Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





lundi 26 mai 2014

#EP2014 : la France, centre de gravité de l'Europe ?

http://media.20minutes.fr/2014/le_nouveau_parlement_europeen_29822_hd_1.jpg
 
Aujourd'hui, il n'est pas question d'écrire de manière partisanne sur les résultats des élections européennes. Mais, plusieurs choses retiennent l'attention sur la place de la France en Europe. Dans la sphère des perceptions, les résultats des élections européennes de 2014 sont source d'enseignements.
 
Entre parenthèses, suis-je le seul à noter que le parti arrivé en tête au Parlement européen ne dispose que d'une majorité relative et que la moindre coalition à la gauche de l'échiquier politique européen suffirait pour gouverner ?
 
La leçon la plus importante dans ce domaine est que les résultats français sont, manifestement, le sujet de discussion en Europe. Que ce soit sur les réseaux sociaux, que ce soit dans la presse, que ce soit dans la rue, l'Europe entière s'intérese au scrutin français.
 
Le deuxième enseignement qui découle du premier, c'est qu'il y a un rôle reconnu à la France. Le renouveau du désir d'insularité anglais ? Les succès de l'Allemagne ? Le lien transatlantique ? Non, c'est la France qui a voté et dont on attend des choses. Incroyable ? Pas une seule fois on nous a présenté une France en déclin, sortie de la route. Non, l'Europe regarde une France en mouvement qui a donné une parole qui surprend les peuples européens.
 
Troisième chose, c'est la manière dont les européens perçoivent la France. Les réactions qui ont été glanées par la presse montrent une certaine idée de la France. La France arrogante, qui donne des leçons au monde ? Quelque soit la véracité de cette image, c'est justement celle-ci qui est réclamée par les européens : une France modèle ! Ils veulent cette France. C'est exactement dans cette image que cite Joann Sfar à propos de Romain Gary quand "Pendant la guerre, sa mère disait: «La France gagnera la guerre parce que c'est la France.»"
 
Quatrième chose, l'Europe est de facto en crise : il y a un découplage magistral entre Londres, Paris, Berlin et Moscou. La manière dont agit politiquement l'Union européenne n'est pas tenable. C'est le moment habituellement opportun dans la construction européenne pour des réformes décisives.
Les situations monétaire, financière et économique, leur intrication, sont intenables. La question de la gouvernance de la zone euro, des exigences de la monnaie unique, des dettes européennes et des eurobligations vont revenir avec force sur le devant de la scène.
 
http://www.lefigaro.fr/assets/infographie/print/1fixe/201417_europe_3_cercles.png
 
De même, peut-être avez-vous noté que le député Laurent Wauquiez s'est prononcé pour une Europe en cercles concentriques :
  • d'une, beaucoup d'hommes et femmes politiques français se déclarés favorables à cette structure de l'intégration de la France en Europe, droite comme gauche. Ce qui ne peut que surprendre quand on voit comme les propositions de l'homme ont été rejetées, parfois avec violence.
  • Ensuite, notons que dans ce modèle, peu de responsables politique se prononcent sur le "quatrième cercle" : un espace pan-européen qui rencontrerait les aspirations profondes de la diplomatie russe. Vers la fusion de l'OCDE et du Conseil de l'Europe ?
 
Enfin, nous serions toujours dans une grave crise des fondements. Le général Poirier utilisait cette expression à l'endroit de la stratégie nucléaire au sortir de la Guerre froide. Aujourd'hui, en France, nous pouvons observer que les notions les plus fondamentales perdent leur sens. Certaines, comme "puissance", sont malmenées. A ce sujet, il y a cet excellent article de Benoist Bihan.
 
Et dans le cadre de l'Europe, il ne faut pas s'étonner que le Parlement européen puisse être considéré comme la troisième chambre du parlement allemand tant l'Allemagne s'investit dans l'Europe. C'est-à-dire que les eurodéputés allemands siègent et travaillent (quand à l'Assemblée nationale délégation de vote et absentéisme sont légion), les médias allemands parlement de l'Europe, etc...
Vous souvenez-vous de ce projet géopolitique : la France se projettant dans la construction européenne pour constituer une "plus grande France" ? C'est un échec car aucun investissement n'a été réalisé.
 
Vous souvenez-vous du projet géopolitique de l'Archipel France qui n'est antagoniste du précédent ? Pareil, zéro investissement.
 
Vous souvenez-vous du projet géopolitique de la Francophonie, qui n'est pas, encore une fois, antagoniste des deux précédents ?
 
Trois échecs géostratégiques. C'est drôle de remarquer que à chacun de ces projets correspondent les ministères (des affaires européennes, de la mer et de la Francophonie) les plus malmenés depuis 30 ans...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire