Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





17 février 2022

FMAN/FMC : signature d’un accord étatique des travaux de la phase de design

© DGA.

     La Direction générale de l'Armement (DGA) a déclaré sur Twitter que le Délégué Général à l'Armement, M. Joël Barre (1er juillet 2017), le Chief Executive Officer du Defence Equipment and Support (DE&S), l'Air Marshal (Ret.) Sir Simon John Bollom (mai 2018) et le PDG de MBDA, M. Éric Béranger (mai 2019) ont lancé les travaux de préparation du programme d'armement Futur Missile Ant-Nnavire (FMAN) / Futur Missile de Croisière (FMC) ou Future Cruise and Anti-Ship Weapon (FC/ASW) après signature d’un accord étatique et notification de contrats à ou aux industriels concernés. Le dernier prélude à cette nouvelle avancée du programme semble avoir été l'abandon du programme Interim Surface-to-Surface Weapon (I-SSGW) qui devait remplacer les RGM-84 Harpoon Block 1C.

Marine nationale : équipage d'armement du « Jacques Chevallier »

© D. R. Le Jacques Chevallier (2023 – 2063 ?).

     L'équipage d'armement du Jacques Chevallier (2023 - 2063 ?) recevait son fanion, le 14 janvier 2022, marquant son acte de naissance. Le Bâtiment Ravitailleur de Forces (BRF) n°1 a allégrement dépassé les 80% de taux d'achèvement. Il devrait pouvoir bénéficier d'une livraison à la Marine nationale au début de l'année 2023. Les BRF n°2 Jacques Stosskopf (2025), n°3 Émile Bertin (2027) et n°4 Gustave Zédé (2029) suivront, conformément aux objectifs de la Loi de Programmation Militaire (2019 - 2025).

Marine nationale : début des essais en vol du 1er H160 FI

© Airbus Helicopters. H160 n°008.

     M. Bruno Even, président exécutif d'Airbus Helicopters (1er avril 2018), annonçait le lundi 14 février que le H160 n°008 avait débuté ses essais en vol. Avec une deuxième machine, ils doivent être livrés cette année : mai 2022 pour la première. Le reliquat sera réceptionné par la Marine en 2023. Le programme HIL (Hélicoptère Interarmées Léger), fort de 169 machines (ALAT (80), Marine nationale (49), Armée de l'Air et de l'Espace (40) - auxquels s'ajoutent deux commandes passées simultanément au profit de la Force Aérienne de la Gendarmerie (10) et de la DGA (1) - ne débutera ses livraisons au profit de la Marine nationale à partir de 2028.

12 février 2022

FOSt : entrée en production des M51.3 ?

© DGA. L'un des premiers M51.1 lancés depuis le pas de tir du Centre Essais de Lancement de Missiles (CELM) de la DGA à Biscarrosse (Landes).

     L'offre d'emploi publiée par Ariane group signifie que le développement du M51.3, lancé en 2014, approche de son terme et que l'enjeu du programme est la transition vers la production en série des lanceurs. Il s'agirait de comprendre que le 10ième tir d’essai d’un missile Mer-Sol Balistique Stratégique (MSBS ou Submarine Launched Ballistic Missile (SLBM), le 28 avril 2021, depuis le Centre Essais de Lancement de Missiles (CELM) de la DGA à Biscarrosse (Landes) était bel et bien un tir de développement du M51.3. La production lancée, l'étape suivante devrait être la constitution d'un premier lot et un tir de synthèse qui pourrait être accompli à l'orée des années 2023 à 2024 par Le Terrible alors en sortie d'IPER (2021 - 2023).

11 février 2022

Marina militare : version « hybride » des « Spartaco Schergat » et « Emilio Bianchi » ?

© David B. Larter. David B. Larter, « We spent 3 days on a top contender for the Navy’s futurefrigate. Here’s what you need to know. », Defense News, 30 mai 2018.

     Des rumeurs transalpines prétendent qu'il y aurait une évolution de la définition matérielle des futures FREMM n°9Spartaco Schergat (2025 ?) - et FREMM n°10Emilio Bianchi (2026 ?) devant être des FREMM GP (General Purpose) et non pas FREMM ASW (Anti-Submarine Warfare) alors même que la Marina militare manque de bâtiments de lutte anti-sous-marines de nouvelle génération. Rumeurs qui allèguent que ces frégates constitueront une « version hybride » (GP-E (Gneral Purpose Enhanced) ?) car elles pourraient recevoir un sonar remorqué à immersion variable (Variable Depth Sonars (VDS) Actif à Très Basse Fréquence (ATBF) CAPTAS (Combined Active and Passive Towed Array Sonar) à 4249 (Thales) et bénéficier d'un traitement des obsolescences des plans mis à l'étude au milieu des années 2000, grâce à des emprunts aux Pattugliatore Polivalente d'Altura (PPA). Prélude à un remaniement de la flotte de surface italienne ?

10 février 2022

Tentara Nasional Indonesia - Angkatan Laut : protocole d'entente pour deux Scorpène

© Naval group. La proposition industrielle sous-marin diesel-électrique Marlin telle qu’un dessin d’artiste pouvait la représenter en 2010.

     À l'occasion de la visite de la ministre des Armées, Mme Florence Parly, à la République d'Indonésie, les mercredi 9 et jeudi 10 février 2022, trois protocoles d'entente (Memorandum of Understanding (MoU) ont été signés le jeudi dont un afférent à la vente de deux « Scorpène 2000 », avec une définition matérielle inédite. Pierre-Eric Pommellet, PDG de Naval group, visitait mercredi le site de Surabaya de PT. PAL dans l'optique de conclure un partenariat stratégique. Les parties entrent désormais en négociations afin de définir le cadre d'un accord pouvant éventuellement permettre de signer un contrat en bonne et due forme, avec comme « spectateurs engagés » TKMS et DSME.

05 février 2022

Marine nationale : le « Dauphin » et l'opération SISYPHE (1984 - 1992)

© Inconnu.

     En parallèle aux travaux de conception des SNLE-NG - aujourd'hui dénommés SN2G, vis-à-vis du programme SNLE – 3ième Génération (SN3G) - de classe Le Triomphant (4), plusieurs sous-marins classiques (Dauphin (1958 - 1992), Requin (1958 - 1996) et Morse (1960 - 1986) de la classe Narval (6) furent transformés en bâtiments d'expérimentation afin d'essayer sous la mer de futurs systèmes opérationnels. Plus particulièrement : le Dauphin fut modifié au profit de l'opération SISYPHE (Sous-marin Installé en SYstème Pour l'Hydroacoustique Expérimentale) devant permettre d'essayer certaines installations de la refonte M4 d’une partie des SN1G classe Le Redoutable (6)mais surtout d'expérimenter le DMUX-80 des futurs SN2G.

04 février 2022

Marine nationale : GTC/GTA du porte-avions « Charles de Gaulle »

© Inconnu.

     La propulsion navale nucléaire est entièrement maîtrisée de la conception du combustible jusqu'à l'extraction de puissance du réacteur et de sa conversion en énergies électrique et mécanique, par la France - à l'instar des États-Unis, de la Chine, de la Russie et bientôt du Brésil. Elle est l'objet d'une étonnante politisation, en raison de l' « affaire Alstom » : alors qu'elle ne s'y résume pas. Albert Camus écrivait que « mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur de ce monde » et c'est pourquoi nous allons tenter de nommer les industriels ayant fourni les turbines des deux Groupes Turboréducteurs-Condenseurs (GTC) de la propulsion du porte-avions Charles de Gaulle (2001 – 2038 ?).