Facebook

Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





vendredi 9 septembre 2016

"Refonder la Sécurité nationale" de l'Institut Montaigne, versant maritime


La lecture du rapport "Refonder la Sécurité nationale" de l'Institut Montaigne (7 septembre) nous amène à nous interroger sur la (non) prise en compte du fait maritime mondial dans la Défense nationale et la Sécurité Intérieure de (l'Archipel) France par ses rédacteurs. Une chose regrettable alors que ce papier tente manifestement de peser sur l'actualité politique (primaire, présidentielle) en vue de l'anniversaire des 15 ans des attentats du 11 septembre 2001.

Archipel France

Ce rapport semble confronter à une certaine myopie géographique. La France ne peut se réduire à ses territoires d'Europe quand elle est un Archipel allant, d'Ouest en Est, des Antilles jusqu'à l'Est du Pacifique et, du Nord au Sud, de l'Atlantique Nord aux portes du pôle Nord jusqu'aux portes du pôle Sud dans l'Océan Indien. 

Admettons que la réalité géographique nationale ne soit pas une préoccupation ou une exigence. Mais il n'est pas cohérent d'interroger l'importance et le rôle des entreprises dans cette thématique sécuritaire sans même prendre la peine de mettre en avant que les intérêts financiers et économiques français sont disséminés sur l'ensemble du globe terrestre. Ou, au hasard, ne pas prendre en compte le rôle joué dans les questions sécuritaires et migratoires par la Méditerranée.

Cyberespace et Océan, deux des milieux conflictuels prioritaires
"Par nature [Le Cyberespace], il échappe aux logiques territoriales et géographiques, qu’il s’agisse du déploiement d’actions offensives ou de propagande. Il s’affirme comme un espace stratégique."
p. 27

L'actualité de sa conflictualité milite avec ardeur contre l'assertion précédente. Nous ne revenons pas sur les discussions et débats entamés par les auteurs français de cyberstratégie au sujet de la conflictualité d'un milieu dominé par les Etats-Unis où Chine et Russie tentent de porter un projet d'autonomisation, voire d'indépendance nationale.

La Mer est globalement absente de ce rapport. Non seulement les données habituelles sur l'importance du fait maritime mondial dans l'économie mondiale (90% des échanges) et la sécurité internationale ne sont même pas utilisées pour enrichir l'analyse. 
Les nouvelles manières d'exploiter les richesses marines et sous-marines renouvellent notre rapport à la conflictualité maritime. Il sera toujours question d'opposer deux volontés sur l'usage de la Mer au sens mondial, voire régional, mais également sur la territorialisation de portions de Mer eu égard aux richesses très localisées.
L'impasse touche aussi aux affrontement inter-étatiques et infra-étatique dans la sphère maritime. Le rôle joué par l'atome ne perd pas de sa centralité, bien au contraire. Bien des marines sont en phase de (re)montée en puissance. 
Il est à souligner l'importance prise par les actions infra-militaires dans la Méditerranée, les océans Indien et Pacifique pour le contrôle et l'annexions d'archipels, l'usage des routes maritimes. Les modes d'action observés mêlent dorénavant des milices, des forces garde-côtières et des marines de guerre sans oublier quelques approches dans la "martialisation" de navires et plateformes civils. Si ces rivalités se concentrent dans la zone déclarée du pivot des Etats-Unis, elles ne peuvent qu'inspirer ceux qui contestent la souveraineté de la France sur une partie de ses territoires ultra-marins. 

Il y a pourtant tout lieu de s'interroger sur l'adéquation entre nos ambitions, nos moyens maritimes et les défis posés avec l'oeil le plus neuf possible.
  
La France dans le monde

La présentation des menaces prioritaires focalise l'attention sur la question du "terrorisme islamique". Par habitude, nous pensions qu'il ne s'agissait pas de combattre un mode d'action mais bien une volonté politique que nous désignons comme l'ennemi ou qui nous désigne comme tel. Il s'agit donc de la question de notre volonté politique (qui sommes-nous ?, que voulons-nous ?) confrontée à d'autres. Et c'est dans cette perspective qu'il aurait pu être intéressant de ne pas mettre en avant la seule question de l'organisation Etat islamique mais bien de l'ensemble des partis, groupes et groupuscules, voire peut-être quelques Etats, qui en veulent à notre cité, sa manière d'être et de fonctionner. 

Dans la France face aux menaces liées aux résurgences de politique de puissance, nous retrouvons, par exemple, la volonté de présenter la Russie comme une menace pour la France. C'est tout de même tirer un trait un peu rapide sur l'apport de Moscou aux stratégies diplomatiques de la France depuis deux siècles pour tenter d'équilibrer les relations en Europe, tant à destination de Londres que de Berlin. Et dans le contexte d'une France en perte de vitesse face à une Allemagne toujours aussi efficace dans la gestion de ses intérêts, un rapprochement avec Moscou n'est pas une hypothèse à exclure si facilement.

Indicateurs opérationnels

Dans l'ensemble des présentations thématiques, la Marine nationale est souvent très peu représentée, ce qui est cohérent avec l'ensemble des préoccupations de l'ensemble du rapport. Les chiffres avancés sont parfois tout simplement erronés ou montrent une méconnaissance des indicateurs opérationnels habituellement usités. Aucune des capacités-clefs mises en oeuvre, recherchées ou espérées dans la conduite des opérations militaires contemporaines n'est mise en avant. 

S'il est intéressant de regarder la répartition des hommes de l'Armée de Terre dans les différentes unités et missions, il ne faudrait pas oublier qu'en Mer il ne faut pas des armes pour armer des hommes mais bien des hommes pour armer des bateaux. 

C'est pourquoi l'indicateur principal pour la Posture Permanente de Sauvegarde Maritime (p. 52), les "missions permanentes ou récurrentes" maritimes (la dissuasion océanique ? L'AEM ? (p. 65) ou encore la mission Atalante (p. 42), n'est pas le nombre d'hommes mais bien le nombre de bateaux. L'effectif déployé permet alors de mesurer l'aptitude à mettre en oeuvre toutes les capacités des navires et à les soutenir afin qu'ils puissent durer à la mer.

La question des effectifs est presque toujours noyée dans une distinction entre ceux du ministère de l'Intérieur, des Finances et de la Défense en prenant en compte le privé. Toutefois, c'est s'interdire d'observer la répartition des efforts au sein des forces armées et donc de choisir où placer le curseur. 

La "réserve" (citoyenne ? Opérationnelle ?) de la Marine nationale est très rapidement évoquée (pp. 116-117) pour rappeler l'objectif de 6000 postes de réservistes d'ici à 2018 (contre 4700 en 2017). 60% des réservistes sont employés, selon ce rapport, à la protection du territoire nationale, au rayonnement (réserve citoyenne inclue ou exclue ?) et au recrutement. La refonte du Charles de Gaulle est également citée, tout comme l'appel à des réservistes pour renforcer la formation des pilotes sur Rafale.

Inventaire de la Flotte ?

La plus criante des inexactitudes est d'avoir comptabilisé les Super Etendard Modernisés (retirés du service en juin 2016) dans les aéronefs à voilure fixe (58 machines) du GAé (Groupe Aérien embarqué). Les 42 Rafale M (en comptant la réception du dernier rétrofité en 2017) et 3 E-2C Hawkeye ne peuvent plus s'appuyer sur les SEM.  Un GAé qui fonctionne sans hélicoptères manifestement.

Aussi, nous sommes surpris de lire que l'Action de l'Etat en Mer bénéficierait de 30 patrouilleurs et vedettes de la Gendarmerie (maritime, peut-être ?). Il aurait fallu ne recenser soit que les moyens de la Marine nationale (plutôt proches d'une somme approximative de quinze patrouilleurs), soit dénombrer l'ensemble des moyens de l'AEM.
Et à ce dernier titre, l'exemple des Vedettes Côtières de Surveillance Maritime de la Gendarmerie maritime est éclairant puisque rien que cette classe regroupe 24 unités, sans compter bien d'autres de cette administration... et de toutes celles regroupées dans la fonction garde-côtes.

Dans le même registre, sur les sept frégates ASM de la classe Georges Leygues (7 unités), seules 5 sont encore en service, c'est pourquoi il n'est pas juste de comptabiliser les deux frégates de classe Aquitaine dans les 7 frégates ASM actuellement en service et dont l'année de mise en service débuterait depuis 1979 (p. 54).

L'inventaire de la Flotte dressé par l'association Net-Marine en 2014 permet, malgré le besoin de réactualisations, de constater l'ampleur des décalages entre la pratique maritime de l'Etat dans l'Océan et l'analyse (très légère) de l'Institut Montaigne. 

En bref

La dissuasion est très (trop ?) rapidement évoquée avec la problématique de la trajectoire financière devant bondir de 3,4 milliards d'euros par année jusqu'à 6 milliards à partir de 2025. Aucun mot sur les deux composantes ni même sur le SN3G alors que les SNLE et SLE (Sous-marins Lance Engins) sont des capacités qui se maintiennent (Russie, Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Chine) et se développent (Inde, Corée du Nord et du Sud).

Au final, sur les douze propositions émises, aucune ne concerne la Mer. La proposition n°2 (pp. 78-79) est la plus intéressante puisqu'elle invite à définir une doctrine des opérations extérieures, de l'entrée jusqu'à la sortie du théâtre. C'est une faiblesse française parfois avancée là où les interventions britanniques sont plutôt citées en exemple. L'ensemble des propositions restantes se partagent essentiellement autour d'une refonte de l'architecture de la mise en cohérence de la Défense et de la Sécurité Intérieure depuis le SGDSN jusqu'à la chaîne de commandement au sein du ministère de l'Intérieur. 


1 commentaire:

  1. Je partage entièrement les réflexions exposées ci-dessus. En ce 21° siècle, la mer est devenue un enjeu majeur de la mondialisation. le commerce international a connu un développement exponentiel. Une constatation est évidente, la grande mécanique de l'économie mondiale repose sur la liberté de navigation.Dans ces conditions, il paraît donc indispensable pour les états, de disposer d'importants moyens navals afin de garantir la sécurité des leurs approvisionnements stratégiques et la bonne régulation de leur économie.La France doit être une grande puissance maritime, la Marine nationale est l'instrument privilégié de cette puissance.Il ne suffit pas de couvrir de louanges nos marins,encore faut il leur donner les moyens d'assurer leurs missions au service de la France. "On ne peut sans Marine, ni soutenir la guerre ni profiter de la paix" Ces paroles prononcées au début du XVII° siècle par le Cardinal de Richelieu, redeviennent parfaitement d'actualité. Notre Marine manque de moyens, le constat est évident. La diminution du programme des FREMM de 17 à 8 est une grosse erreur et l'absence d'un second porte-avions diminue la capacité de notre outil de défense. Il n'y a jamais eu une volonté politique en France pour privilégier le développement d'une puissance maritime de guerre. Alors que les pays dits émergents sont en train de constituer des marines puissantes, nous diminuons le format de notre flotte, c'est inacceptable. Il nous faut relever les défis et donner à tout prix les moyens à notre marine, c'est l'intérêt vital de notre pays.

    RépondreSupprimer