Facebook

Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





mardi 20 septembre 2016

Le plan naval de Bruno Le Maire (2017-2027) : précisions des responsables du projet

© JJMM.
Le versant naval de la partie Défense du "contrat présidentiel" de Bruno Le Maire était présenté sur ce blog (ce qui était qualifié de "plan naval" (2017-2027). Les responsables du projet du candidat souhaitaient répondre aux remarques faites dans le billet. Ce sont eux qui s'expriment sous cette présentation. Le droit de réponse est naturellement observé, comme cela serait fait pour tout candidat à la primaire du parti politique "Les Républicains", d'une autre primaire, ou de tout candidat déclaré à l'élection présidentielle.

Tout d'abord, la nécessité de l’exercice du Contrat Présidentiel de Bruno Le Maire nous a contraints à un format limité pour chaque thématique, le livre entier dépassant in fine les 1 000 pages. Dans le cas de la fiche [DEF4] nous attribuerons à la défense des moyens à la hauteur de nos ambitions (composante Marine nationale). La fiche initiale s’approchait des 10 pages. Les précisions que nous apportons ci-dessous en sont largement issues.

  • Présence SEM dans [DEF2]
C’est en effet une erreur de mise à jour imputable à un travail dans le temps qui a démarré en janvier 2016, nous aurions dû les faire disparaître de cette version.

  • Rénovations actées
Concernant la rénovation des 55 M2000D et des 5 frégates La Fayette, nous partons du principe que nous ne reviendrons pas dessus, la première ayant été notifiée en juillet dernier tandis que la seconde ayant été actée lors de l’actualisation de la LPM.
Votre question nous permet également de préciser que nous poursuivrons le remplacement de la composante Guerre des mines au travers du programme SLAM/F – MMCM en lien avec le Royaume-Uni (cf. fiche DEF9). Dans le domaine des drones, l’intégration du Système de drone aérien pour la Marine (SDAM) sur FTI/BATSIMAR/B2M demeure également d’actualité avec un horizon opérationnel à 2020 pour l’option voilure tournante.

  • Programme Avion de Surveillance Maritime (AVISMAR)
Initialement prévus pour réception du premier des dix-huit appareils en 2015, le programme AVISMAR est toujours en attente de lancement. Sur la base de solutions qui existent déjà actuellement dans les propositions des industriels, nous envisageons l’entrée en service de 15 unités entre 2023 et 2030 pour un coût de 500M€.

  • Programme Hélicoptère Interarmées du Futur (HIL)
Programme s’inspirant d’une logique de mutualisation des investissements des trois armées sur une même plateforme légère, le HIL n’est à notre sens pas une bonne solution pour la Marine. Tandis que cette interarmisation semble d’un point de vue logistique et historique possible entre l’Armée de Terre et l’Armée de l’Air (exemple des Puma, Fennec et Caracal des deux armées), la Marine, au vu de ses spécificités largement mentionnées dans vos articles sur le sujet, sera dotée d’une cinquantaine de machines. Ils pourront être dérivés du H145 T2 ou du H160 pour un coût précis qui reste à définir compris entre 800M€ et 1,5Md€ à partir de 2025.

  • Coût du PA2
Ce sujet étant dimensionnant pour la Flotte et ayant subi tellement de revirements depuis plus d’une dizaine d’année, nous avons fait le choix de conserver l’hypothèse haute du coût du navire, comprenant ainsi le flotteur, la propulsion nucléaire et la suite électronique propre aux navires de guerre, tout en intégrant le MCO et les coût d’infrastructures afférents (construction puis port d’attache du navire).

  • Programme Frégate de taille intermédiaire (FTI)
Le programme FTI verra sa trajectoire financière précisée par les LPM 2019-2024 puis 2024-2029. En effet, au-delà des 6 FTI déjà mentionnées, nous prévoyons de poursuivre la série par une version allégée basée sur la même coque et destinée à remplacer les 6 Frégates de Surveillance de type Floréal à compter de 2027 (Artillerie de 76mm, MM40 block 3C, VL MICA, HIL avec sonar et Mu90).

2 commentaires:

  1. On ne peut que se réjouir des intentions et vous féliciter de la prise en compte des enjeux de la mer.
    Petite suggestion aux rédacteurs: se doter, enfin, d'une vraie force de débarquement à base de Fusiliers Marins "commandos". Ca ne demande pas d'effectifs énormes et comme c'est du léger, pas des gros investissements; par contre, un vrai saut capacitaire. Une petite flottille d'assaut pour raffiner et on aura une force amphibie digne de ce nom...

    RépondreSupprimer
  2. 2 sentiments.
    I) Au moins ils ont essayé de comprendre ce qu'étaient la Marine, ses missions, et ses moyens. Sans esprit partisan, au moins ils se sont vraiment intéressés au sujet, et dans un tel niveau de détail, c'est déjà assez rare pour être souligné ! Parmi tous les programmes des candidats repris sur ce blog, c'est en tout cas le plus détaillé et le plus ambitieux. Ça part d'un bon sentiment !
    II) On sent quand même quelques grosses approximations, dommage que cette étude n'ait pas été poussé jusqu'au bout. Après, faire de la précision sur l'intégralité des sujets d'une présidentielle, c'est pas facile non plus.

    - L'idée d'augmenter le budget de la Défense est le postulat de base, sur lequel il est plus facile de faire de belles promesses. Mais c'est aussi sous réserve d'une prévision de croissance, et donc sous réserve que le programme du candidat élu marche vite et bien. C'est donc relativement optimiste, ou en tout cas incertain.

    - Augmenter le nombre de frégates est indispensable, et bien présent dans ce programme. Mais pourquoi ne pas supprimer la FTI pour ré-augmenter la série des FREMM, et ainsi faire re-baisser leur prix unitaire (comme à l'origine) ? Pourquoi également ne pas parler d'une augmentation du nombre de missiles, comme les 24 VL-Mica à l'arrière proposés au Canada, à la Grèce et à l'Australie ?

    - Quid de la sous-marinade ? Un 7ème SNA ne serait pas de trop.

    - Je m’interroge encore beaucoup plus sur le 2nd porte-avions ...
    Comment le mettre sur cale en 2020 ? St-Nazaire est (fort heureusement pour l'export) surchargé jusque 2026 et le duo infernal Sarkozy-Hollande a fait fermer puis démanteler l'Arsenal de Brest. Il n'y a plus de place en France pour un pont plat avant 2026 (entrée en service 2036). Construction ou (re)aménagement d'une nouvelle cale ? Ou promesse de campagne peu documentée ?
    Plus embattant. Entrée en service en 2030, OK. Mais dès 2040/2041, notre vénérable Charles-de-Gaulle prendra sa retraite, laissant le PA2 devenir le PA unique ... Ce plan ne prend pas en compte les 30 ans de retard dans la commande du PA2. Si Monsieur Le Maire veut réellement assurer une permanence opérationnelle au delà de 2040, il faut engager la construction de DEUX porte-avions, avec une entrée en service du 2ème en 2040. Et là le calendrier reste à préciser. Je n'aimerais pas avoir décelé de l'enfumage, avec une permanence pour seulement 10 ans puis de nouveau un unique porte-avions.

    QC

    RépondreSupprimer