Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





mardi 12 février 2019

FANAL 19 : 30 Rafale M

© Marine nationale.
L'Amiral Prazuck - Chef d'Etat-Major de la Marine (CEMM (12 juillet 2016 - ...) - dévoile depuis son compte Twitter une nouvelle photographie du pont d'envol du porte-avions Charles de Gaulle riche de 30 Rafale M : le plus lourd Groupe Aérien embarqué (GAé) à ce jour. L'exercice FANAL 19 marque la fin de la remontée en puissance du Groupe Aéronaval (GAn). Sa prochaine mission l'emmènera, notamment, en Inde (Bombay) et à Singapour (dialogue Shangri-La (31 mai - 2 juin 2019). Une belle occasion de faire le point sur le groupe aérien embarqué et son évolution au cours de la Loi de Programmation Militaire (LPM).

samedi 9 février 2019

Onderzeedienst : SMX 3.0 ?


Naval group et Royal IHC (Xavier Vavasseur, "Naval Group & Royal IHC Sign strategic partnership for the Netherlands Submarine Replacement programme", Naval news, 7 février 2019) diffusaient une première image du sous-marin proposé pour l'appel d'offres émis par la Koninklijke Marine. Il semblerait à première vue qu'il s'agisse du SMX 3.0. Ce n'est ni un Scorpène, ni un Shortfin Block 1A/Barracuda. Les propositions française (SMX 3.0 ?) et suédoise (A26 Oceanic Extended Range) dessinent de manière plus précise les contours de ce qui a été demandé par la marine hollandaise qui demeure sur une position conservatrice.

vendredi 8 février 2019

Koninklijke Marine : sous-marin d'attaque et Defence White Paper 2018

© Wikipédia. Le HNLMS Walrus amarré à Norfolk. La Koninklijke Marine et l'US Navy
ont participé au TACDEVEX 08-08 dans les zones d’opération de Cape Cod pendant
huit jours pour évaluer la tactique et les armes des États-Unis contre une SSK moderne
dans un environnement difficile.
Les sous-marins hollandais de la classe Walrus (Walrus (1992 - 2029 ?), Zeeleeuw (1990 - 2027 ?), Dolfijn (1993 - 2030 ?), Bruinvis (1994 - 2031 ?) servent dans la Onderzeedienst, l'équivalent batave de la FOST (Force Océanique STratégique). Ils devront quitter le service entre 2027 et 2031. L'émergence d'une deuxième proposition de Naval group invite à lire le Defence White Paper 2018 afin d'apprécier dans la stratégie militaire batave quelle est la place de la Mer, donc des forces navales et alors les missions assignées aux sous-marins de la Koninklijke Marine.

jeudi 7 février 2019

"MdCN" Hoveizeh : un projet stratégique pour la marine iranienne ?



Dans le cadre des célébrations du 40ième anniversaire de la révolution islamique (7 janvier 1978 -11 février 1979) iranienne, il a été procédé à l'essai réussi du missile de croisière baptisé Hoveizeh (1200 à 1300 km de portée déclarée) le 2 février 2019. Téhéran promettait de franchir un "bond technologique" au sujet de son programme balistique. L'hypothèse est formulé que cette munition peut devenir un missile de croisière naval permettant à la marine iranienne de se replacer dans le jeu institutionnel par le rehaussement de la valeur stratégique de sa sous-marinade et à Téhéran de relâcher sa pression sur le programme balistique en tant que vecteur de dissuasion.

mercredi 6 février 2019

SNA-NG Suffren : mise à l'eau pour l'été 2019

© Naval group.
Ce serait M. Alain Morvan - directeur du chantier naval cherbourgeois de Naval group - qui annonce la date : le SNA-NG Suffren sera mis à l'eau pendant l'été 2019 (Jacqueline Fardel, "Mise à l'eau du Suffren, 300 embauches, nouveaux bâtiments : Naval Group en ébullition en 2019 à Cherbourg", France Bleu Cotentin, 4 février 2019). Ce n'est que sept ans plus tard par rapport à la programmation balayée en 2007 - 2008. Mais ce sera trois ans et demi de retard par rapport à la mise à l'eau initialement prévue pour l'année 2016. Les 4650 tonnes du Suffren vont être conduit jusqu'à la zone Cachin, en face de la nef de construction Laubeuf.

mardi 5 février 2019

Patrouilleur Océanique

© Aircube06. Voir ses modélisations.

La nomenclature amendée des appellations des bâtiments de la Flotte telle que présentée dans le Dossier d'Information Marine (DIM) 2019 recèle quelques inflexions ou précisions remarquables. Les Pétrolier-Ravitailleurs (PR) et Bâtiments de Commandement et de Ravitaillement (BCR) seront remplacés par des Bâtiments Ravitailleur de Forces (BRF). Les Bâtiments de Projection et de Commandement (BPC) deviennent des Porte-Hélicoptères Amphibies (PHA). Les Frégates de Taille Intermédiaire (FTI) deviennent des Frégates de Défense et d'Intervention (FDI) dont l'appellation s'opposent aux Frégates Européennes "Multi-Missions". Les Patrouilleurs Océaniques (PO) annoncent un positionnement bien précis.

samedi 2 février 2019

Perspectives navales du canon électrique

© Institut Saint Louis - DGA. Le démonstrateur Pegasus (Programme of an Electric Gun Arrangement to Study the Utilization in Systems) de canon électromagnétique.
La République populaire de Chine pourrait dispose d'ici 2025, au plus tard, d'un bâtiment de guerre - une nouvelle version du destroyer Type 055 est un candidat prometteur - portant un canon électromagnétique. Cette avancée décisive chinoise pourrait réveiller d'autres projets nationaux américain, français et russe. Ils ont en commun de prétendre à 200 km de portée et jusqu'à 390 pour celui américain. Ces canons peuvent amener le retour au combat tournoyant.

jeudi 31 janvier 2019

Bâtiment Ravitailleur de Forces (BRF) : caractéristiques nautiques et opérationnelles


Le ministère de la Défense diffuse par le biais de son compte Twitter une infographie détaillant les principales caractéristiques du Bâtiment Ravitailleur de Forces* à l'occasion de la mise en avant des contrats renouvelant les matériels des armées. Le programme FLOTLOG (FLOTte LOGistique) aboutira bel et bien à un bâtiment logistique de 31 000 tonnes à pleine charge. C'est bien plus important que les 17 800 et 17 900 tonnes à pleine charge des Durance. Et le record des plus gros pétrolier-ravitailleurs détenus par La Seine et la Saône (23 800 tonnes), La Charente (26 000 t) et l'Isère (26 700 t) est battu.

mercredi 30 janvier 2019

Frégate de Défense et d'Intervention

© Naval group. Vincent Groizeleau, "Les premières FTI moins équipées que les dernières", Mer et Marine, 6 décembre 2018.
La nomenclature amendée des appellations des bâtiments de la Flotte telle que présentée dans le Dossier d'Information Marine (DIM) 2019 recèle quelques inflexions ou précisions remarquables. Les Pétrolier-Ravitailleurs (PR) et Bâtiments de Commandement et de Ravitaillement (BCR) seront remplacés par des Bâtiments Ravitailleur de Forces (BRF). Les Bâtiments de Projection et de Commandement (BPC) deviennent des Porte-Hélicoptères Amphibies (PHA). Les Frégates de Taille Intermédiaire (FTI) ne sont plus, vive les Frégates de Défense et d'Intervention (FDI) ! Cette nouvelle appellation ravira à n'en point douter nos amis britanniques très friand de notre savoir-faire pour créer des catégories de frégates.

mardi 29 janvier 2019

Porte-hélicoptères amphibie

© Marine nationale. Rare réunion des Mistral, Tonnerre et Dixmude à l'occasion d'un Gabian en 2015.
La nomenclature amendée des appellations des bâtiments de la Flotte telle que présentée dans le Dossier d'Information Marine (DIM) 2019 recèle quelques inflexions ou précisions remarquables. Les pétrolier-ravitailleurs et bâtiments de commandement et de ravitaillement ne sont plus en premier lieu des ravitailleurs de vracs liquides mais sont voués à ravitailleur des forces. Les Bâtiments de Projection et de Commandement (BPC) changent eux-aussi d'appellation et deviennent des Porte-Hélicoptères Amphibies (PHA).

lundi 28 janvier 2019

Bâtiment Ravitailleur de Forces

© Fincantieri.
La nomenclature amendée des appellations des bâtiments de la Flotte telle que présentée dans le Dossier d'Information Marine (DIM) 2019 recèle quelques inflexions remarquables. L'une des plus importantes touche au programme FLOTLOG (FLOTte LOGistique). Il n'est pas étonnant que le nom du programme ne soit pas conservé. Le type Durance (5 unités) se compose des deux pétrolier-ravitailleurs Durance (1975 - 1999) et Meuse (1980 -  2015), constituant une sorte de première classe ou sous-classe, tandis que les Var (1984 - 2023 ?), Marne (1987 - 2025 ?) et Somme (1990 - 2029 ?) sont la "sous-classe BCR" (Bâtiment de Commandement et de Ravitaillement ). Hormis la Durance, les quatre autres unités seront remplacées par les Bâtiment Ravitailleurs de Forces* (BRF).

lundi 14 janvier 2019

"Les cuirassés "échantillons" - Tome 1 : Brennus, Carnot, Charles Martel" d'Alain Croce et Gérard Garier





 
Après l'appel à souscriptions pour l'impression de l'ouvrage Les escorteurs rapides par Robert Dumas et Bertrand Magueur, les éditions LELA Presse en proposent une nouvelle. Et il ne s'agit rien de moins que de "boucler" la longue liste de parutions au sein de la même maison consacrée aux cuirassés français de 1900 à 1914. MM. Alain Croce et Gérard Garier proposent rien de moins que de s'intéresser aux vilains canards de la ligne de file : les cuirassés "échantillons".
 

mercredi 19 décembre 2018

Cuirassé de 21 000 tonnes projet C

© 2007- 艦艇写真のデジタル着彩 Atsushi Yamashita.
Ces quelques commentaires au sujet de ces projets de bâtiment de ligne, cuirassés et croiseurs de bataille confondus, doivent aboutir à la formalisation du bâtiment type qui fondera toute la philosophie des dernières unités françaises de ce genre. Mais là où il s'agissait de trouver avec le croiseur protégé le "graal" fondant quelques choix perdurant encore de nos jours par bien des aspects, l'attention se porte vers un point de divergence. Ce n'est pas le cuirassé de 40 000 tonnes portant du 450 mm, encore moins le 35 000 tW qui sont des occasions manquées de mettre sur cale rapidement une ligne de bataille permettant à la France de faire jeu égal avec les premières puissances. Non, c'est le projet C de la classe Courbet dès 1908 (John Jordan et Philippe Caresse, French Battleship of World Ware One, Annapolis, Naval Institute Press, 2017, 320 pages) qui est le point de divergence : sa non-adoption signe le déclasse total du corps de bataille français.

lundi 17 décembre 2018

Curieux graphique

Le magazine Clos bleus publiait au tout début du mois de septembre 2018 un numéro particulier (Plan Mercator - Projection vers 2030) consacrait au "plan Mercator" énoncé par le Chef d'Etat-Major de la Marine nationale (CEMM), l'Amiral Prazuck (12 juillet 2016 - ...). Le CEMM avait lui-même présenté le plan Mercator le 20 juillet 2018, celui-ci prenant la relève de Horizon Marine 2025 présenté fin 2014. La publication pointée ci-dessus contient ce graphique (p. 13) fort curieux. Alors que le nombre de questions qu'il provoque conduisait plutôt à entériner qu'il puisse s'agir d'un "loupé", de nouvelles informations au sujet du programme FMAN/FMC invitent à le reconsidérer.

mardi 11 décembre 2018

Cuirassé de 29 600 tonnes



John Jordan et Robert Dumas (French Battleships - 1922-1956 (Londres, Seaforth Publishing, 2009, 224 pages) révèlent l'existence de l'étude d'un bâtiment de ligne de 29 600 tonnes. Elle est demandée par l'Amiral Louis Hyppolite Violette (1er janvier 1928 - 16 février 1931) alors Chef d'Etat-Major de la Marine (CEMM). Les documents la portant n'ont pas encore été versés aux archives consultables. Cela n'interdit pas quelques supputations sur l'utilité de cette étude et sa place dans la ligne de file des avant-projets et projets français de cuirassés et de croiseurs de bataille.


dimanche 9 décembre 2018

Croiseur de bataille de 37 000 tonnes

L'avènement annoncé (1926) de la classe Deutschland (2 x III 280 mm) oblige à l'abandon du "croiseur de bataille" de 17 500 tonnes conçu pour encaisser le 203 mais démuni face au 280. En outre, le Conseil supérieur de la Marine décrète (décembre 1927) que les 175 000 tonnes de bâtiments de ligne (traité naval de Washington) seront consommés par fractions identiques : il n'y aura plus quatre croiseurs de bataille de 17 500 tonnes et trois 35 000 tonnes mais bien cinq 35 000 tonnes ou six 29 160 tonnes ou encore sept 25 000 tonnes. Autant pour conserver un 35 000 tonnes pouvant être mis rapidement sur cale - deux unités sont autorisés pour des mises en chantier en 1927 et 1929 - que pour concevoir une réponse aux Deutschland, la Marine nationale réfléchit à un croiseur de bataille de 37 000 tonnes.


samedi 8 décembre 2018

Croiseur de bataille de 17 500 tW

Le croiseur de 17 500 tonnes proposé par le Chef d'Etat-Major de la Marine (CEMM), l'Amiral Henri Salaün (22 juillet 1924 - ), s'entend comme un 17 500 tW et est un objet de curiosités et le fruit de questions toujours plus nombreuses au fur et à mesure que certains détails se font jour. C'est bien le premier projet connu d'un bâtiment de ligne français qui ne prenne pas place dans le paradigme d'une hausse continue du tonnage. C'est aussi un projet de bâtiment de combat dont les portées d'engagement sont franchement importantes dès la conception. Enfin, il y a matière à se demander si ce n'était pas un projet qui pariait sur la fin des limitations imposées par le traité de Washington tout en maintenant un très important programme de cuirassés qui seront qualifiés de rapides, successeurs des "super Dreadnought".