Facebook

Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





mardi 25 mars 2014

Mer Noire : "La puissante et fragile République de Transdniestrie"

mer_noire_ags_04_trandniestrie
 
La République de Transdniestrie (aussi appelée Transniestrie ou Pridnestrovie (en russe) est d’une exiguïté territoriale remarquable. Constituée d’une bande de vingt kilomètres de large pour un peu plus de deux cents de long, la Transniedstrie se développe tout le long du fleuve Dniest entre la Moldavie et l’Ukraine.

 

La Moldavie comme la Gagaouzie et la Transdniestrie partagent une histoire commune depuis que la Bessarabie a été rattachée à l’Union soviétique. Dans le cas de la Transdniestrie, plus de 60% de la population de ce pays est russe ou ukrainienne.

 

 

Pendant la présidence Gorbatchev, et entendant la volonté de réformer l’URSS, les Moldaves demandent la reconnaissance de l’identité roumaine et le retour à l’alphabet latin. A la chute de l’URSS, la République de Moldavie proclame son indépendance le 27 août 1991. Décision reconnue par la Roumanie. Le grand voisin est très proche de la nouvelle entité politique sur les plans culturel et linguistique. Il y a également le projet de rattacher la Moldavie à la Roumanie.

 

 

C’est de cette convergence autour de l’identité roumaine que la divergence avec les Gagaouzes et les Transdniestriens voit le jour.

 

 

Les Russes noyautaient le pouvoir en Moldavie. A l’indépendance retrouvée, la politique moldave à l’égard des Russophones fut radicale. Des manifestations ont rapidement éclaté et la situation s’est enflammée.

 

Dès décembre 1991, la Transniedstrie proclame son indépendance. Cette dernière veut protéger son particularisme linguistique et préserver le souvenir de l’URSS malgré le refus soviétique de reconnaître son identité. En 1992, le conflit éclate entre le jeune Etat de Moldavie et celui sécessionniste de Transdniestrie.

 

La guerre dura six mois entre Moldaves et Transdniestriens. Selon les estimations courantes elle causa un millier de victimes. Les Transdniestriens, soutenus par la Russie, prirent le contrôle de la rive gauche du Dniepr. Cette portion du territoire moldave concentre alors 80% des industries du pays, l’arsenal de Colbasna et la centrale hydroélectrique de Dubăsari

.

 

La Moldavie a conservé l’intégrité de son territoire. Lors de l’accord de cessez-le-feu signé en juillet 1992 entre Boris Eltsine et son homologue moldave Mircea Druc, ex-leader du front populaire qui a libéré son pays du joug communiste, la Transdniestrie s’affranchit du pouvoir central concentré à Chisinau, capitale de la Moldavie. Elle bénéficie désormais d’une forte autonomie qui permet de régler temporairement la situation de ce territoire sans résoudre pour autant le problème de fond.

 

 

Tiraspol, capitale de la Transdniestrie est de facto indépendante. Entité politique viable économiquement grâces aux prises de guerre, elle a cherché à se doter des attributs de la souveraineté (institutions politiques, forces armées, hymne, drapeau, etc…). Néanmoins, ni la communauté internationale, l’Ukraine et encore moins la Russie ne reconnaissent la Transdniestrie.

 

 

Son existence demeure préserver grâce à la présence militaire de la Russie à travers la 14e armée russe qui stationne à Tiraspol (environ 1500 hommes) mais aussi grâce à un soutien financier de Moscou. Ajoute à cela la proximité culturelle et linguistique et ceci explique les moyens de pression qui sont dans les mains de Moscou et qui peuvent servir à déstabiliser le pouvoir moldave.

 

 

En 2006, un référendum est organisé en Transdniestrie avec le soutien très appuyé de la Russie. Deux questions sont posées, la première demande aux électeurs s’ils désirent le rattachement de leur pays à la Russie, la seconde s’ils désirent être rattachés à la Moldavie et renoncer ainsi à l’indépendance. La participation atteint 78%, la première question recueille 97,1% de oui, la seconde 95% de refus de renoncer à l’indépendance. Aucun Etat ne reconnaît les résultats puisque aucun d’entre eux (même pas la Russie) ne reconnaît la Transdniestrie comme un Etat. La CEI reconnaît les résultats quand l’OSCE et l’Union européenne refuse de les reconnaître, notamment en raison des fraudes et de l’absence de reconnaissance internationale.

 

 

Le 19 mars 2014 la Transdniestrie, par la voix de son dirigeant, Mikhail Bourla, a demandé la possibilité que la législation russe permette le rattachement de la Transdniestrie à la Fédération de Russie. A l’instar de la Gagaouzie (qui demande son indépendance et aucunement une telle annexion), la Transdniestrie ne bénéficie d’aucun accès à la mer (comme la Moldavie au demeurant) : une langue de terre ukrainienne sépare ces entités de la Mer Noire. Que ce soit les projets d’adhésion l’union douanière menée par la Russie ou tout simplement la Fédération de Russie, ils semblent bien difficile à mettre en œuvre sans un accès libre à la mer, faute de contigüité territoriale.

 
 
Le marquis de Seignelay
 
 
Bibliograhie :
 
Atlas des Nations sans Etat en Europe – Peuples minoritaires en quête de reconnaissance, dirigé par BODLORE-PENLAEZ Mikael, éditions Yoran Embanner, Fouesnant, 2010.

lundi 17 mars 2014

Mer Noire : "La fière et discrète République de Gagaouzie"

mer_noire_ags_03_gagaouzie
 
Territoire oublié d'Europe d'environ 150 000 habitants seulement, sa petitesse (18323 km²) pouvant pousser à croire que c'est un artefact (ou l'origine d'une célèbre chanson britannique). Au contraire, c'est l'héritage d'une riche histoire, celle de turcs chrétiens ayant une filiation avec les peuplades mongoles qui dominèrent un temps l'Europe, de l'Est en particulier.

 


Peuple turcophone donc, creuset des tribus Oghouzes qui immigraient vers l'Ouest de l'Europe entre les X et XIIe siècle ap. J.-C.

 

Ils ont été christianisés au cours du XIXe siècle à partir d'un échange de territoires entre les empires russe et ottoman en 1812 (l'Empire russe obtenant la Bessarabie).

 

Le chemin de l'indépendance de la Gagaouzie débute dès le XXe siècle. Ainsi, et dès 1906, la République de Komrat est proclamée, sa durée de vie ne dépasse pas les 15 jours. Puis, en 1917 les députés Gagaouzes votent l'indépendance de la Moldavie et leur rattachement à la Roumanie. Rétrospectivement, c'est assez ironique avec la configuration de la fin du XXe siècle. Enfin, en 1940 la Moldavie est annexée à l'URSS. Sous administration soviétique, les revendications gagaouzes sont gêlées.

 

Le cheminement de l'accession à l'indépendance des Gagaouzes débute, comme beaucoup de choses en Europe de l'Est, par l'invitation du président Boris Eltsine à prendre autant de libertés que possible. Ou plutôt, la célèbre formule eltsienne ne sera là que pour sanctionner un mouvement largement entamé. Les revendications nationalistes gagaouzes se font jour dès les années 1980. En 1990, les Gagaouzes se révoltent lors de la chute de l'empire soviétique. En août 1990 la République de Gagaouzie est autoproclamée. Le leader indépendantiste Sepan Topal est élu à la présidence du Soviet suprême le 31 octobre 1990.

 

 Gagauzia_map.svg 

© Wikipédia.



La Moldavie ne peut que trouver une solution avec cette turbulente république. Chose pressante puisque les évènements gagaouzes sont simultanées à ceux de Transdniestrie... La souveraineté et l'intégrité territoriale de la Moldavie se fera au prix d'une certaine souplesse. Après trois années de conflit, en 1994, la région autonome de Gagaouzie est créée entraînant l’officialisation du gagaouze comme langue de cette région autonome. Les gagaouzes gèrent aussi leur politique éducative désormais.

 

Les Gagaouzes parlent une langue altaïque qui est relativement différente de la langue turque. Cela n'empêche pas la Turquie d'entretenir des liens culturels fort avec ce territoire. Depuis la dissolution de l'URSS, Ankara conserve des liens par les créations d'un centre culturel turc et d'une bibliothèque en République de Gagaouzie.

 

Le partage des population s'est fait relativement pacifiquement. Toutes les localités comprenant plus de 50% de Gagaouzes ont été intégrées. Dans les autres au peuplement plus métissés des référendums furent organisés.

 

Les relations avec les autorités centrales restent encore aujourd'hui très tendues. Par exemple, en janvier 2014, la région autonome de Gagaouzie annonçait son intention de consulter ses administrés par référendum. Ce serait une réaction à l'agenda pro-européen du gouvernement moldave. Il trahirait la volonté de s'unir à terme à la Roumanie. Les résultats du référendum du 2 février 2014, qui a atteint un taux de participation de plus de 70% (présence d'observateurs bulgares, polonais et ukrainiens, entre autres), ont été connu le 3 février : 98,4% des électeurs ont voté pour l’intégration de la Gagaouzie à l’Union douanière (Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan) et 98,9% à avoir voté en faveur du droit de la Gagaouzie à déclarer son indépendance, si la Moldavie devait perdre ou abandonner sa propre souveraineté.

 

Enfin, il reste la question de l'accès à la mer. Sans cela, il y a de quoi s'interroger sur la crédibilité et la profondeur de la volonté d'engagement dans la communauté économique russe. C'est bien en raison de la proximité de la mer Noire et de l'importance de la crise de Crimée de 2014 qui pousse à imaginer que Moscou a quelques gains territoriaux à négocier pour offrir cet accès à la mer.

 


© Inconnu.



Le drapeau non-officiel des Gagaouzes de tous pays est très original. Il détonne dans le concert européen des drapeaux. Il est à ne pas confondre avec l'emblême de la maison Stark de la fiction "Games of Throne" (George R. R. Martin). Ainsi qu'il est dit dans l'ouvrage précité (et très bien expliqué à la page 116), ce drapeau est constitué d'une tête de loup rouge (mémoire de l'empire Couman du XIe siècle, peuple turcophone originaire des bords de la Volga ayant émigré en Europe dont les Gagaouzes sont des descendants) dans un cercle blanc, sur fond bleu azur, ce qui détonne en Europe où le Lyon est roi (et le coq l'exception culturelle). Ce bleu clair est la couleur traditionnelle des Turcs et des Mongols.

 


 

Le drapeau officiel est des plus classiques.

 

 

Bibliographie :



Atlas des Nations sans Etat en Europe - Peuples minoritaires en quête de reconnaissance, dirigé par BODLORE-PENLAEZ Mikael, éditions Yoran Embanner, Fouesnant, 2010.

vendredi 14 mars 2014

Mer Noire : "Introduction"

mer_noire_ags_01_intro-copie-1.jpg
 
La mer Noire est une annexe de la Méditerranée, et plus précisément, du bassin oriental de cette dernière. Relativement isolée par son éloignement au Nord et par les détroits du Bosphore (de la mer Noire à la mer de Marmara) et des Dardanelles (de la mer de Marmara à la Mer Egée), elle a besoin d'être connectée au reste du système maritime "mondial" (selon comment s'entend la notion de "monde", les empires se concevaient "monde") pour prospérer.

 

Premièrement, dès les premiers empires maritimes comme celui de la Phénicie, il apparaît clairement que la prospérité de la mer Noire passe impérativement par la construction d'une verticale. Celle-ci doit permettre de lancer des ponts entre elle et le bassin oriental de la Méditerranée. Plus largement, cette connexion toute verticale permet de relier les territoires devenus slaves et turcophones à ceux du Proche et Moyen-Orient, voire à tout le reste de la Méditerranée.

 

L'empire phénicien se prête bien à illustrer cette puissante relation. "On a souvent tendance à imaginer l'expansion phénicienne comme un mouvement concernant principalement l'Occident méditerranée alors que l'élégie d'Ezéchiel (VIe siècle avant J.-C.) sur Tyr, que nous avons mentionnée précédemment montre la Phénicie en relation avec les principales puissances du Proche-Orient : outre Israël et Juda, Damas, l'Arabie et Assour, on relèvera en particulier la mention de diverses régions septentrionales, comme la Lydie, la Phrygie, l'Arménie"[1].

 

Deuxièmement, l'empire phénicien montre aussi que l'île de Chypre était le "pivot" de ces relations Nord-Sud. A l'ère des grandes découvertes et de l'investissement du "Monde" (à l'échelle planétaire) par les européens, Londres est un autre grand exemple. Elle se constitue un empire commercial sur l'Océan dont l'une des artères principales est en Méditerranée. Cette artère atteindra son apogée avec le contrôle des trois positions clefs de la Mare Nostrum : Gibraltar, Malte et Chypre. Celles-ci commandent les deux bassins de la Méditerranée et le passage de l'un à l'autre. A l'instar des navigateurs de l'Antiquité, la grande droite horizontale rejoint celle verticale pour dominer le système Méditerranéen.

 

SAMSUNG 

Les Phéniciens, marins des trois continents, BAURAIN Claude et BONNET Corinne, Paris, éditions Armand Colin, 1992, p. 184.

 

C'est justement la poussée russe vers la Méditerranée qui est originale par rapport à ces constructions historiques. Les thalassocraties n'avaient pas encore affronté une puissance potamienne cherchant à dominer la mer Noire. Elle inverse le sens de la construction puisque la verticale ne montre plus mais elle descend vers le Sud pour relier la Russie à l'Océan, par la célèbre route des Varègues aux Grecs initiée depuis la fondation de la dynastie des rurikides (IXème siècle). Il s'agit aussi de sécuriser l'assise géopolitique de l'Etat russe puisque les territoires au Nord et à l'Est de la mer Noire sont le ventre mou de la Russie, propice aux invasions mongoles ou à soutenir les adversaires du communismes, comme les Russes blancs l'ont été par les Alliés de la Grande guerre.

 

Et pourtant, la première qualité de la mer Noire est d'être le grenier à blé de l'Europe. "La prudence avec laquelle les Athéniens acceptèrent d'en prendre la tête [la ligue de Délos] ne signifiait pas qu'ils refusassent de diriger la guerre contre les Perses. Si Sparte avait de bonnes raisons de rejeter l'hégémonie, Athènes en avait encore de meilleures pour l'accepter. Pour commencer, on s'attendait à ce que les Perses reviennent assaillir la Grèce. Ils l'avaient attaquée trois fois en vingt ans et l'on ne pouvait imaginer qu'ils resteraient sur une défaite. Ensuite, Athènes avait à peine commencé à réparer les dévastations causées par la dernière invasion : elle savait qu'elle ne manquerait pas d'être la cible de la prochaine guerre. En outre, la mer Egée et les terres se situant à l'est jouaient un rôle majeur dans son commerce. Elle dépendait du blé importé de Thrace (l'actuelle Ukraine) qui passait par la mer Noire : une campagne perse très réduite s'emparant du Bosphore ou des Dardanelles suffirait à couper son approvisionnement. Enfin, les Athéniens avaient des liens de parenté, religieux et traditionnels avec les Grecs d'Ionie établis dans la plupart des villes menacées. La sécurité, la prospérité et les sentiments invitaient également à refouler les Mèdes et tous les rivages et îles de l'Egée, des Dardanelles, de la mer de Marmara, du Bosphore et de la mer Noire"[2].

 

Plus de deux millénaires plus tard, cette fonction de grenier à blés n'a pas disparu. Au contraire, Moscou tente d'en tirer toute la puissance avec ses projets de cartel des blés.

 

Plus bas, la Russie, puis l'URSS avant de redevenir la Russie, ne cherche qu'à reconstruire la verticale qui relie la mer Noire au Proche et Moyen-Orient en passant par Chypre. En témoigne l'importance de la base navale de Tartous et les démarches effectuées pour tenter d'implanter une base navale sur l'île de Chypre. Les croisières du croiseur porte-aéronefs Kuznetsov, navire-amiral de la flotte du Nord, et du croiseur de batailles à propulsion nucléaire Pierre le Grand, montre que la droite horizontale conserve toute sa place.

 

Plus à l'Ouest, les Etats-Unis d'Amérique ont manifesté très tôt leur intérêt pour la Méditerranée. En témoigne la protection qui est accordée aux navires marchands américains par le Sultan Mohammed III, souverain du Maroc le 20 décembre 1777 ou le protocole du traité de paix et d'amitié remis au Sultan par l'émissaire américain Barclay le 15 juillet 1786. Ces relations diplomatiques et cette alliance sont, au passage, antérieures à celles liant les Etats-Unis d'Amérique à la France, "la plus vielle alliée" de Washington. La guerre de Tripoli (1801-1805) est la première intervention américaine à l'extérieure, en Méditerranée encore une fois.

 

Depuis la chute de l'Union soviétique, la présence navale américaine en Méditerranée franchit les détroits turques. Par la remise en cause de la première mouture du système ABM américain en Europe, le président Obama présente le BMDE en 2009 (version du système ABM remanié pour répondre aux critiques européennes). Alors que les regards sont rivés sur l'arrivée du premier des quatre destroyers AEGIS/SM3 à Rota, en Espagne et près de Gibraltar, les ports d'Ukraine et de Constanta sont tout aussi coutumier de la présence de croiseurs et destroyers AEGIS. Aussi, la Roumanie accueille la mise en place du dispositif terrestre du BMDE.

 

Dès lors, il y a concurrence entre une double verticale, celle américaine allant de la Roumanie au canal de Suez et celle de la Russie allant de Sébastopol jusqu'au port de Tartous, dernier point d'ancrage de la puissance navale russe en Méditerranée...

 

La Russie ne peut que se sentir refoulée par la progression américaine et de l'OTAN en Mer Noire. Elle a riposté par la guerre en Géorgie (2008) et a profité de l'instabilité ukrainienne pour protéger ses intérêts. La Turquie, traditionnellement seconde partie du condominium qui dirige la mer Noire, s'appuie sur cette intrusion américaine pour protéger ses propres acquis. Alors qu'Ankara est empêtrée dans de multiples scandales de corruption, le projet d'acquérir l'avion de combat "Joint Strike Fighter" F-35 est relancé... Tout comme en Pologne un tel projet d'acquisition se fait jour. Ce qui laisse apparaître de multiples liens et connexions entre la mer Noire, la Mer Baltique et l'isthme courant de l'Ukraine à la Pologne...

 

Oui, la mer Noire est enjeux...

 

C'est pour tenter de lever un peu le "brouillard de la guerre" sur ces nombreux enjeux que l'Alliance GéoStratégique, ainsi que des contributeurs extérieurs, vous propose leurs analyses sur la mer Noire. Les premières interventions présenteront une partie des acteurs et des enjeux actuels tandis qu'une seconde série de publications s'attachera à présenter les enjeux maritimes dont le point central est la base navale russe de Sébastopol.

 

Bonne lecture !

 




[1] Les Phéniciens, marins des trois continents, BAURAIN Claude et BONNET Corinne, Paris, éditions Armand Colin, 1992, p. 131.
 

[2] Périclès, KAGAN Donald, Paris, éditions Tallandier, p.124.