Facebook

Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





dimanche 13 avril 2014

Du drakkar au drakkar ?

 
 http://m1.menly.fr/wp-content/uploads/2013/06/Le-drakkar-de-Ragnar-et-ses-compagnons.jpg
  © Inconnu. Le drakkar de Ragnar et de ses hommes, série "Vikings".
 
   
1) Quel avenir pour les frégates légères ?
 
 
Le programme Littoral Combat Ship de l’USNavyn’est pas ou plus une démonstration de forces. Du côté du coût, il y a de quoi s’interroger sur la pertinence d’un concept : il a atteint deux fois et demi le devis initialement prévu. Comment traduire cet échec ? Un LCS de 3000 tonnes nécessite un budget une fois et demi supérieur à celui d'une FREMM de 6000 tonnes… 
 
La marine danoise avait en son temps retiré du service le système STANFLEX : de l’autre côté de l’Atlantique, le deuil n’est pas encore fait…
 
Existe-il encore des raisons d'espérer que cette vision de la modularité puisse se concrétiser ? 
 
 
2) La frégate amphibie ?
 
 
Le journal Le Marin ponctuait l'article ci-dessus (à propos du fait que la marine américaine recherche un nouveau navire pour succéder au LCS)  sur une note d’ironie : l'US Navy, à la recherche d’une nouvelle unité légère, réinventera bientôt l’aviso A69 de 1200 tonnes…
 
A la remarque près que de nombreux industriels et bien des marines (à l'instar des Pattugliatore d’Altura Multirolo de la Marine militare)  succombent à la mode de la “frégate amphibie”. Armée comme une frégate légère pour se défendre dans les trois dimensions navales (sur, sous et au-dessus de la mer), la première frégate amphibie est l'Absalon… Qui est (encore) une création danoise !
 
Cette frégate est conçue pour mener des missions d'AVT avec la capacité de se défendre par ses propres moyens dans des scenarii de conflits de basse et moyenne intensité. Petite unité amphibie, elle doit pouvoir mettre une force à terre. Pouvant embarquer une grande cargaison grâce à la capacité de manipuler des conteneurs et à des capacités de commandement, la frégate amphibie doit pouvoir soutenir sa force aéroterrestre, la faire durer et disposer d'une certaine influence sur son environnement.
 
A l’heure où la série “Vikings” est diffusée, faudrait-il s’interroger sur le concept de drakkar et des forces terrestres associées qui firent la gloire et la fortune des hommes du Nord ?
 
La frégate amphibie ne manquera pas de faire penser à ce concept. Sauf que le système d'armes des vikings était capable de remonter les fleuves. Et remonter des fleuves à la navigabilité incertaine, voire improbable en raison de leur faible profondeur, serait un atout stratégique indéniable : ce serait comme si une "frégate" de la Marine nationale avait remonté le fleuve Niger pour se rendre au Mali pendant l'opération Serval.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire