Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





jeudi 17 novembre 2016

Royal Navy (2016 - 2030) : quelle(s) capacité(s) anti-navire(s) ?

© PO(Phot). Wheelie A'barrowRoyal Navy warship HMS Montrose flexes her warfighting muscle with the successful firing of a Harpoon missile - capable of destroying a target up to 80 miles away.




Grande surprise : la Royal Navy retirera du service les missiles anti-navires Harpoon Block 1C (220 km pour 220 kg d'explosifs) à la fin de l'année 2018. Il équipe 13 frégates Type 23 et 3 destroyers Type 45 (plus trois autres par la suite ?). Le fracas retombé, il convient de s'interroger sur les capacités anti-navires globales de la marine anglaise sur la période considérée et de remarquer que c'est un choix à rebours des tendances navales mondiales.

Il ne semble pas être question de commander une version plus ou moins récente du Harpoon (hypothèse financière basse, sans changement de munition et donc de système). Il y a tout lieu de croire que le Ministry of Defence n'investira que dans le FC/ASW (Future Cruise/Anti-Ship Weapon). À la remarque près qu'il serait question de lancer sa phase son étude de définition à partir de l'année 2017 et ce, jusqu'en 2020. Eu égard à l'inertie d'un grand programme d'armement, les deux marines, française et britannique, dépendantes du programme ne peuvent espérer recevoir les premiers lots de munitions opérationnels avant 2025 (hypothèse optimiste) ou 2030 (hypothèse réaliste ?).

Du côté de la surface, la mise en service du missile ANL/Sea Venom (50 km pour 30 kg d'explosifs) ne compensera pas le retrait de service des RGM-84D Harpoon. L'ANL fournira une capacité anti-navire aux hélicoptères des deux marines (après le retrait des AS-12 et Sea Skua) contre des embarcations légères (de 50 à 500 tonnes), au plus tard en 2020.

Ce désarmement unilatéral qui ne dit pas son nom invite vivement à considérer la capacité de lutte anti-surface de la Royal Navy dans son ensemble :

Il reste les éternelles bouches à feu qui ne manqueront pas de (re)voir leur rôle souligné. Si l'artillerie navale demeure indispensable, les pièces de 113 mm possèdent une portée intéressant l'auto-défense à courte et très courte portée du navire porteur mais ne permettent pas d'engager un adversaire au-delà de l'horizon... sans nouvelles munitions. Et même un obus guidé à longue portée n'offrirait, au mieux, qu'une centaine de kilomètres de portée.

Sans oublier l'usage de torpilles légères Stingray (environ 10 km) depuis les frégates anti-sous-marines et les hélicoptères. Une arme ne servant qu'à portée de canons ou de systèmes anti-aériens à courte portée.
Les premiers P-8 Poseidon pourraient rejoindre la Royal Air Force au début de la décennie 2020, bien qu'aucune date ne soit avancée pour le premier lot de quatre appareils. Et reste la question de la munition puisque la commande des neuf PATMAR n'était pas suivie de celle de la version aéroportée des Harpoon (AGM-84 E à K) ou d'un missile similaire (AM-39 Exocet, AGM-158C LRASM, etc). Les Nimrod pouvaient tirer des UGM-84 Harpoon. Aussi, il est à noter que cette capacité est intermittente là où un navire dispose en permanence de ses munitions, transposition à la mer de la différence entre la permanence de l'artillerie et le manque de persistence du fait aérien.

Justement, la mise en service des porte-aéronefs HMS Queen Elizabeth (2017) et Prince of Wales (2023) permettrait de déclarer un premier groupe aérien embarqué, au plus tôt en 2020. Il s'agirait alors de dénicher, une fois encore, un missile anti-navire pour les F-35B (AGM-158C LRASM, NSM) et de relever s'il n'y aura pas de conflit de priorités entre le programme découlant du FC/ASW et un éventuel besoin opérationnel plus urgent.

Il ne resterait alors que les SNA/SSN de la Royal Navy qui conserveraient une capacité anti-navire "lourde" autant par leurs torpilles lourdes Spearfish (50 km) et la version du Harpoon tirait depuis sous-marin (UGM-84D, 150 km). Sauf que la munition a été retirée du service en 2003 sans être remplacée, même sur les Astute en l'état actuel de nos recherches...

La situation étonne dans la mesure où le Royaume-Uni est l'un des rares États à avoir connu, depuis 1945, une guerre aéronavale et aéro-sous-marine symétrique avec l'engagement de tous les moyens. C'est justement dans l'exemple de la guerre des Malouines (2 avril - 14 juin 1982) qu'il convient de relever que les principaux instruments anti-navires furent les hélicoptères embarqués et les SNA (à la torpille). Négativement, c'est faute d'une défense aérienne suffisante que la plupart des unités navales britanniques furent perdues, autant en raison de bombes à gravitation que de missiles anti-navires.

Dans cette perspective, le choix anglais intéresse autant par son aspect financier que par l'expérience de la guerre des Malouines. Londres se réserve presque une capacité anti-navire en escadre en supposant que le cadre d'emploi du SSN (sur les seules torpilles) se reproduira dans une situation similaire à celle connue en 1982. Et encore, cela ne s'étend pas au groupe aéronaval qui ne reposera que sur la composante sous-marine... comme en 1982. L'action ponctuelle anti-navire ne bénéficiera que d'une capacité légère sur les frégates et destroyers.  

A contrario, la Marine nationale conserve un ensemble complet de capacités anti-navires, depuis le sous-marin jusqu'au PATMAR et mêlera même capacités légères et lourdes sur frégates.

À l'heure de débats stratégiques insistant sur l'allonge, la vitesse et le volume d'une salve de missiles anti-navires depuis les navires de surface (plutôt huit missiles subsoniques (200 km) en Europe contre 12 à 16 supersoniques (300 km) en Asie), Londres n'entretient plus cette capacité, il ne reste plus que les torpilles lourdes pour une arme à grande allonge sur sous-marins, que du léger pour la flotte de surface (artillerie, torpilles légères et Sea Venom).. Le choix ne manquera pas d'interpeller car il prend à contre-pied presque toutes les marines de la planète en état de choisir.

6 commentaires:

  1. Bonjour,un armement en tomahawk block IV qui devrait posséder une capacité anti navire pourrait faire attendre le FC/ASW,mais je ne sais pas si Londres a prévu d’équiper ses frégates de missile de croisière ?(deja que les T45 ne sont pas équipé de harpoon d'origine , il me semble).Pas facile de suivre le renouvellement de la royal navy ,finalement on n'est pas si mal que ça (juste l'impression qu'il ne manque pas grand chose pour que notre ensemble soit plus cohérent avec nos missions ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ni les Type 23, ni les Type 45 ne possèdent de silos à lancement vertical Mark 41. Les ensembles des deux classes ne peuvent recevoir une munition d'environ 7 mètres.

      Les Tomahawk anti-navires étaient retirés du service à l'extrême début de la décennie 1990. Je n'ai connaissance que de versions uniquement à destination du sol depuis.

      Les trois premiers Type 45 ont reçu des Haroon, les trois derniers devraient suivre.

      Supprimer
    2. Je parle d 'évolution de la version Block IV: (https://news.usni.org/2015/02/09/video-tomahawk-strike-missile-punches-hole-moving-maritime-target).
      Par contre pour les missiles de croisière britannique je voulais parler des T45 et des futurs T26.

      Supprimer
    3. Au temps pour moi, je ne connaissais pas du tout. Merci ! Cela suppose un aéronef à grande autonomie (ou un sous-marin plus guerre électronique ?) pour le processus de ciblage.

      Oui, je n'ai pas tenu compte de l'arrivée en flotte des Type 26 (avec Mark 41) car c'est tardif (d'où la citation des Type 23) et, de mes maigres de connaissance, Londres semble n'attendre que le FC/ASW. Le plus simple sur le plan financier et opérationnel me semblait être une commande d'Harpoon.

      Par contre, les Type 45 n'ont que des lanceurs Sylver A50, ce qui ne permet pas d'envisager l'embarquement de missiles de croisière mais peut-être pas un missile anti-navire "ensiloté".

      Supprimer
    4. Maigres connaissances !je ne dirais pas ça.

      Supprimer
  2. Il faut savoir demeurer très modeste, la preuve ! Je n'ai pas le temps d'essayer de tout connaître et ce n'est pas possible à mon humble avis. Je fais souvent l'impasse sur les programmes de munitions et de certains vecteurs.

    RépondreSupprimer