de drones est tout sauf une fatalité. Mais il y aussi les essais et études (programme D2AD) de la DGA et de Thales avec le drone américain AH-6U qui se déroulent actuellement aux Etats-Unis, comme travaux préalables au programme SDAM.

La Marine est donc particulièrement en pointe dans la matière des drones à voilure tournante. La prochaine étape, ce sont les drones à voilure fixe car les avantages (qui surpasseraient les inconvénients) accordés aux drones MALE et UCAV imposent de réfléchir à leur utilisation par et depuis des plateformes navales. 

Dans cette optique, il y a deux ou trois grands avantages à extirper de la situation actuelle :
  • il y a un système de drones MALE, le système Harfang, qui va être abandonné par son actuel utilisateur... si quelque chose d'autre -qu'une prolongation et modernisation de ce système- est obtenue. C'est un système école, il a vocation à le demeurer.
  • Il y a les travaux de l'industriel Sagem en matière de drone MALE, le Patroller, dont les derniers développements pour dotés cet engin de capacités de surveillance maritime.
  • La coopération franco-américaine en matière de drones, par exemple, semble excellente, et il y a les travaux en cours de réalisation sur le drone X-47B pour qu'ils puissent réussir à apponter et être catapulté depuis le porte-avions Theodore Roosevelt
Il ne serait pas illogique que le système Harfang puisse servir dans les prochaines années à préparer l'un ou l'autre des deux systèmes de drones pressentis pour devenir essentiels aux Armées (les MALE et UCAV).

Le programme SDAM (Système de Drone Aérien de la Marine) est la déclinaison navale du programme mené plus ou moins conjointement avec l'Armée de Terre (Système de Drone Tactique). A l'heure actuelle, l'Armée de Terre priviligierait plutôt le développement d'un nouveau drone tactique à voilure fixe pour remplacer les SDTI : l'heureux élu serait le Watchkeeper de Thales. Ce drone serait acquis dans le prolongement de l'acquisition anglaise, afin d'avoir quelques éléments d'interopérabilités avec la British Army en vue de la création d'une force expéditionnaire franco-anglaise (traités du 2 novembre 2010).

Alors, ne serait-il pas d'un grand bénéfice pour la Marine et l'Armée de Terre que de coopérer sur une reprise commune du système Harfang ?
  • l'Armée de Terre pourrait se rôder à l'utilisation d'un système MALE de la classe des 1 tonne en attendant de recevoir un jour ses nouveaux drones tactiques aux caractéristiques comparables (un poids de 4 à 500 kg de masse maximale au décollage et l'impérieuse nécessité de recourir à une piste en dur).
  • La Marine nationale pourrait elle aussi se faire la main sur un système de drones MALE, ce qui lui ouvre deux possibilités de pratiques opérationnelles pour préparer l'avenir :
    • tenter d'opérer le système Harfang depuis un BPC,
    • tester l'intérêt d'un système de drones MALE pour la surveillance maritime avec le programme AVSIMAR dans le viseur.
    • L'apprentissage de la mise en oeuvre de drones à voilure fixe depuis une plateforme navale bénéficierait aux programmes de drones MALE et d'UCAV.
Une grande partie de ces suppositions repose sur les capacités intrinsèques du vecteur du système Harfang à supporter un appontage. Si jamais cela été possible, alors il y aurait un très grand intérêt opérationnel à réussir à opérer le système Harfang depuis les BPC. Depuis que la campagne Jeanne d'Arc prend place à bord d'un BPC chaque année, cela s'accompagne presque systèmatiquement de l'embarquement d'un pion de manoeuvrer aéroamphibie de l'Armée de Terre. Il s'agirait de déplacer ce pion de manœuvre le long de l'arc de crises, zone où le BPC en mission Jeanne d'Arc navigue désormais.

Donc, au final, confier le système de drones MALE Harfang à l'Aviation navale et l'Armée de Terre serait investir sur l'avenir, mais surtout, ce serait sur la période 2012-2020 permettre à la mission Jeanne d'Arc de disposer d'une capacité jugée essentielle aujourd'hui pour mener des opérations. La présence d'un drone MALE en accompagnement des soldats de l'Armée de Terre n'aurait-il pas été un avantage pour les opérations dans le Sahara, en Côte d'Ivoire, dans la Corne de l'Afrique ou pendant l'opération Harmattan ?

Le système Harfang a peut être encore une décennie de services à rendre avant de passer le relais, à l'horizon de l'année 2020, au système de drones MALE durable qui doit alors entrer en service opérationnelle : le fameux EuroMALE qui aura été attendu depuis 2010.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire