Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





mardi 5 février 2019

Patrouilleur Océanique

© Aircube06. Voir ses modélisations.

La nomenclature amendée des appellations des bâtiments de la Flotte telle que présentée dans le Dossier d'Information Marine (DIM) 2019 recèle quelques inflexions ou précisions remarquables. Les Pétrolier-Ravitailleurs (PR) et Bâtiments de Commandement et de Ravitaillement (BCR) seront remplacés par des Bâtiments Ravitailleur de Forces (BRF). Les Bâtiments de Projection et de Commandement (BPC) deviennent des Porte-Hélicoptères Amphibies (PHA). Les Frégates de Taille Intermédiaire (FTI) deviennent des Frégates de Défense et d'Intervention (FDI) dont l'appellation s'opposent aux Frégates Européennes "Multi-Missions". Les Patrouilleurs Océaniques (PO) annoncent un positionnement bien précis.

Les patrouilleurs océaniques sont l'un des deux derniers avatars du programme BATSIMAR (BATiment de Surveillance et d'Intervention MARitime). Le Sénat (projet de loi de finances pour 2009, Sénat, commission des finances, 2008) résumait l'ensemble des caractéristiques visé par ce programme : "La marine a exprimé le besoin d'un bâtiment de haute mer, endurant et autonome , capable d'une vitesse de transit suffisante, apte à accueillir des commandos et à mettre en oeuvre les moyens habituels d'intervention (hélicoptère ou drone et drome)." La cible du programme oscillait entre 12 et 18 unités.


L'Adroit (2012 - 2018) a été construit par DCNS - devenue Naval group - sur fonds propres et loué à titre gracieux à la Marine nationale en 2012 dans l'optique de proposer une expérimentation et d'en tirer un bénéfice évident avec un bâtiment "sea proven". Il a été vendu en novembre 2018 à l'Argentine après une vente avortée au Paraguay (2016). Il a bénéficié des appellations successives de Patrouilleur Hauturier (PH (2012), puis de Patrouilleur Hauturier d'Expérimentation (PHE (2012) et de Patrouilleur de Surveillance Océanique (PSO (2013) avant d'être plus couramment qualifié de Patrouilleur Hauturier (PH) comme c'était le cas en 2012.

Mais ce "bateau générique" est abandonné. L'Amiral Prazuck (audition devant la commission de la Défense et des forces armées, Assemblée nationale, 11 octobre 2017), Chef d'État-Major de la Marine (CEMM), s'en expliquait de la façon suivante le 11 octobre 2017 : "après plusieurs années de bataille pour avoir des BATSIMAR outre-mer, j’ai proposé de différencier ce programme. J’avais initialement l’intention de remplacer les patrouilleurs métropolitains et les patrouilleurs outre-mer par une même classe de bateau. Je n’y parviens pas. Ce serait trop cher, me dit-on. Je propose donc de déployer outre-mer des bateaux deux à trois fois moins chers, pour les avoir plus vite."

La différenciation du besoin accouche des Patrouilleurs d'Outre Mer (POM ; livrés entre 2022 et 2025 selon le DIM 2019) et des Patrouilleurs de Haute Mer (PHM), déjà rebaptisés Patrouilleurs Océaniques (PO ; livrés entre 2025 et 2030 selon le DIM 2019). Le rapport annexé à la Loi de Programmation Militaire (LPM ; 2019 - 2025) dresse un bilan avant (2019) et après (2019) l'application la LPM au sujet de la situation des patrouilleurs. C'est au cours de cette période que les unités des deux programmes dérivés du programme BATSIMAR vont être commandées :


Appellations
DIM
2019 
2019 
Service 
2025 
2030 



Patrouilleurs 

Arago 

Fulmar 
Le Malin 


1991 – 2023 

1997  ? 
2008 – 2024 

POM n°3 
POM n°4 
Fulmar 
POM n°5 
POM n°6 


POM n°3 
POM n°4 
"Patrouilleur Polaire n°2 ?” 
POM n°5 
POM n°6 

Patrouilleurs Antilles Guyane 


La Confiance 
La Résolue 

2017 – 2047 
2017 – 2047 
2019 – 2047 

La Confiance 
La Résolue 
La Combattante 

La Confiance 
La Résolue 
La Combattante 


Patrouilleurs de Haute Mer  (ex-avisos A69) 

Lieutenant de vaisseau Le Hénaff 
Premier Maître L'Her 
Commandant Blaison 
Enseigne de vaisseau Jacoubet 
Commandant Ducuing 
Commandant Birot 
Commandant Bouan 


1980 – 2020 
1981 2024 
1982 2024 
1982 2024 
1983 – 2024 
1984 – 2025 ? 
1984 2025 ? 






Commandant Birot 
Commandant Bouan 
PO n° 
PO n° 
Flamant 
Cormoran 
Pluvier 

PO n° (2024) 
PO n° (2025) 
PO n°3  (2026 ?) 
PO n°4  (2026 ?) 
PO n° (2027 ?) 
PO n° (2027 ?) 

+  
PO n°7  (2028 ?) 
PO n°8  (2028 ?) 
PO n°9  (2029 ?) 
PO n°10 (2030 ?) 

OU 

Corvette  n°1 (2028 ?) 
Corvette  n°2 (2028 ?) 
Corvette  n°3 (2029 ?) 
Corvette  n°4 (2030 ?) 


Patrouilleurs de Service Public 

(OPV 54) 

Flamant 
Cormoran 
Pluvier 


1997 – 2027 ? 
1997 – 2027 ? 
1997 – 2027 ? 

Patrouilleur Polaire 


Astrolabe 


2017 – 2047 

Astrolabe 


Astrolabe 

Patrouilleur type P400 


La Glorieuse 
La Moqueuse 


1987 – 2022 ? 
1987 – 2022 ? 

POM n°1 
POM n°2 


POM n°1 
POM n°2 

Nombre 
De 
patrouilleurs 

18 
(16 dans le rapport annexé à la LPM) 



18 

21 



La différence entre l'état des lieux de la LPM (2019 - 2025) et le nombre de patrouilleurs comptabilisé selon le DIM 2019 s'explique très probablement par un jeu de vases communiquants entre le calendrier des désarmements et celui de la programmation (l'Arago devait initialement être désarmé en 2019, par exemple). Par ailleurs, il va s'en dire que la numérotation des POM et PO et donc leur calendrier est une tentative de prédiction.

Selon le décompte du député Gwendal Rouillard (avis sur le budget Marine pour le PLF 2017), les ruptures de capacité (p. 45) atteignaient 30% en 2016 - 10% égal un patrouilleur - et devaient atteindre 60% en 2021, 60% en 2024 sans modification de la programmation. L'Amiral Prazuck, CEMM, différencie le besoin et scinde en deux le programme BATSIMAR. Aux Patrouilleurs d'Outre-Mer (POM ; livrés sur la période 2022 - 2025), il aurait été logique d'opposer des patrouilleurs métropolitains.

Pourtant tel n'est pas le cas puisque successivement appelé Patrouilleurs de Haute Mer (PHM) puis Patrouilleurs Océaniques (PO), la logique est différente pour ces futurs bâtiments. La première appellation permettait de comprendre que ce sont les avisos A69 qui sont visés par la deuxième partie de BATSIMAR. Et il est question de dix unités logiquement partagés entre Brest et Toulon. A l'instar des avisos A69, ils ont vocation à participer à la défense maritime du territoire pour une faible fraction de leurs futurs jours de mer.

Les Patrouilleurs Océaniques ainsi présentés en janvier 2019 font référence au seul Patrouilleur de Surveillance Océanique (PSO (2013). "Océanique" renvoie à "Océan" qui est d'usage courant dans la littérature maritime française afin de désigner l'océan Atlantique, opposé alors à la Méditerranée, mais plus généralement l'étendue d'eau salée entourant les continents. Le PSO mettait en pratique cette acceptation géographique en faisant escale dans pratiquement tous les continents. Dans cette perspective, les PO répondent au besoin identifier d'avoir des "bêtes de somme" pour toutes les missions navales dans des théâtres de basse intensité où l'opposition est suffisamment faible pour que la maîtrise locale et temporaire de la mer soit acquise.

L'addition des deux appellations permet de comprendre qu'il y aura une différence entre les POM et les PO en ce sens que l'un aura toutes les apparences d'un patrouilleur construit aux normes de la marine marchande tandis que le deuxième voit le curseur se rapprocher de ce qui peut ressembler à une corvette ou frégate légère. La quadrature du cercle serait si complexe entre le remplacement des neuf avisos A69 et des trois PSP (OPV 54) qu'il serait envisagé de scinder une nouvelle fois le programme BATSIMAR (Vincent Groizeleau, "Ex-BATSIMAR : Des patrouilleurs et peut-être quelque chose de plus gros…", Mer et Marine, 15 mai 2018) en sa partie PO afin de distinguer ce qui ressemblera le plus à un patrouilleur (environ 6 unités) de quatre bâtiments qui seront des corvettes ou frégates légères (environ 4 unités). Cette nouvelle possibilité correspond très bien à un remplacement des avisos A69 servant à la protection des atterrages de la FOST à Brest et à Toulon donc. En l'espèce, les PO sont à la confluence du remplacement des avisos A69 mais aussi des frégates Floréal alors que la situation des FLF demeure ambigüe.

Le DIM 2019 précise avant toute chose que les PO bénéficieront d'innovations pour lutter contre les menaces asymétriques et remplaceront les avisos A69. Ils participeront donc à l'escorte de forces navales, probablement de toute nature (GAN, GA, GGDM). Le seul exemple de ce à quoi pourrait ressembler un PO est le PSO L'Adroit. Plusieurs sociétés candidateront à l'appel d'offres probablement bientôt émis comme, par exemple : Kership, Océa, Socarenam.

2 commentaires:

  1. Monseigneur,
    Peut-on penser que les POM (patrouilleurs outre-mer) pourraient être une variante des PAG (ex-PLG) et que les PO (patrouilleurs océaniques) seraient d'une définition semblable à la 1400 CL79 Vigilante de CMN en mode OPV ?
    De même le DefendSeas des Chantiers de l'Atlantique et le SeaSword de CMN pourraient-ils être une illustration de Corvette en mode Défense côtière au sens large ?
    Mille mercis,
    Votre serviteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur,

      Bonjour et quelles politesses... ! C'était ce qui se devinait pour les POM quand Mer et Marine nous annonçait qu'un allongement de la série était à l'étude. Mais il s'agit d'un marché public avec appels d'offres dorénavant. Et de mémoire, l'appel d'offres n'est pas spécialement "taillé" pour favoriser la candidature de Socarenam. L'EMM cherche à faire beaucoup d'économies sur certain programme où conception et construction nationales ne sont pas un pré-requis indispensable.

      Pour les PO : j'oserai dire que refaire quelque chose dans la veine de l'Adroit ne sera pas suffisant. C'est pourquoi plutôt que la Vigilante 1400 CL79, je trouve bien plus intéressant le DefendSeas des Chantiers de l'Atlantique qui unifie la zone de stockage pour en optimiser le volume et comprend aussi un beau et grand pont hélicoptère plus une porte de roulier. Une très belle piste.

      Bien cordialement,

      Supprimer