Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





vendredi 25 décembre 2015

Cinéma et Espace – La Lune, la fin des fantasmes ?

© NASA. Mission Apollo 17, 11 décembre 1972. L’astronaute Eugene A. Cernan (commandant), fait une courte vérification du LRV (Vehicule tout terrain lunaire) au début de la première sortie du module Apollo 17 (EVA-1) sur le site d’aterrissage de Taurus-Littrow.
Visitons quelques perceptions touchant à l’astre célestin par le biais d’une sélection de quelques films l’utilisant comme scène principale de l’action. C’est presque par nostalgie que nous vous proposons ces quelques lignes. La « conquête » ou exploration spatiale continue d’entretenir quelques ambitions pour Mars. Biens des hypothèses incluent la Lune comme point relais asservi à ce projet. Ce qui supposerait une station orbitale ou une base lunaire. La face cachée de la Lune, emplissant rêves et fantasmes depuis des siècles, ne manquerait pas alors de perdre totalement de son aura car habitée, visitée par machines et hommes régulièrement.


L’artillerie spatiale 

Les auteurs de science fiction s’emparaient naturellement du sujet. Jules Verne possède l’une des œuvres les plus influentes en la matière. De la Terre à la Lune, trajet direct en 97 heures 20 minutes (1865) inspira bien des cinéastes. H. G. Wells avec son roman The First Men in the Moon (1901) en est l’héritier direct. L’adaptation à l’écran par Georges Méliès (Le Voyage dans la Lune, 1902) paraîtrait plus fidèle à l’oeuvre de Jules Verne, par exemple dans le moyen d’accéder à l’espace.

La filiation est quasi directe car dans les deux histoires, sur papier et sur toile, il est question du même procédé pour effectuer le voyage. S’inspirant d’une pièce de Marine – le canon Columbiad de la guerre civile américaine – Jules Verne imagine un canon capable d’envoyer un obus sur la Lune. Au demeurant, la même pièce inspira un certain Henri-Joseph Paixhans (1783-1854), auteur lui d’une rupture dans le combat naval avec l’emploi d’obus explosif. Et dont l’une des illustrations trouvant l’écho le plus féroce est la bataille de Sinope (30 novembre 1853).

Cette volonté d’user de l’artillerie comme moyen d’exploration spatiale durera avec des études sur des canons comme armes anti-satellites mais aussi comme moyen de lancement de satellites en orbites. Gerald Bull (9 mars 1928 – 22 mars 1990) referma cette dernière hypothèse sans succès et tous l’arc narratif de l’aventure spatiale du canon fut bouclé. Ce qui ne nous empêche pas de relire Jules Verne ou d’apprécier les trésors techniques de Méliès qui émerveillent encore les foules.

Lune, nouvel eldorado ? 

Très tôt, aussi, il est imaginé que la Lune puisse receler des ressources précieuses nécessaires au développement de l’humanité et bien pratiques pour en justifier l’exploration puis la colonisation. Aujourd’hui encore, la présence d’hélium 3 fonderait l’utilité de son exploitation afin d’alimenter les projets de missions habitées à destination de Mars.

Un autre maître du cinéma se penche sur la question : l’autrichien Fritz Lang (5 décembre 1890 – 2 août 1976). Son œuvre continue de marquer le cinéma. Connu notamment pour Métropolis (1927) dont un l’un des personnages fait le sel d’une épique saga spatiale.

Dans La Femme sur la Lune (1929), Fritz Lang rassemble tous les ingrédients de nombres d’épopées sidérales. Un scientifique défend la présence d’or sur la Lune, il est moqué par ses pairs. Trente années plus tard, un homme se lance dans la construction d’une fusée (qui passera à la postérité dans une œuvre belge). Deux hommes s’y intéressent et un cartel financier, plus intéressé par la découverte d’un astre aurifère plus que par l’exploit, influence la mission.

Est-ce là l’archétype d’une fiction voyant les ambitions des explorateurs confrontées à la main invisible du marché ?

Seul sur la Lune ? 

Le Voyage dans la Lune voyait nos héros rencontrer les Sélénites et en ramener un malencontreusement sur Terre. Depuis les premières missions d’exploration spatiale, nous n’avons plus d’espoir de rencontrer une population indigène, voire extra-lunaire.

Toute peine n’est pas perdue dans l’imaginaire collectif. Apollo 18 (2011), la dernière et secrète mission était source de phénomènes inexpliqués… Serions-nous réellement seul sur la Lune ? Les événements survenus pendant cette mission expliquent peut-être pourquoi Sam Bell (Moon, 2009) travaille seule à l’exploitation de l’hélium 3. Il y fera pourtant une découverte terriblement humaine et inhumaine à la fois, peut-être en forme de conclusion au film de Fritz Lang.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire