Facebook

Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





dimanche 7 décembre 2014

Le mot bimensuel : "Sous-marin"

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/40/LePlongeurModel%28Side%29.jpg 
© Creative commons.


Sous-marin, adj.. S'applique à des embarcations destinées à naviguer entre deux eaux. Une navigation Sous-marine est celle qui s'effectue avec des bateaux Sous-marins. Ce genre de navigation n'est encore qu'à l'état de commencement d'essai.




Poursuivons notre chronique en nous intéressant à la définition du mot sous-marin. Remarquons que la seconde édition (1856) du dictionnaire de Joseph de Bonnefoux ne définit par le submersible. Les considérations techniques de l'époque n'étaient pas assez avancées pour permettre à l'auteur d'observer les essais de navires submersibles et d'en distinguer deux catégories bien distinctes.
Aussi, nous nous interrogeons sur les connaissances du capitaine de vaisseau de Bonnefoux des expérimentations de navires submersibles au moment de la rédaction de l'ouvrage. Quelques exemples de faits marquants :

 

Dans son article versé au dossier Eté 1914, Si Vis Pacem nous relate la première expérimentation d'un engin sous-marin au XVIIe siècle : "Historiquement (4), le sous-marin n’est pas une invention de la 1ère Guerre mondiale puisque le premier semi-submersible de l’époque moderne (5), le « Drebbel » du nom de son inventeur, fut testé et amélioré entre 1620 et 1624 à Londres. Le potentiel militaire d’une telle invention apparait rapidement et c’est un ecclésiastique et scientifique britanniques, John Wilkins, qui est le premier à en décrire (6) les avantages potentiels dès 1648."


Deuxièmement, l'auteur canadien Spencer Dunmore retient un autre commencement à l'aventure sous-marine militaire dans Sous-marins - La fascinante aventure des guerriers du silence (1776 - 2002) : l'expérimentation puis la mise en oeuvre au combat la Turtle de David Bushmell. L'engin tenta de fixer une charge sur le HMS Eagle. Repéré par l'équipage, la torture fut mise en fuite. Pour l'auteur c'est le premier fait d'arme d'un engin sous-marin.

 

Ces deux faits ne semblent pas convaincre du potentiel de l'arme sous-marine au point d'en développer l'article dans ce dictionnaire. Et pourtant, dès les années suivantes, un troisième exemple permet de relever une victoire du sous-marin sur le navire de surface (à l'instar des premières victoires des vaisseaux de haut-bord sur les galères) :


Le CSS Hunley (pp. 18-37 de l'ouvrage de S. Dunmore) ne se singularisa pas par un torpillage mais par une dépose de charge de combat sur la coque du navire nordiste Housatonic en juillet 1863 afin de briser le blocus nordiste. Le navire coule et, première historique, un sous-marin force un blocus et se révèle être un système d'arme militaire viable.

 

Il semble que notre article ne vise que les deux premiers faits ou d'autres expérimentations qui nous seraient inconnus. Par la suite, la France lança le Plongeur en 1863 d'une conception plus avancée que celle du CSS Hunley. La véritable rupture sous-marine, c'est-à-dire la prise en considération du navire sous-marin comme outil stratégique, ne semble intervenir qu'avec l'exploit de l'U-9.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire