Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





mercredi 20 mars 2013

Le croiseur lance-missiles sous-marin : une arme dissuasive limitée



http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fe/USS_Ohio_(SSGN_726).jpg
© Wikipédia. SNLE Ohio transformé en croiseur lance-missiles sous-marin.

Il est indéniable que les temps budgétaires actuels sont durs (pour changer). Du côté des Etats-Unis, c'est le grand moment de redéfinir les priorités. Les "chapelles" de la marine américaine (surfaciers, sous-mariniers et aviateurs) ne peuvent que s'entretuer pour sauvegarder des positions ou en conquérir des nouvelles (soit une guerre (administrative) dans la Guerre).

A moins de ne jamais s'intéresser aux affaires militaires, il était difficile d'échapper à de nombreuses tentatives de "tuer" le porte-avions ces dernières semaines. Il y a en a aux Etats-Unis, notamment sous la plume du Captain Hendrix. Mais il y en a aussi en France : après les opérations libyennes et somaliennes, l'on voudrait nous démontrer, sans en faire la démonstration, que les Rafale de l'Armée de l'Air sont d'un usage plus économique qu'une mission du GAn. Et de là à proposer la vente du porte-avions Charles de Gaulle, un PA a déjà été franchi.

Le problème qui se pose inévitablement alors est de savoir quoi faire après avoir tuer le porte-avions :
  • soit le système était tellement obsolète dans le nouveau contexte stratégique et il n'y a pas besoin de le remplacer,
  • soit il y a nécessité de remplacer ce complexe guerrier par une alternative qui sera
    • soit plus efficiente,
    • soit plus économique
    • et pourquoi pas les deux ?
Imaginons que ce soit la seule question à se poser puisque dans le cas américain, il y a, par exemple, cette étude du CIRPES ("L'industrie navale américaine : une puissance en trompe l'oeil ?", Roland de Penanros, 18 novembre 2005) qui pose une question dérangeante : et si le coût du porte-avions américain n'était que le reflet d'une industrie navale étasunienne inefficace au possible ? Cette question avait déjà été posée par les canadiens quand il s'agissait d'expliquer une raison, par mi d'autres, pour laquelle l'US Navy était farouchement opposée à la vente de SNA de  classe Rubis à Ottawa. Oui, il n'aurait pas fallu découvrir que le coût des SNA américains s'expliquerait, pour partie, par des chantiers peu productifs (même si tout est relatif quand il s'agit de comparer un 688 et un Améthyste).

Donc, et pour en revenir à la "simple" question, le Captain Hendrix propose donc trois solutions pour remplacer le porte-avions américain :
  • le porte-hélicoptères d'assaut amphibie (LHD et LHA),
  • le Sea basing (création plus ou moins structurée d'une "île artificielle",
  • et le croiseur sous-marin lance-missiles.
C'est bien cette troisième option qui nous intéresse.

Première remarque, il y a une expérimentation américaine, d'un coût qui serait de 1,4 milliards de dollars, qui a consisté en la conversion de quatre SNLE de classe Ohio en croiseur lance-missiles sous-marin. Ce sont les quatre premiers de cette classe qui furent ainsi convertis. Au lieu d'embarquer 24 missiles balistiques, ils mettent en oeuvre actuellement 154 Tomahawk et près de 70 commandos. Ces vaisseaux pourraient naviguer jusqu'à 2026 à 2029 selon l'usure des coeurs nucléaires.

Deuxième remarque, il s'agit d'échanger un système d'armes par un autre. Cependant, il n'est pas envisagé de répéter strictement l'expérimentation. C'est-à-dire que la future classe de SNLE étasuniens, les SSBN(X), n'offrira pas une sous-classe conventionnelle.

Cependant, et c'est la troisième remarque, on accuse le porte-avions et son coût prohibitif, mais a-t-on conscience que l'on parle, à propos des futurs SNLE américains, de vaisseaux dont le coût unitaire projeté a été ramené de 7 à 4,9 milliards de dollars ? Ce serait faire injure aux lecteurs que de convertir ces sommes en Euro pour montrer que nous sommes au-dessus du coût du Charles de Gaulle. Et peut être même que nous ne sommes pas très loin du coût d'un porte-avions américain, justement, hors frais d'études, celles-ci étant répercutées sur la tête de série.

Quatrième remarque, et pour faire aboutir la seconde, l'US Navy envisage actuellement de créer une sous-classe dans la classe de SNA Virginia afin de matérialiser l'expérimentation des SSGN Ohio réformés. La cible des 30 Virginia permettrait de trouver un certain nombre de SNA qui se verrait augmenter d'une section de coque de 27 mètres pour recevoir 28 missiles de croisière, en sus des 12 qui sont installés dans la partie avant, ce qui est toujours en plus des munitions stockées dans la soute à armes tactiques (qui peuvent être des missiles de croisière).

Au passage, on ne peut que remarquer que Russes et Américains cherchent à augmenter le nombre d'armes portées par leurs sous-marins nucléaires d'attaque. Si l'URSS concevait des sous-marins tueurs de porte-avions, les Etats-Unis ont fini par leur donner raison en reprenant le concept pour le rediriger vers la terre. Quoi de plus logique, alors que la puissance navale recherche à s'exprimer vers la bande littorale et non plus en haute mer ?

Autre parenthèse, l'US Navy ne pourra continuer à chercher la classe unique de SNA : les Seawolf étaient trop coûteux (3 milliards de dollars, vraiment trop coûteux ?) pour devenir le sous-marin standard de la marine de Washington. Les Virginia devaient avoir ce rôle. Et face à un coût encore trop important de ces derniers, il y a eu le projet Tango Bravo : par simplification de l'architecture, il était question d'arriver à des SNA de la taille des Skipjack -et bien moins coûteux que les Virginia. Mais il y a un fossé qui se creuse entre les Virginia, les Virginia qui seront peut être "croiseurisés" et ces potentiels "Skipjack-NG".

Cinquième remarque, quelque part, les Ohio réformés, croiseurisés, sont les dignes descendants de la pensée de René Loire. C'est peut être la seule matérialisation de son Frappeur qui devait assurer une dissuasion conventionnelle par sa seule force de frappe et sa relative discrétion. Mais les navires américains sont plutôt durcis, très silencieux et furtifs.La seule chose qui diffère véritablement est celle du coût : le Frappeur devait être une batterie à missiles au coût maîtrisé et réduit au strict nécessaire quand les quatre Ohio et les éventuels futurs Virginia coûtent des milliards... hors munitions.

Sixième et dernière remarque : nous arrivons au coeur du sujet. En effet, la question qui reviendra fatalement, en dehors de toute problématique de coût, est celle de la pertinence opérationnelle. Mettons de côté la question des opérations spéciales, pendant un temps.

L'intérêt d'un tel navire, ou de son équivalent en surface (destroyers Arleigh Burke et autres croiseurs Ticonderoga) est de pouvoir mener, à lui seul !, une frappe stratégique "shock and awe" pour paralyser l'appareil militaire adverse par décapitation. Si un seul croiseur sous-marin peut lancer une salve foudroyante de 154 Tomahawk, la saturation atteindra presque n'importe quel adversaire.

Cependant, il y a l'après qu'il faut considérer. L'exemple libyen montre des forces gouvernementales qui se sont reconfigurées pour continuer à combattre, bien que les forces coalisées aient détruit leurs infrastructures militaires et civiles. Il s'agissait alors de saisir un adversaire devenu mobile et agile, capable de se servir de la moindre aspérité du terrain pour se cacher. Il se pose alors un premier problème : comment reconfigure-t-on le bateau pour poursuivre le combat ? C'est une difficulté très difficilement surmontable avec un sous-marin, il est très difficile, peut être même impossible, de recharger les tubes en pleine mer. Peut être est-il possible ponctuellement de réembarquer quelques torpilles. Mais serait-il possible de réembarquer, en pleine mer, plusieurs dizaines de missiles de croisière ? A priori, il faudrait quitter le théâtre pour aller dans une base avancée où il y aurait suffisamment de stock pour la reconfiguration.

Autre problème, c'est l'exploitation de la foudroyance : quand l'appareil militaire libyen a été décapité, il s'agissait d'exploiter cette percée. Mais comment un sous-marin peut-il faire ? Revenons-en aux forces spéciales : elles peuvent très bien repérer les cibles, voire les illuminer dans certaines situations. Mais à ce moment là, une faiblesse apparaît : comment le sous-marin peut-il soutenir des commandos et leur servir de batterie lance-missiles ? C'est une position de vulnérabilité où l'une des deux composantes sera identifiée et localisée.
C'est presque un corollaire : comment est-ce qu'un croiseur lance-missiles sous-marins, soutenant ou non des forces spéciales, pourrait cibler des cibles mobiles ? L'expérience libyenne a montré qu'il fallait pouvoir les débusquer, jusqu'au coeur des populations. Même les voilures fixes français avaient du laisser la place à des voilures tournantes, seules capables de descendre suffisamment bas sur le plan tactique pour aller débusquer l'adversaire.

Pire, le croiseur sous-marin lance-missiles rejoint le défaut du Frappeur : il s'agit d'un usage très spécialisé, quand il s'agit de décapiter l'adversaire. Mais quoi faire avant, quoi faire après ? Outre les difficultés de mise en oeuvre opérationnelle, on ne peut que remarquer que l'utilisation politique de la Flotte et la diplomatie navale sont absente d'un tel navire. Il n'a aucun affichage ou si peu (comme quand l'Ohio réformé, justement, a franchi le détroit de Gibraltar en surface). Il ne peut exploiter la puissance aérienne avec toute sa souplesse : quid de l'intérêt d'envoyer un missile de croisière à "x" millions de dollars contre un engin civil (comme un 4x4) ? Comment faire pour faire une démonstration de force avec des missiles ?

En somme, le croiseur sous-marin lance-missiles est un vecteur de destruction, à un coup, qui offre de nombreux avantages. Mais finalement, il participe plus de la partie conventionnelle de la dissuasion. Celle-ci peut être mise en oeuvre, et cela confirme nettement son intérêt pour marquer, presque partout et à chaque élevation du niveau de crise, un coup d'arrêt que peu de pays peuvent encaisser ou contrer. Les plans de l'US Navy en témoignent puisqu'il s'agirait de ne pas se concentrer sur un nombre réduit de plateformes, mais bien de diffuser l'emport en nombre de missiles de croisière sur un grand nombre de navires.

Finalement, nous nous rapprocherions de la position français qui diffuse le MdCN -ou Scalp-EG- sur toutes les FREMM et sur les futurs SNA de classe Suffren. Alors, certes, en France, ces munitions procéderont plus d'un emploi stratégique, sur ordre du pouvoir politique. Mais est-ce si différent du cas américain ?

Après cela, il ne semble pas évident que le porte-avions puisse être remplacé par le seul croiseur lance-missiles sous-marin. Peut être qu'il faudrait considérer l'alliance de deux options de remplacement -soit le croiseur sous-marin et le porte-hélicoptères d'assaut amphibie. Le premier décapiterait quand le second exploiterait.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire