Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





mardi 10 décembre 2013

La guerre navale américaine et la fin de l'isolationnisme

© Inconnu. La bataille navale du Jutland.
La guerre navale occupe une place centrale dans l'histoire des Etats-Unis d'Amérique. Dès l'année 1775, les treize colonies décident de constituer une marine. Six année plus tard, cette marine en voie de constitution ne dispose en tout et pour tout que de trois "croiseurs". 



Pour subvenir aux besoins de la guerre d'Indépendance, les insurgés pratiquèrent la guerre de course. Plus de mille corsaires (peut être même deux milles selon d'autres historiens) sillonnaient les mers. L'un de leurs commandants, John Paul Jones, est resté célèbre ; de sa base de Brest il semait la terreur jusqu'en Ecosse. Six cents navires anglaires furent capturé, ce qui n'empêcha nullement la Royal Navy de conserver la maîtrise des mers.

   

A partir de l'année 1778 les colonies recevèrent ce qui leur manquait le plus : une aide financière et le concours d'une flotte. La Marine Royale, c'est-à-dire la Marine du royaume de France, apporta ce soutien décisif.

 

Première chose, c'est le stratégiste naval anglais Sir Julian S. Corbett qui eu raison avant l'amiral Alfred Tayor Mahan : la bataille décisive n'est pas vérifiée dans ce conflit tandis que l'impérative protection des communications maritimes l'est. De cet effort pour la maîtrise des flux découle, dans la pensée corbettienne, la mobilité nécessaire  pour projeter une force (aéro)terrestre et la débarquer sur le point faible du dispositif adverse grâce à une maîtrise locale de la Mer.
Non pas que la bataille de la baie de Chesapeake (5 septembre 1781) n'ait pas été décisive dans l'issue du conflit, au contraire. Cependant, la victoire de la Marine royale ne permet pas de vaincre la Royal Navy tout entière. A l'opposé du théâtre principal, Suffren combat les anglais au large des Indes et y forge sa légence. Les corsaires américains permettent de disperser la marine anglaise à défaut d'apporter une contribution décisive. C'est ce combat à l'échelle de l'Océan qui forge les conditions de la victoire dans la baie de Cheseapake : la Royal Navy est dispersée, la France peut compter sur un avantage local décisif qui débouche directement sur la Victoire de Yorktown (28 septembre - 17 octobre 1781).

 

Les Etats-Unis retiendront des aspects navals de ce conflit la nécessité de fonder et entretenir une marine hauturière capable de défendre leur commerce avec l'Europe, vital à leur développement. La quasi guerre avec la France (1798 - 1800) et la seconde guerre d'Indépendance (1812-1814) ne contredisent pas cette analyse dans la construction de la puissance navale étasunienne.

 


Même la guerre de sécession (1861 - 1865) est dans la droite lignée de cette pensée. Le Nord parviendra à écraser le Sud et son commerce par sa supériorité navale.

 

La Confédération perd la guerre. Mais c'est bien un fait d'arme sous la mer qui contient peut être une inflexion majeure de la politique américaine. Le CSS Hunley, un des premiers submersibles de l'Histoire est au service de la marine confédérée. Le 18 février 1864, l'engin, bien que rudimentaire, "torpille" et coule l'USS Housatronic. Le prix à payer de cette petite révolution est lourd car navire et équipage sont perdus alors qu'ils dérobent.

 

Plus loin, la conquête de l'Ouest se poursuit. A la fin du XIXe siècle, l'étendue territoriale des Etats-Unis ressemble à ce nous connaissons aujourd'hui en Amérique du Nord. L'Etat américan touche les deux océans Pacifique et Atlantique.

 

La fin du XIXe siècle concorde avec le lancement de la construction du canal de Panama (1880, Ferdinand de Lesseps), il sera achevé en 1914. Cet outil permettait autant de diviser par deux la longueur de la route pour joindre les deux façades américaines que de permettre la concentration navale américaine.

 

Peut être est-ce là une certaine apogée de l'hémisphère américain. Dès la Farewell adress du président George Washington (1793-1796), l'isolationnisme américain est en germe. Par la suite, la doctrine Monroe (1823) proclame que les Etats-Unis n'accepteront ni nouvelle colonisation ni nouvelle intervention européenne dans cet hémispère. En échange de quoi, Washington ne se mêlera pas des affaires européennes. Les bases de l'isolationnisme sont posées et cette politique concerne pour l'essentiel les rapports entre Ancien et Nouveau monde. Le corollaire Roosevelt (6 décembre 1904) durci cette politique : les Etats-Unis se réservent le droit d'intervenir dans les affaires de l'hémisphère, en particulier en Amérique latine.

 

Justement, la présidence de Theodore Roosevelt est aussi celle d'un navaliste qui a dirigé le secrétariat d'Etat à la Marine (force armée permanente depuis 1775, à la différence de l'Armée américaine). Il est acquis au projet thalassocratique défendu par Alfred Tayor Mahan pour les Etats-Unis. Aux environs de l'incident de Fachoda (1898) entre la France et l'Angleterre, l'US Navy est la seconde marine du monde. La Grande croisière blanche (16 décembre 1907 - 22 février 1909) qu'effectue les cuirassés américains le long de la route de circumnavigation est une grande opération de diplomatie navale pour faire connaître la chose.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/96/Us-atlantic-fleet-1907.jpg 
© Wikipédia. L'USS Kansas navigue devant l'USS Vermont lors du départ de la flotte d'Hampton Roads en Virginie le 16 décembre 1907.

 

Le parallèle est saisissant entre cette grande croisière et l'année 1775 : les Etats-Unis parviennent à lancer une grande marine amène de défendre leur commerce dans l'Atlantique et partout où cela sera nécessaire dans le Monde. Faut-il rappeler que le plus veil allié des Etats-Unis n'est pas la France mais le Maroc (1777) ? Cette alliance est l'arbre qui cache la forêt naissante des engagements américain en Méditerranée. Ceux-ci remontent aux premières années du XIXe siècle, à une époque où la marine américaine était engagée dans des opérations contre les pirates barbaresques et les Etats Nord-Africains pour défendre le commerce et les citoyens de l'Amérique.

 

La première guerre mondiale a peut être été porteuse, sur le plan naval, de deux données navales d'une importance vitale pour les Etats-Unis.

 

Premièrement, la décision allemande de lancer la guerre sous-marine à outrance dans la première bataille de l'Atlantique fait apparaître l'importance du lien transtlantique pour les deux rives de l'Atlantique. Le sous-marin bouleverse totalement la stratégie navale classique, c'était une révolution que contenait, déjà, le CSS Hunley en 1824. Il est vital pour la France et l'Angleterre mais aussi pour les Etats-Unis dont l'économie ne pourrait pas se remettre de la perte de l'accès aux marchés européens.

 

C'est toute la conséquence : les forces navales construites pour la bataille décisive ne sont d'aucune utilité contre les sous-marins. Au contraire, c'est une guerre des flux maritimes qui est lancée par les allemands et il faut tout reconsidérer l'effort naval.

 

Deuxièmement, la bataille du Jutland (31 mai - 1er juin 1916) devait être La bataille navale décisive et il n'en fut rien. La mer n'en resta pas moins salée.

 

Que se passa-t-il dans les esprits de la classe dirigeante américaine à cet instant ? La plus grande puissance navale de tous les temps, la Grande-Bretagne, n'est pas capable de vaincre la rivale allemande. Celle-ci tente de se hisser au niveau de l'hégémon britannique pour le contester et le ravir. Là où la Royal navy bat la marine française à Trafalgar (21 octobre 1805) en état d'infériorité numérique, elle ne parvient pas à vaincre en situation de supériorité numérique.

 

Cela ne peut qu'intéresser à Washington qui hisse aussi sa marine au niveau de la Royal navy. Le traité de Washington (1922) est le début de la parité puis du dépassement naval entre Londres et Washington.

 

Mais cette bataille du Jutland veut dire aussi qu'à force plus ou moins égale cela n'amène nullement une des puissances à prendre décisivement l'ascendant sur les mers.

 

Pire, la "vraie" bataille est celle de l'Atlantique et le calcul allemand est savant : la guerre sous-marine à outrance est capable de découpler les deux rives de l'Atlantique.

 

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/ezflow_site/storage/images/docfr7/cartes/monde/c001347-la-vision-geopolitique-du-monde-vue-par-halford-john-mackinder-en-1904/3434528-1-fre-FR/La-vision-geopolitique-du-monde-vue-par-Halford-John-Mackinder-en-1904_large_carte.jpg


Si nous revenons à la théorie du Heartland de Harold J. Mackinder (The geographical pivot of History, 1904), la chose est encore plus compréhensible. A cette époque, le pivot pour l'auteur britannique est l'Europe de l'Est (qui permettra le contrôle du Heartland, puis de l'Ile monde et enfin du monde). La flotte de surface américaine pourrait être incapable d'empêcher une Allemagne hégémonique de conquérir le Heartland mais, et surtout, d'interdire l'accès à l'Europe aux Etats-Unis.

 

Washington en reviendrait à la situation de 1775 : la situation pré-colombienne, c'est-à-dire avant les grandes découvertes. Washington aurait été totalement marginalisé dans pareille situation. Les sous-marins ont remplacé les vaisseaux de la Royal Navy.

 

A la lecture de l'histoire navale américaine et de la théorie de Mackinder, nous pouvons lancer cette hypothèse : les Etats-Unis ont peut être rompu avec l'isolationnisme au regard de cette histoire. Washington commence à s'ingérer dans les affaires du continent européen à partir du traité de Versailles (28 juin 1919). La seconde bataille de l'Atlantique achève de confirmer que le lien transtlantique peut être rompu sans que la flotte de surface américaine, seule, puisse riposter décisivement. Dans cette perspective, la sécurité nationale américaine impliquait aussi de rompre avec l'isolationnisme pour empêcher une puissance européenne de découpler croissants interne et externe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire