Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





dimanche 5 octobre 2014

Renforcer la puissance navale française ? Le retour au Versailles de la Mer

© Inconnu.

Une chose finit par frapper les esprits quand on entend parler du magma de ressources, de formations et d'activités liées à la mer de Brest à Rochefort. L'une d'elle est l'éclatement de tous les constituants, tant sur le plan géographique qu'institutionnel. Une autre est une interrogation par rapport à une volonté supposée comme telle de s'exclure du monde.

Débutons par cette dernière interrogation : au nom de quoi l'École navale s'est-elle transportée de l'autre côté du Goulet de Brest à la Reconstruction de la France ? Certes, le cadre est magnifique, calme et discret. Il y a la BAN de Lanvéoc-Poulmic à côté (et personne ne remarque à rien à propos des pistes dans le Finistère ?). Peut-être bientôt un port de plaisance tant au service des civils et des militaires du coin. Il n'empêche que pour aller dans cette partie de la Presqu'île de Crozon, il faut soit contourner le Goulet par la route, soit prendre le transrade.
 
Ce qui, de facto, limite drastiquement tous les échanges avec les facultés de l'Université de Bretagne Occidentale (en particulier l'université de la mer), les écoles et entreprises du Technopole. Ce qui sépare aussi l'Ecole navale de sa "mémoire", c'est-à-dire les archives aujourd'hui sous la direction du SHD qui sont sur le port de commerce.

 

De cette sorte d'ostracisme, qui a peut être ses raisons, il faut ajouter un éclatement des ressources pour étudier les rapports des hommes à la mer. Les archives de la flotte du Ponant sont éclatées entre les anciens arsenaux. Les ressources bibliographiques souffrent du même maux (que de livre sur les marines à Brest dans tant de lieux différents).

 

Il en va de même dans les formations puisque bien des professionnels de la mer sont formés à Brest, mais les futurs officiers de la Marine nationale se forment dans l'intimité de Crozon (qui est magnifique, encore une fois). Le colonel Michel Goya parlait de l'intérêt de mélanger les servants des Armes dans une même implantation pour faire progresser les connaissances de chacun sur le système général. Rien de possible dans ce contexte là.

 

En résumé, tout cela manque de centralisation. Ce qui est paradoxal puisque le cheminement naval depuis quelques siècles est justement la centralisation de la direction du fait naval depuis de la Mer à la Terre.

 

De ces quelques considérations, nous pouvons imaginer de rappatrier l'Ecole navale à Brest dans les locaux du Centre d'Instruction Naval (CIN). Justement, ces bâtiments qui avaient été surnommé le "Versailles de la Mer".
Que faire de l'ancien site ? Le projet de construction d'une écocité maritime un peu utopiste sur l'ancien site de l'Ecole navale avec, toujours, le projet de création d'un port de plaisance ne devrait pas être une opération financière inintéressante.

 

Puis, imaginons une ambition documentaire avec la création d'une bibliothèque originale quelque part entre le Technopole, le CIN et le château de Brest (qui abrite le musée national de la Marine de Brest). Quoi mettre dans cette bibliothèque ?
Les archives de la Flotte du Ponant pourraient aller dans ses cales. Si cette centralisation géographique apparaissait excessive aux yeux de quelques uns, alors posons la question de la numérisation de ces documents. C'est coûteux ? Vrai. Mais il existe tellement de formules alliant bénévolat et bons échanges de procédés... Ou pourquoi pas tenter le coup ? Un tel centre d'archives pourrait attirer, très certainement, des chercheurs d'Europe et d'ailleurs. Ce qui ne pourrait que profiter à la vie universitaire locale et renforcer dans un cercle vertueux l'intérêt de ces archives.

Sur le pont principal, cette bibliothèque pourrait faire évoluer le lecteur selon une idée directrice forte : les ouvrages seraient classés par Flotte. C'est-à-dire qu'à chaque grande période navale française (la première tentative de création d'une Marine en France lors de la première guerre de cent ans ? La guerre de cent ans ? Sous Richelieu et Colbert ? Le combat en ligne de file ? Etc...) correspondrait un ensemble d'ouvrages décrivant les faits politiques, militaires, économiques, etc... de cette époque. Autant de zones temporelles mises en valeur par des maquettes du musée de la Marine pour montrer arsenaux et navires des époques considérées. 

 

Ce qui n'empêcherait pas la création de zones spécialisées sur des faits navals majeurs (aéronavale, sous-marins, batailles en ligne de fil, etc...) dans d'autres salles. Pourquoi pas.

 

Entre expositions permanentes et temporaires, la vie culturelle serait rythmée par cette structure qui aurait peu d'équivalent dans le monde (ou pas du tout). Brest peut espérer dans quelques années être à un peu plus de deux heures de Paris par TGV, ce est un grand atout pour investir dans un outil relié asse facilement à une ville-monde.

 

Ainsi, la Marine nationale par l'entremise de sa réinsertion sociale à Brest pourrait impulser une dynamique culturelle pour participer aux travaux étudiant le rapport de la France à la Mer. La masse critique des évènements scientifiques et culturels serait telle qu'elle pourrait profiter à tous. La bibliothèque-musée deviendrait rapidement un haut lieu de la culture maritime en France, avec des annexes fortes (Océanopolis, par exemple ou encore l'IFREMER et le SHOM). Dans pareil cadre, l'Ecole militaire à Paris ne serait pas le (presque) unique lieu de vie culturelle militaire en France.

 

L'Université de la Mer deviendrait quelque chose d'extrêmement riche et très bien dotée.

 
Dernière chose : à l'heure où des réglements et d'autres choses font craindre la création d'une école unique de formation des officiers (St Cyr ?), ce serait plus difficile de justifier la disparition d'une Ecole navale qui prouverait sa spécificité en étant implantée dans un tissu universitaire riche et large.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire