Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





samedi 22 septembre 2018

ATM n°1 des FREMM : standard FACDAR ?

© Naval group. "Première vue des futures FREMM de défense aérienne", Mer et Marine, 21 septembre 2018.
Mer et Marine a pu se procurer la première esquisse informatique des FREMM aux capacités de défense aérienne renforcées. Les frégates Alsace (2021 - 2051) et Lorraine (2021 - 2051) - dont la première est en cours d'assemblage - sont les héritières des Horizon n° 3 et 4. Et cette première esquisse dévoilée concomitamment à l'annonce du remplacement des deux lanceurs Sylver A43 par des A50 sur les Bretagne et Normandie (FREMM n°5 et 6) affirment peut-être que les Alsace et Lorraine ne seront pas des FDA (Frégate de Défense Aérienne) mais plutôt un nouveau standard, probablement généralisé lors des premiers ATM, de toutes les FREMM.

mardi 18 septembre 2018

SNA-NG : cérémonies de lancement et mise à l'eau du Suffren imminentes ?


 


Un reportage mené par une équipe de journalistes de la chaîne de télévision TF1 et diffusé pendant le journal de 20h00 en date du 9 septembre 2018 était jusqu'à il y a peu disponible au visionnage sur le site de la chaîne. Ce travail est l'une des très rares visites  de journalistes sur le chantier du Suffren. Il permet d'observer l'avancement des travaux à une date donnée sur trois SNA-NG - les Suffren (2018 - 2048), Duguay-Trouin (2023 - 2053) et Tourville (2024 - 2054) - tandis que le retard accumulé sur le chantier de la tête-de-série est assumé publiquement. Serait-ce une manœuvre médiatique pour assumer ces contrariétés avant qu'une future cérémonie de lancement les écrase purement et simplement ?

vendredi 24 août 2018

Shtorm-KM : projet de porte-aéronefs "léger" STOBAR



Le centre de recherche russe Krylov - auteur du projet 23 000E Shtorm, un porte-avions CATOBAR (Catapult Assisted Take-Off But (ou Barrier) Arrested Recovery) d'environ 100 000 tonnes présenté à Army 2015dévoile un concept de porte-aéronefs "léger" STOBAR (Short Take-Off But Arrested Recovery) lors du salon Army 2018. Avant-projet qui avait semble-t-il "fuité" en 2017 sans que cela ne semble avoir été repris alors. Ce porte-aéronefs "léger" STOBAR apparaît comme une proposition très raisonnable tant sur les plans financier et naval d'un hypothétique remplaçant du porte-aéronefs projet 1143-5 Kuznetsov. Ce serait ce qu'il est possible de faire dans un cadre très contrainte et en ne dépassant par le "porte-aéronefs enveloppe" qu'est le projet 1143-5.

lundi 13 août 2018

BATSIMAR/POM : appel d'offres pour six frégates de quatrième rang ?

© Kership. MPV 80.
Le site d'informations navales Navy recognition reprend et met en perspective les grandes lignes d'une demande d'informations (au niveau européen ?), en prélude à un appel d'offres, émis par la Délégation Générale de l'Armement (DGA) portant six Patrouilleurs d'Outre-Mer (POM), c'est-à-dire la première partie du programme BATSIMAR (BATiment de Surveillance et d'Intervention MARitime)scindée en deux parties depuis la fin 2017 tandis que la deuxième partie sera constituée des PHM-NG. Le moins que nous puissions dire est que cette demande est porteuse de nombreuses informations.

jeudi 9 août 2018

PAX : erreur ?



La société Etienne Lacroix propose, comme nombre d'entreprises, des brochures synthétisant les produits phares du catalogue, si ce n'est tout le catalogue, à destination de salons. Dans l'un d'eux édité en novembre 2016, il est possible d'apercevoir ce porte-aéronefs. Il peut s'agir autant d'un grossier montage qui demeure néanmoins intriguant.

lundi 6 août 2018

Apogée manquée de la flotte de surface italienne (2014 - 2018) ?

© Naval analyses. "The major surface combatants of the most powerful European Navies in 2030", D. Mitch., Naval analyses, 22 septembre 2016.

Les "flottes de surface" entendues comme étant la composante escorteurs (océaniques) d'une marine de guerre ressemble trait pour trait à une des divisions de la "ligne de bataille" moderne, la première étant constituée par les sous-marins. Dans cette perspective, la Marina militare semblait bénéficier d'une politique navale ayant réussi à construire un édifice cohérent bénéficiant d'économies d'échelle entre différents programmes de frégates et d'une rationalisation du type d'escorteurs. Un "léger" infléchissement pourrait ruiner l'hypothèse d'une marine italienne première flotte de surface de toute l'Europe à l'horizon 2030.


mardi 31 juillet 2018

TLM : disparition de la "salle des torpilles" ?



L'innovation apportée par l'ensilotage des diverses munitions des sous-marins, en particulier les missiles à changement de milieu, sans oublier les drones, amène à s'interroger sur la pertinence d'en faire de même avec les torpilles. Le tir horizontal des torpilles dans l'axe de la proue est un héritage plus qu'un besoin fondamental dans les perspectives actuelles : les torpilles à grande autonomie ou très grande portée. Néanmoins, supprimer la "salle des torpilles" - ou soute à armes tactiques - à l'avant dans sa configuration actuelle pourrait autant simplifier l'architecture des sous-marins que soulever quelques défis techniques à relever et quelques contraintes opérationnelles à réduire pour ne pas dégrader la signature acoustique des bateaux.

lundi 30 juillet 2018

TLM : une diffusion limitée ?


© Inconnu


Il en ressort que le Tube Lance-Missile (TLM) alors apanage des SNLE (Sous-marin Nucléaires Lanceur d'Engins) devient au cours du premier tiers du XXIe siècle le nouveau moyen d'intégrer des munitions en nombre à bord des vaisseaux noirs. Il en ressort plusieurs conclusions possibles dont l'une qui n'est pas moindre et qui serait, tout bonnement, la fin des tube lance-torpilles installées à la proue ou de part et d'autre de cette dernière. Une autre, et tout aussi majeur, est qu'il semble se dessiner une course analogue au tonnage et à la vitesse comme celle ayant mêlée cuirassés et croiseur-cuirassés. Au final, le premier a effacé le deuxième par densification de la puissance des appareils propulsifs. Enfin, cette dénucléarisation du TLM achève d'enlever le caractère spécifiquement balistique de cette installation pour le rendre polyvalent. Et la polyvalence totale ne sera atteinte que quand il sera pensé, conçu et produit un système aussi bien pensé - non pas comme les VLS (Mk 41, Sylver, etc) - que le MLRS. Le combat en ligne de file reviendrait-il ?

vendredi 27 juillet 2018

Missiles hypersoniques : nouvelle norme sous-marine nivelante ?

© Marine nationale. Tir d'un MSBS M51.
L'éventuel tir vertical de prochains missiles anti-navires tels que le FMAN/FMC - ou FC/ASW au Royaume-Uni - n'est pas la seule évolution matérielle pouvant affecter la place des sous-marins dans la "ligne de file". Les ambitions de certaines marines d'ériger les missiles anti-navires, non plus seulement supersoniques mais bien hypersoniques, pourrait accoucher d'un nouvel état de l'art en la matière dans le combat naval. Dans cette seule perspective, un déclassement pourrait toucher les Sous-marins Nucléaires Lanceurs d'Engins (SNLE) et Sous-marins Nucléaires d'Attaque (SNA) incapables de se hisser à cette nouvelle norme. À la remarque près que la preuve du caractère obsolète des missiles anti-navires subsonique à vol rasant n'a pas été apporté. Plus largement, il s'agirait de tenter de considérer la contribution navale aux plateformes de lancement de munitions hypersoniques et, notamment, leur relation à la dissuasion, surtout nucléaire.

jeudi 26 juillet 2018

Mesure de la puissance navale : ratio tonnes de bâtiments logistiques/de combat

© Royal Navy.
La part prise par la flotte logistique dans une marine de guerre est une autre mesure très intéressante de la puissance navale en ce qu'elle nous renseigne sur les capacités d'une marine à durer à la mer et à se projeter. Réflexion qui va de pair avec la question des bases avancées si chère à l'Amiral Alfred Thayer Mahan (27 septembre 1840 - 1 décembre 1914). Et donc de l'élongation logistique puisque le cadre géostratégique tracé par le territoire combiné à celui imposé par la diplomatie accouche d'une surface à contrôler ou bien dont il faut empêcher le contrôle par une tierce partie. Les Marine nationale et Royal Navy présentent des choix bien différents à cette aune dans le dimensionnement de leurs flottes logistiques respectives.

mercredi 25 juillet 2018

Mesure de la puissance navale : le ratio tonnes/sabord

© CCTV. Henry K., "Et si le destroyer Type 055 n’a que 112 silos ?", East Pendulum, 4 octobre 2017.
Le nombre de silos - pourquoi ne pas parler de "sabords" ? - est devenu un des nouveaux critères permettant de mesurer la "puissance" affichée d'un bâtiment de guerre. Les systèmes permettant d' "ensiloter" des missiles dans des "tubes" recevant de manière quasi-universelle toutes les munitions existantes dans une marine assurent une certaine polyvalence aux unités. C'est peu ou prou le retour aux considérations tactiques de la stratégie des moyens des combats en ligne de file des marines à voiles. Si à la manière de Joseph Henrotin (Les fondements de la puissance navale au XXIe siècle, Economica, 2011, 496 pages) il s'agit de penser le bâtiment de guerre comme une plateforme dont le tonnage ne signifie plus la puissance - l'ancienne relation liée tonnage et puissance des canons - mais bien le rayonnement géographique, les plateformes navales "percées" de "x" sabords tendent à réinstaurer l'ancienne dialectique mêlant tonnage et puissance. Des effets de seuil sont d'ores et déjà perceptibles.

mardi 24 juillet 2018

FMAN/FMC : l'impasse sous-marine ?


Au cours d'une précédente remarque, il s'était avérée que le programme FMAN/FMC conduisait probablement à l'introduction d'une future munition à lancement vertical. Quelle problématique pour les forces sous-marines ?

mardi 17 juillet 2018

Grèce : location des Cassard et Jean Bart ?

© Inconnu. Lanceur Mk 13 et missile SM-2 MR.
La marine hellénique souhaite remplacer les dix frégates de la classe Elli (toutes du type S-frigates ou classe Kortenaer ; modernisation en 2009) par des frégates modernes et polyvalentes. Le député Yves Fréville dans un rapport d'information déposé le 16 juin 2005 relevait l'intérêt de la Grèce pour les frégates FREMM l'année même où la première tranche du programme est notifiée en France (16 novembre 2005). Depuis, au moins, l'année 2013 la location de frégates françaises est évoquée. Là où la location de FREMM était attendue, il s'agissait donc bel et bien de frégates type F70 dont il est question côté français - comme certains l'évoquaient déjà en 2013. Athènes tentait d'arracher par quelques manœuvres la location de FREMM mais Paris refusait. Reste à étudier la dernière proposition avancée : la location des Cassard (1985 - 2021) et Jean Bart (1988 - 2022).


jeudi 21 juin 2018

Type 003 : tentative de description des caractéristiques nautiques et opérationnelles


Une photographie prise dans la salle de réunion de l'Institut 701 (bureau d'étude principal) de CSIC 701 (bureau de conception des porte-aéronefs Type 002 et porte-avions Type 003) dévoile une image générée par ordinateur (Computer-Generated Image (CGI) du porte-avions Type 003 de la Marine de l'Armée Populaire de Libération qui est actuellement en construction. Cette première vue officielle permet d'aborder ce vers quoi tend la marine chinoise.

samedi 16 juin 2018

Yemen : intervention du groupe de guerre des mines ?

© Marine nationale. La Loire ravitaillant le Verseau. "La France déploie son groupe de guerre des mines en océan Indien".
La France se serait engagée à apporter une aide "technique" afin de déminer le port d'Hodeïda, d'une importance vitale aussi bien pour les parties prenantes à la guerre civile que pour la population du Yemen. Les exigences d'une telle intervention pourraient amener à la constitution d'un groupe de guerre des mines d'une certaine ampleur.

samedi 26 mai 2018

SNA-NG de classe Suffren : quelques vues des postes d'équipage

© MBD Design. "SNA Barracuda 2". Ce qui ressemble à un poste d'équipage à six.

Pour achever notre visite de la galerie des réalisations de MBD Design, et après avoir aperçu une illustration représentant un SNLE (Sous-marin Nucléaire Lanceur d'Engins) - serait-ce un des avant-projets du SN3G ? - et une autre d'un PCNO (Poste Central Navigation Opérations) d'un SNLE qui n'a rien de commun avec ceux d'un Triomphant M45 ou refondu IAM51, il y a matière à se pencher sur les trois dessins d'illustration montrant un poste d'équipage, la cafétéria et ce qui ressemble à un carré.

vendredi 25 mai 2018

SN3G : un des PCNO étudiés ?

© MBD Design. "PCNO SNLE Secondaire 5".

MBD Design propose une galerie - "Nos réalisations" - sur son site internet vantant les contrats remportés par le groupe. Outre une illustration représentant un SNLE - serait-ce un des avant-projets du SN3G ? -, une autre présente le PCNO (Poste Central Navigation Opérations) d'un SNLE qui n'a rien de commun avec ceux d'un Triomphant M45 ou refondu IAM51 - Le Terrible ayant été directement admis au service actif à ce standard. C'est pourquoi il y a matière à s'interroger sur cette nouvelle illustration : serait-ce une des études pour une nouvelle refonte du PCNO des Triomphant ? Ou bien pour celui des SN3G ?