Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





samedi 9 décembre 2017

"World Submarines : Covert Shores Recognition Guide" de H. I. Sutton et C. Edward Davis


MM. H. I. Sutton et C. Edward Davis proposent World Submarines : Covert Shores Recognition Guide (2017), soit un guide d'identification des sous-marins actuellement en service de par le monde. Cet ouvrage aurait pu apparaître comme un guide aussi technique et aride qu'un annuaire naval. Mais, comme tout bon annuaire naval, il recèle de très précieuses informations dans le recensement effectué  et est un très rare outil pour reconnaître les sous-marins : une tâche assez ardue pour qui s'est déjà essayé à l'exercice.

Les deux auteurs sont de nationalité américaine :

Le premier est M. C. Edward Davis est un illustrateur - cette qualité rencontre l'objet de l'ouvrage ici présent - et auteur pour diverses agences gouvernementales. Son intérêt premier va pour la science-fiction, les univers "steampunk", les fictions aéronautiques et les uchronies. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont, par exemple, The Voyage of the Lunar Schooner (C. Edward Davis et H. I. Sutton, Belanger Books, 2015) et Phantoms of the Skies : The Lost History of Aviation from Antiquity to the Wright Brothers (C. Edward Davis et J. Allan Danelek, Adventures Unlimited Press, 2011).

Le deuxième est H. I. Sutton, ancien d'un service américain, aujourd'hui analyste et historien militaires, travaillant particulièrement sur les sources ouvertes (ROSO/OSINT) et illustrateur. Ses monographies, très régulièrement proposées sur son blog Covert shores, ont une audience et une influence notable. Il est l'auteur de Covert Shores: The Story of Naval Special Forces missions and minisubs (2016, 276 pages).

Ils viennent nous proposer ce guide d'identification des sous-marins militaires - hormis les plus petits midget et sous-marins de poche - depuis les plus petits sous-marins côtiers jusqu'à Sa Majesté l'Akula, dernier de son espèce. 80 de ces bateaux sont présentés. Et les auteurs classent les sous-marins selon le pays concepteur ou constructeur, précisant seulement en bas de la fiche les clients bénéficiaires d'une vente à l'exportation. Chaque fiche débute par la dénomination OTAN puis nationale. Fiche qui se compose d'un profil couleur puis d'une brève présentation de la classe ou de l'engin unique considéré. À cette première partie de la monographie succède un profil en noir et blanc du sous-marin en surface avec les traits caractéristiques à relever, permettant de distinguer ce bateau de tous les autres. Les caractéristiques nautiques et opérationnelles concluent chaque monographie.

L'appréciation de l'auteur, grand habitué des recherches fouillés sur les vaisseaux noirs - pour la plupart - n'omet aucun détail. Ainsi, il est à relever les dispositifs de détection non-acoustique présents sur les Trafalgar et les Akula I, II et III. Autres détails croustillants : il est toujours instructif de vérifier qui est réputé posséder une Antenne Linnéaire Remorquée (ALR), intégrée par un dispositif particulier à la coque hydrodynamique ou épaisse. Par contre, nos auteurs n'ont pas poussé le vice jusqu'à proposer le nombre de pâles de chaque propulseur : cela peut toujours servir... Plus généralement, il est aussi agréable de recenser les forces sous-marines qui se prémunissent des sonars ATBF via un revêtement anéchoïque sur toute ou partie des coques des bateaux.

Quelques remarques glanées, ici et là, méritent d'être relevées comme, par exemple que les Triomphant ont la réputation, selon H. I. Sutton et C. Edward Davis, d'être les sous-marins les plus coûteux au monde, devant les Seawolf. Par ailleurs, ils citent - ce qui n'est pas rien - la rumeur comme quoi la Chine aurait perdu corps et bien un deuxième SNLE de la classe Xia alors que le bateau éponyme est exemplaire unique en ce qui concerne le discours officiel.




SNLE/SSBN


SSGN/SSTN


SNOS/SSAN

SNA/SSN

Total

États-Unis


14 (12)

4 (14 – 18)

1

52 (35)

71

Russie


13 (5)

12 (8)

11 (1)

16 (1)

52

Chine


5 (4)

0

0

13

18

Royaume
-
Uni



4 (4)



0


0


6 (4)


10

France


4 (4)

0

0

6 (6)

10
Tableau 1 - Classement mondial des puissances sous-marines selon le nombre de bateaux à propulsion nucléaire. SNLE (Sous-marin Nucléaire Lanceur d'Engins) ; SSBN (Sub-Surface Ballistic Nuclear) ; SSGN (Ship Submersible Guided missile Nuclear) ; SSTN (Ship Submersible Torpedoe Nuclear) ; SNOS (Sous-marin Nucléaire pour Opérations Spéciales sous-marines) ; SSAN (Ship Submersible Auxiliary Nuclear) ; SNA (Sous-marin Nucléaire d'Attaque) et SSN (Ship Submersible Nuclear).

Par contre, il est regrettable de ne pas trouver les très riches infographies du blog Covert Shores qui offrent des vues en découpe et les principaux équipements (senseurs, armes, etc) des sous-marins. Tout comme certains détails manquent dans quelques monographies, tel le SN3G qui n'est pas cité, par exemple ou, dans le même registre, le projet de sous-marin classique Turquoise qui aurait pu être présenté, même en une ligne. Rien que le type Virginia mériterait quelques lignes en plus pour présenter la philosophie d'ensemble des sept blocks et les perspectives d'une série pouvant, à terme, devenir aussi nombreuse que les Los Angeles. Gageons que la prochaine édition sera encore plus étoffée et riche que celle-ci !

En tous les cas, il s'agit d'une guide très pratique pour aborder quotidiennement la diplomatie sous-marine des puissances dans les affaires mondiales. H. I. Sutton propose des exemplaires dédicacés afin de soutenir les familles des sous-mariniers de l'ARA San Juan de la marine argentine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire