Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





lundi 17 mars 2014

Mer Noire : "La fière et discrète République de Gagaouzie"

mer_noire_ags_03_gagaouzie
 
Territoire oublié d'Europe d'environ 150 000 habitants seulement, sa petitesse (18323 km²) pouvant pousser à croire que c'est un artefact (ou l'origine d'une célèbre chanson britannique). Au contraire, c'est l'héritage d'une riche histoire, celle de turcs chrétiens ayant une filiation avec les peuplades mongoles qui dominèrent un temps l'Europe, de l'Est en particulier.

 


Peuple turcophone donc, creuset des tribus Oghouzes qui immigraient vers l'Ouest de l'Europe entre les X et XIIe siècle ap. J.-C.

 

Ils ont été christianisés au cours du XIXe siècle à partir d'un échange de territoires entre les empires russe et ottoman en 1812 (l'Empire russe obtenant la Bessarabie).

 

Le chemin de l'indépendance de la Gagaouzie débute dès le XXe siècle. Ainsi, et dès 1906, la République de Komrat est proclamée, sa durée de vie ne dépasse pas les 15 jours. Puis, en 1917 les députés Gagaouzes votent l'indépendance de la Moldavie et leur rattachement à la Roumanie. Rétrospectivement, c'est assez ironique avec la configuration de la fin du XXe siècle. Enfin, en 1940 la Moldavie est annexée à l'URSS. Sous administration soviétique, les revendications gagaouzes sont gêlées.

 

Le cheminement de l'accession à l'indépendance des Gagaouzes débute, comme beaucoup de choses en Europe de l'Est, par l'invitation du président Boris Eltsine à prendre autant de libertés que possible. Ou plutôt, la célèbre formule eltsienne ne sera là que pour sanctionner un mouvement largement entamé. Les revendications nationalistes gagaouzes se font jour dès les années 1980. En 1990, les Gagaouzes se révoltent lors de la chute de l'empire soviétique. En août 1990 la République de Gagaouzie est autoproclamée. Le leader indépendantiste Sepan Topal est élu à la présidence du Soviet suprême le 31 octobre 1990.

 

 Gagauzia_map.svg 

© Wikipédia.



La Moldavie ne peut que trouver une solution avec cette turbulente république. Chose pressante puisque les évènements gagaouzes sont simultanées à ceux de Transdniestrie... La souveraineté et l'intégrité territoriale de la Moldavie se fera au prix d'une certaine souplesse. Après trois années de conflit, en 1994, la région autonome de Gagaouzie est créée entraînant l’officialisation du gagaouze comme langue de cette région autonome. Les gagaouzes gèrent aussi leur politique éducative désormais.

 

Les Gagaouzes parlent une langue altaïque qui est relativement différente de la langue turque. Cela n'empêche pas la Turquie d'entretenir des liens culturels fort avec ce territoire. Depuis la dissolution de l'URSS, Ankara conserve des liens par les créations d'un centre culturel turc et d'une bibliothèque en République de Gagaouzie.

 

Le partage des population s'est fait relativement pacifiquement. Toutes les localités comprenant plus de 50% de Gagaouzes ont été intégrées. Dans les autres au peuplement plus métissés des référendums furent organisés.

 

Les relations avec les autorités centrales restent encore aujourd'hui très tendues. Par exemple, en janvier 2014, la région autonome de Gagaouzie annonçait son intention de consulter ses administrés par référendum. Ce serait une réaction à l'agenda pro-européen du gouvernement moldave. Il trahirait la volonté de s'unir à terme à la Roumanie. Les résultats du référendum du 2 février 2014, qui a atteint un taux de participation de plus de 70% (présence d'observateurs bulgares, polonais et ukrainiens, entre autres), ont été connu le 3 février : 98,4% des électeurs ont voté pour l’intégration de la Gagaouzie à l’Union douanière (Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan) et 98,9% à avoir voté en faveur du droit de la Gagaouzie à déclarer son indépendance, si la Moldavie devait perdre ou abandonner sa propre souveraineté.

 

Enfin, il reste la question de l'accès à la mer. Sans cela, il y a de quoi s'interroger sur la crédibilité et la profondeur de la volonté d'engagement dans la communauté économique russe. C'est bien en raison de la proximité de la mer Noire et de l'importance de la crise de Crimée de 2014 qui pousse à imaginer que Moscou a quelques gains territoriaux à négocier pour offrir cet accès à la mer.

 


© Inconnu.



Le drapeau non-officiel des Gagaouzes de tous pays est très original. Il détonne dans le concert européen des drapeaux. Il est à ne pas confondre avec l'emblême de la maison Stark de la fiction "Games of Throne" (George R. R. Martin). Ainsi qu'il est dit dans l'ouvrage précité (et très bien expliqué à la page 116), ce drapeau est constitué d'une tête de loup rouge (mémoire de l'empire Couman du XIe siècle, peuple turcophone originaire des bords de la Volga ayant émigré en Europe dont les Gagaouzes sont des descendants) dans un cercle blanc, sur fond bleu azur, ce qui détonne en Europe où le Lyon est roi (et le coq l'exception culturelle). Ce bleu clair est la couleur traditionnelle des Turcs et des Mongols.

 


 

Le drapeau officiel est des plus classiques.

 

 

Bibliographie :



Atlas des Nations sans Etat en Europe - Peuples minoritaires en quête de reconnaissance, dirigé par BODLORE-PENLAEZ Mikael, éditions Yoran Embanner, Fouesnant, 2010.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire