Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





lundi 17 décembre 2018

Curieux graphique

Le magazine Clos bleus publiait au tout début du mois de septembre 2018 un numéro particulier (Plan Mercator - Projection vers 2030) consacrait au "plan Mercator" énoncé par le Chef d'Etat-Major de la Marine nationale (CEMM), l'Amiral Prazuck (12 juillet 2016 - ...). Le CEMM avait lui-même présenté le plan Mercator le 20 juillet 2018, celui-ci prenant la relève de Horizon Marine 2025 présenté fin 2014. La publication pointée ci-dessus contient ce graphique (p. 13) fort curieux. Alors que le nombre de questions qu'il provoque conduisait plutôt à entériner qu'il puisse s'agir d'un "loupé", de nouvelles informations au sujet du programme FMAN/FMC invitent à le reconsidérer.
Ce curieux graphique présente les capacités des "munitions complexes", pour reprendre le dernier vocable entendu et lu devant le Parlement, employées par les frégates et Sous-marins Nucléaires d'Attaque (SNA) de deux générations différentes illustrant donc la Marine d'hier et celle de demain, la transition étant aujourd'hui et le fruit de l'action actuelle.

Plusieurs données proposées par le graphique interpellent comme, par exemple, l'apparition du MIssile air Longue DistancE (MIDE) Meteor alors qu'il n'est question que de frégates type F70, classe Georges Leygues et du type FREMM. Faut-il considérer que ce missile devrait être ensiloté dans un Sylver A43 ? Ou bien être qualifié sur NH90 ? La stupeur se poursuit avec l'absence de l'ASTER (AéroSpatiale TERminal) 15 mais la présence du programme FMAN/FMC. L'ASTER 15 non-cité aurait pu s'expliquer, à la limite, par une surcharge du graphique... Et encore, ce n'est pas convaiquant puisqu'il y a de la place dans l' "empreinte" laissée par l'ASTER 30. Mais pourquoi alors, au sujet du programme FMAN/FMC, il est question d'une différenciation des moyens entre frégates du type FREMM et SNA de classe Suffren (programme Barracuda) puisque ni FMAN, ni FMC n'apparaissent pour les nouveaux SNA mais bien les SM39 et MdCN ?

Après des discussions bien plus complexes qu'il n'y paraît, l'équivalent d'une moue dubitative finit par éteindre les débats et la conclusion vint qu'il s'agissait probablement du fruit des choix arrêtés pour rendre aussi clair que possible le graphique avec peut être des erreurs dans la représentation des données qui n'ont pas vocation à être, non plus, totalement cohérentes entre elles.

Néanmoins, la lecture de l'article de M. Vincent Lamigeon ("Malgré le Brexit, un nouveau missile franco-britannique en vue", Challenges, 17 décembre 2018) qui analyse le rapport d'information conjoint déposé par la commission de la Défense nationale et des forces armées (Assemblée nationale) et la commission de la Défense de la Chambre des Communes (chambre basse du Parlement britannique) en conclusion des travaux d'une mission d'information conjointe sur la prochaine génération de missiles anti-navires il apparaît plusieurs choses intéressantes. 
L'une d'elles est que, selon le DGA Joël Barre, "le programme FMAN/FMC est destiné à nos bâtiments de surface que sont les différents types de frégates : les frégates multimissions  (FREMM),  les  frégates de taille intermédiaire,  lancées en 2017, et les frégates Horizon. En ce qui concerne les avions, ce programme vise à  équiper le Rafale, puisqu’il prend la suite du SCALP qui l’équipe actuellement ; nous envisageons également une adaptation de la capacité anti-navires à l’avion de patrouille  maritime du futur. Côté britannique, il me semble que la capacité  anti- navire  du programme FMAN/FMC  vise à équiper les frégates de type T26. " (p. 86)

Le curieux graphique contenait donc une grande part de vérité puisque le programme FMAN/FMC ne touche pas, au moins dans un premier temps, les plateformes sous-marines. Il en ressort, en outre, que le graphique pointe aussi le fait que le FMAN aura une portée plus réduite que le FMC mais toujours "beaucoup" plus importante que celle du MM40 Block 3C.
La cohérence des portées semblent toujours absentes (un MM40 Block 3C (plus de 172 km) ne peut pas avoir seulement un peu plus de la moitié de la portée d'un MdCN (environ 1000 km). Et que comprendre de la présence du Meteor, de l'absence de l'ASTER 15 ?

1 commentaire:

  1. N'a-t-il pas été évoqué que la Marine nationale comptait à terme s'équiper uniquement d'Aster 30, jugé plus rassurant du fait de sa portée?

    RépondreSupprimer