Facebook

Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





mercredi 18 février 2015

Frégate de 4000 tonnes : où la trouver ?



L'entreprise DCNS aurait besoin d'ajouter une nouvelle corde à son arc car sa gamme ne serait pas complète sans une Frégate de Taille Intermédiaire (FTI) plus simple, notamment dans sa mise en oeuvre (sans les défis imposés par un équipage si réduit). Le besoin de l'entreprise prend le pas sur les besoins opérationnels de la Marine. La manoeuvre, maintes fois prêtées à Dassault Aviation, ne provoque aucune réaction épidermique. Le projet devrait, à bien des égards, être critiqué. Surtout, il ne semble pas judicieux de prendre sur le maigre budget équipements de la Royale à destination de la flotte de surface. En particulier s'il s'agit de lancer un navire "moins complexe" que la classe Aquitaine.

Premièrement, doutons que DCNS ait besoin de passer par la case Marine nationale pour étendre son offre commerciale en matière de navires de combat. Les labels "combat proven" ou "sea proven" sont-ils indispensables ? A contrario de l'aéronautique, les labels ne sont pas forcément nécessaires pour trouver des clients. L'Adroit appartient à la famille Gowind qui ne cesse d'évoluer et de s'adapter depuis une dizaine années. La Marine nationale était-elle le client de lancement des versions militaires des navires de cette gamme ? Non. Cela n'empêcha nullement la marine malaysienne de commander 6 Gowind Combat, tout en devenant la marine de lancement. L'Egypte commandait elle-aussi 4 unités similaires et aurait levé l'option pour deux unités supplémentaires.

L'exemple de l'Adroit est contradictoire. Ce patrouilleur sert complètement la Marine nationale qui trouve là un laboratoire d'idées pour le programme BATSIMAR. La Royale a-t-elle si souvent eu l'occasion d'essayer banc d'essais flottant en opérations afin d'affiner un programme à venir ? Cependant, les arsenaux ne parviennent pas à vendre le navire.

Deuxièmement, l'autre argument avancé pour justifier le télescopage entre le besoin de l'entreprise et celui de la Marine nationale est la trop grande complexité des FREMM (pour des marines étrangères). Par définition, ces navires sont des frégates lourdes conçues pour évoluer dans un contexte de guerre de haute intensité. "Elles" ambitionnent de pouvoir lutter dans tous les milieux à des degrés divers (FREMM ASM et FREDA).

Souvent, le tonnage des FREMM est poussé en avant comme un facteur d'explication : une FREMM de 6000 tonnes est trop complexe. Parce qu'une FREMM, à capacités égales, de 4000 tonnes serait plus simple ?

L'autre argument souvent cité est que la démographie française impose une réduction des équipages pour répondre aux équations budgétaires. Ce qui entraîne, paradoxalement, une surenchère technique dans la formation des marins qui doivent gérer bien plus d'automatismes.

Néanmoins, quand un sous-marin, à l'instar du Scorpène, est armé par un équipage de 32 marins pour 2000 tonnes en plongée, faut-il croire qu'une FREMM est moins ou plus complexe en étant armé par 94 marins (hors détachement aéronautique) pour 6000 tonnes ? Calcul bidon s'il en est. Mais qui a, peut-être, le mérite de soulever une incohérence dans le discours : un sous-marin est-il un navire dénué d'automatismes, d'un équipage réduit et de grandes exigences pour évoluer dans trois dimensions et mettre en oeuvre armes et équipements ?

Troisièmement, faut-il viser une frégate plus simple sur le plan technologique ? Il y a de quoi douter de la réussite à lier les objectifs capacitaires de la Marine nationale à ceux de clients étrangers. Premièrement, alors que l'amiral Rogel réaffirme son besoin de 15 frégates de premier rang, comment croire que la FTI sera "plus simple" ? La Marine nationale a besoin de frégates anti-sous-marines (puisque la cible en matière de frégate de défense aérienne semble atteinte (4 navires) aussi capables que les FREMM ASM en capacités opérationnelles. La suite ASM d'une FREMM, avec son NH90, ne peut être qualifié de système d'armes "simple". C'est plutôt un ensemble opérationnel de premier rang au niveau mondial.

La démographie et la fiscalité française n''évolueront pas radicalement : la Marine n'ambitionnera pas, nous pouvons en faire le pari, d'avoir un équipage plus nombreux sur une FTI que sur une FREMM. Il est possible d'imaginer que la Royale soit allée trop loin dans la réduction d'effectifs. Il peut y avoir une évolution à la marge sur la taille de l'équipage, à l'instar des réflexions américaines sur les LCS. Ce qui amène à constater qu'il est bien difficile de viser un navire moins automatisé pour un client qui réduit chaque année ses effectifs...

Ce qui revient à dire que la frégate de 4000 tonnes, version Marine nationale, risque, non pas d'être plus "simple", mais surtout d'être plus légère, limitant son potentiel d'évolution sur 30 ans, les systèmes d'armes et de détection embarqués et son autonomie à la mer.

Quatrièmement, sur le plan commercial, la chose n'est pas plus aisée à comprendre. La Russie et la Chine, par exemple, proposent des frégates de 4000 tonnes. Faire le tour des ventes de frégates depuis 20 ans prendrait trop de temps et d'autres l'écrivent bien mieux. Cependant, nous ne pouvons que souligner la concurrence qui existe entre chantiers européens, d'une part, et le développement de capacités nationales chez les puissances émergentes, d'autre part. Par là, il faudrait comparer la vente des FREMM à celles du Rafale et se demander si cette classe de frégates perdait un marché face à un navire plus léger.

Par exemple, l'entreprise DCNS lançait en 2008 la "FM 400", une frégate modulaire de 4000 tonnes, destinée à prendre la succession des frégates La Fayette pour les marchés à l'exportation. En 2011, le projet est mis en sommeil, aucune vente n'est réalisée. Pendant ce temps là, les corvettes Gowind se vendent plutôt bien sur un segment de marché, les corvettes, réputé bien plus difficile.

Cinquièmement, faut-il lancer une nouvelle frégate ? La question est bête mais elle gagne, peut-être, à être jetée en pâture aux commentaires. La FM 400 (4000 tonnes) semble être la reprise des études du programme FMM (Frégates Multi-Missions - ~4000 tonnes) qui est l'ancêtre des FREMM (6000 tonnes). Celui-ci n'était que l'aboutissement des travaux conduit pour tirer des frégates La Fayette (3600 à 4500 tonnes) des versions spécialisées pour la Marine nationale. Celles-ci pouvaient s'appuyer sur le retour d'expérience issus des demandes des clients des La Fayette anti-sous-marines et de défense aérienne.

Les corvettes Gowind Combat vendues à la Malaisie déplacerait à pleine charge près ou plus de 3000 tonnes. Les FREMM déplacent à pleine charge 6000 tonnes. Pourquoi ne pas imaginer une Gowind de 4000 tonnes ? Une FREMM de 5000 tonnes ? S'il existe une famille Gowind, il n'existe pas de famille FREMM...

Il est bien surprenant de pousser le développement d'un nouveau navire alors qu'une version agrandie d'un existant, la corvette Gowind, qui s'est vendu à 10 exemplaires aujourd'hui, focaliserait des efforts sur une réussite. Celui-ci répond aux besoins du marché et complète par le bas la gamme de DCNS vis-à-vis des FREMM. Par exemple, sur la question de la complexité du navire, les corvettes Gowind (exemple malaisien) mettent en oeuvre des équipements bien moins sophistiqués et sont armés par des équipages plus conséquents (138 marins pour une Gowind malaisienne).

Faut-il réinventer la roue ? Tout ceci pour dire que la frégate de 4000 tonnes se situe peut-être dans la frontière floue entre une frégate légère/corvette et une frégate lourde dont la démarcation évolue selon les demandes des marines clientes.

A l'aune des discours actuels, ils semblent bien malheureux de vouloir forcer la main de la Marine nationale pour prendre une frégate de 4000 tonnes qui ne correspond pas à ses besoins exprimés depuis 2005. Les 2000 tonnes de différences entre une FTI et une FREMM se résumeront à de l'autonomie perdue, soit une réduction de la capacité à durer.

L'émergence de nouveaux concurrents dans la construction de navires militaires ne plaident pas pour faire plus "simple" mais plutôt pour conserver notre avance technologique. En ce sens, la frégate qui remplacera les La Fayette gagnerait à investir les technologiques émergentes. Elles permettront de réduire la taille du navire (pensons aux moteurs à aimant supraconducteur), de tenter de mieux gérer la complexité (tous les systèmes d'aide à la décision) tout en continuant à réduire les équipages. Ne pas faire ce pari, c'est, quelque part, penser que la Chine, l'Inde et la Russie ne proposeront pas encore et toujours mieux à leurs partenaires internationaux. Autre pari, terriblement risqué celui-ci.

7 commentaires:

  1. Est-ce que les commentaires publiés sur l'ancien blog seront restitués ici svp
    Merci beaucoup

    Roland

    RépondreSupprimer
  2. Les FTI sont prévues, normalement, à encaisser les coups et à combattre en mode dégradées, seul ou dans un groupe naval.
    La FREMM, par contre, à l'issue du premier coup reçu, rentre au port.......... et ne peut plus combattre en mode dégradé. Elle devra être réparée.

    Les sous-marins en France tourne chacun avec deux équipages, les bâtiments de surface avec un seul équipage. Les premiers retours observés montrent une fatigue excessive des personnels sur FREMM sans avoir la possibilité d'avoir de vrais périodes de repos.
    Vaudrait il mieux avoir des frégates avec un équipages plus nombreux (150 semble être un bon compromis) ou des FREMM avec deux équipages ?
    Vaudrait il mieux avoir des navires capables d'encaisser les coups ou des navires qui rentrent au premier obus, roquettes, missiles reçus ?

    Je vous laisse méditer

    Un marin qui connait bien ces dossiers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci bien pour ces précisions ! Je suis très intéressé par l'une ou l'autre de vos remarques, serait-ce possible d'en parler ailleurs (formulaire de contact en bas à droite) ?

      Supprimer
    2. moi aussi,

      dans le cadre d'un projet personnel (http://breizheagle.jimdo.com/), je suis très intéressé par vos remarques. serait-il possible d'en parler ailleurs également

      Supprimer
  3. "Les FTI sont prévues, normalement, à encaisser les coups et à combattre en mode dégradées, seul ou dans un groupe naval"
    commentaire très surprenant: De quels coups s'agit-il?
    Difficile d'imaginer qu'une FTI sera attaquée par autre chose qu'un missile AM ou une torpille lourde.
    Difficile dans ce cas d'imaginer , en cas de coup au but qu'un bâtiment de 4000T puisse y résiter......et mieux, être réparé et retourner au combat.


    ULYSSE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des destroyers de 1500T minimum lors de la seconde guerre mondiale ont pu encaisser des coups terribles.
      Le CT MOGADOR (2700T) a eu son arrière détruit par un obus de 381mm (860kg) britanniques à Mers El Kebir, il n'a pas coulé.
      Des destroyers assurant l'escorte des convois dans l'Atlantique ont pu eu aussi survivre à des avaries de combats terribles (j'ai même vu une photo d'un destroyer anglais avec tout son avant disparu.

      Un navire de 4000T bien conçu et bien solide peut donc encaisser un méchant coup au but.
      Et les FTI sont aussi conçus pour agir seules ou au sein d'un groupe, face à un adversaire qui pourraient mettre en oeuvre des canons voire des roquettes missilialisées par hélicoptère.
      La vrai question est le coût d'une réparation consécutive à une avarie de combat, mais là le débat sera plus politique.

      Supprimer
  4. Il y a 3 éléments importants me semblent : la capacité à gérer les interactions électromagnétiques d'une FREMM sur un navire de 4000t (ce que ne pouvait pas faire la FM400, mais que revendique le XWind 4000) et d'autre part d'avoir une alimentation électrique suffisamment costaude pour encaisser les armes laser qui vont devenir incontournables. Enfin, se pose la question de la furtivité qu'il faudra également maximiser avec l'émergence de nouvelles capacités ISR ...
    Bref est-ce qu'une grosse Gowind (ou une petite Fremm) pourrait être suffisamment évoluée pour la durée de vie d'une FTI ? BPCs

    RépondreSupprimer