Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





lundi 12 août 2013

Les hydrocarbures non-conventionnels et les instrument de la puissance

http://www.danielbechennec.com/pages_mer/moteur/images/mer-moteur-02-cuirase-royal-navy.jpg 
© 2008 Daniel Bechennec - Tous Droits réservés. Cuirassé "DREADNOUGHT" Royal Navy (1906).
 
Le débat sur les gaz de schistes bat son plein en Europe (au moins) et il pose légitimement des questions. Surtout qu'il y a des questions d'une incroyable portée géopolitique à poser. C'est pourquoi il peut être intéressant de rappeler quelques faits à ce sujet, de manière très synthétique. Et d'enchaîner avec la question qui se pose à bien des stratèges, de chambre ou en activité : faut-il en être ?
 
Depuis que la décision a été prise aux Etats-Unis de lancer l'exploitation de ces ressources, un demi-million d'emplois aurait été créé. Ne pas oublier non plus le retour d'industries aux Etats-Unis, autrefois délocalisées : serait-ce à cause de ce phénomène que les exportations chinoises baissent structurellement ? Il faut dire que le coût du gaz aux Etats-Unis est plusieurs fois inférieurs à son prix d'achat en Europe ou en Asie : pour certaines industries, c'est Byzance. Mieux encore, Washington deviendrait auto-suffisant sur le plan énergétique vers 2035.
 
Ce qui reviendrait à souligner que si le pays prenait bel et bien cette voie de l'auto-suffisance alors les rapports politiques ne seraient plus les mêmes avec le Moyen-Orient. Cela serait un nouveau cap stratégique alors que les Etats-Unis poussent à des réformes sociales dans le Golfe. Sans compter que l'on reparle d'un possible changement d'alliance entre Washington et Téhéran, en défaveur de Riyad.
 
Mais le coût environnemental de cette industrie serait très lourd puisqu'il faudrait accepter que des zones, des territoires entiers soient suffisamment pollués pour ne plus permettre la consommation des ressources locales en eau douce ou la poursuite de l'exploitation agricole de ces terres. Ce n'est pas rien pour un pays comme la France où les réserves de gaz de schiste seraient dans le bassin parisien, bassin agricole par excellence.
 
En résumé, les Etats-Unis gagneraient de nouvelles libertés de manœuvre sur la scène internationale (n'est-ce pas le rôle de la stratégie ?) à la suite d'un choix stratégique tranché (ils ont accepté de choisir avec ses gains et ses risques).
 
http://s2.lemde.fr/image/2012/12/21/534x0/1809353_5_31e3_principaux-bassins-de-gaz-de-schiste-jaune-et_bb146e90374607221690256388339781.jpg 
© AIE. Principaux bassins de gaz de schiste (jaune) et de gaz de houille (vert) en Europe.
 
Autres exemples, c'est celui des gisements d'hydrocarbures non-conventionnels estimés, espérés en Europe. Il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour se rendre compte que sur la période 2030-2050 la hiérarchie européenne pourrait être bousculée : Hongrie (!), Roumanie, Pologne et Etats Baltes sont plutôt bien pourvus, tout comme la France, l'Allemagne et l'Angleterre (mais aussi l'Ecosse...) et le Benelux.
 
Dès lors, il y aura une différence sur la scène internationale : ceux qui en seront et les autres. A l'heure qu'il est, personne ne parvient à se passer des énergies fossiles, et encore moins de la promesse d'une énergie peu coûteuse.
 
Ce n'est pas la première fois que les Etats sont confrontés à de véritables dilemmes face aux valeurs de leur société, à leurs orientations historiques face à la mer ou à leurs réticences face à certaines activités humaines.
Rapidement, on peut par exemple citer le cas de la mer. L'Europe se retrouve confrontée à l'explosion du commerce maritime, et surtout du commerce océanique. Même pour les grandes découvertes il fallait en être pour peser sur la scène internationale. L'idée fait son chemin en Europe (elle l'avait déjà fait pendant l'Antiquité en Grèce) que pour protéger le commerce maritime d'une nation il faut une marine. C'est donc pour cela que Richelieu déclare que pour "tenir son rang" la France doit être présente sur les mers : il lance donc le chantier d'une grande marine de guerre, violent changement impulsé depuis le haut !
 
La colonisation, à ses différentes époques, s'imposent aussi aux sociétés européennes, puis mondiales. Ce n'est pas un débat simple, et pour les nations qui ont l'ambition de compter sur la scène mondiale, il doit être abordé. En effet, depuis que l'Europe investit toutes les mers du globe il se mène une "guerre de positions" pour conquérir de nouveaux territoires pourvoyeurs en matières premières (mêmes humaines). C'est dans la droite lignée du développement des marines de guerre.
 
On pourrait également citer le rôle de l'art dans les instruments de la puissance puisque tout ces voyages européens et ces guerres de conquête s'accompagnent régulièrement de pillages pour garnir les maisons européennes. Quand ce ne sont pas les pays européens eux-mêmes qui se concurrencent artistiquement : rivalités franco-italiennes, classicisme français, utilisation de l'art baroque, etc... La conquête de l'influence, du prestige par l'art faisait, déjà, l'objet d'une guerre des cerveaux.
Mais il est aussi possible de citer la (première) guerre de l'or noir, au tout début du XXe siècle. La société Technip (qui vient de signer un contrat de plus d'un milliards d'euros au Brésil) est née de l'exploitation pétrolière française en Roumanie (où ses deux créateurs inventèrent l'étude des sols par utilisation d'un courant électrique). C'est en Irak que français, allemand et anglais mènent une guerre de position larvée pour les premiers gisements. Mais c'est en raison de la création du HMS Dreadnought (1906) et du choix de la turbine à vapeur Parson (alimentée en charbon et au pétrole) que Londres exploite les gisements d'Iran1.
 
Il y eu également l'aventure du nucléaire qui commencent par les premières recherches sur la radioactivité jusqu'à la course à la bombe qui commence bien plus tôt que le projet Manhattan aux Etats-Unis. De même, il est assez intéressant de relire que la Suède était candidate à la bombe, par exemple. Le nucléaire militaire est un instrument de puissance. Mais le nucléaire civil aussi puisqu'il est la promesse d'une énergie peu coûteuse et abondante. Le regain d'intérêt pour les réacteurs au thorium est la promesse d'une nouvelle indépendance pour certains Etats (dont l'Inde).
 
La course à l'Espace était beaucoup plus consensuelle mais tout aussi importante. Il fallait en être (la France troisième puissance spatiale de l'Histoire) pour bénéficier des avantages stratégiques considérables pour le développement des télécommunications, de l'observation de la Terre, l'exploration spatiale et l'arsenalisation de l'Espace (un jour).
 
Ces quelques exemples sont là pour rappeler que les sociétés humaines ont eu au cours des cinq derniers siècles à choisir s'il fallait ou non être de telle ou telle aventure. Le choix s'apparente souvent au prix à payer pour participer à "une guerre de positions" : impossible de compter si l'on n'a pas les matériaux pour le faire. C'est-à-dire qu'il faut au moins investir pour investiguer le nouveau secteur de développement afin de pouvoir apprécier de quoi on parle (de l'autonomie de décision ?).
 
Les ressources ou les instruments militaires permettent de développer un pays comme ils permettent de préserver ce qu'il est. Tout investissement présente des gains et des pertes : mettre quelques billets dans un projet implique de ne pas les mettre ailleurs, et pire, de dévaloriser une autre position. C'est sous cet angle que l'on peut aussi aborder la question des hydrocarbures non-conventionnels. Ils peuvent s'ajouter à la longue liste des instruments de puissance d'un Etat.
Enfin, remarquez que bien des instruments de puissance, si ce n'est la totalité, nécessite l'intervention directe de l'Etat pour les construire ou au moins encadrer leur exploitation et/ou assurer la sûreté des approvisionnements.
 

1 A ce propos, Joseph Henrotin apporte une correction sur la page Facebook d'AGS : "Attention les p'tits loups lorsque l'on dit "Mais c'est en raison de la création du HMS Dreadnought (1906) et du choix de la turbine à vapeur Parson (alimentée en charbon et au pétrole) que Londres exploite les gisements d'Iran". La première découverte iranienne, c'est Masjid I Suleiman, en 1908. Surtout, les discussions britanniques sur les choix de carburant interviennent après le Dreadnought".
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire