Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





samedi 27 septembre 2014

Blocus maritime et continental dans le cyberespace ?

© Inconnu. Le Deutschland militarisé -devenu l'U-155- passe sous le Tower Bridge à Londres.
Stéphane Van Gelder nous présente dans son article sur le Huffington post une capacité supposée de la Russie à se couper d'Internet, c'est-à-dire cette mer du cyberpespace qui est aussi vaste que l'Océan. Ces quelques considérations techniques nous amènent à poser l'existence d'analogies hypothétiques entre cyber et maritime.




Pour "débrancher" la Russie d'Internet, Stéphane Van Gelder nous explique que Moscou pourrait renationaliser " trois principales extensions du pays: le .RU, le .SU (l'ancienne extension de l'Union Soviétique qui continue d'être utilisée) et le .рф ( "fédération russe" en cyrillique)." Ces extensions sont gérés par un organisme indépendant mais russe et le Kremlin pourrait alors faire jouer la raison d'Etat.
Ceci n'est que l'aboutissement d'un processus de territorialisation de l'internet russe si nous pouvons utiliser cette image. Olivier Kempf définit (Introduction à la Cyberstratégie aux éditions Economica) trois couches dans le cyberespace  matérielle, logique et sémantique et/ou informationnelle. Yannick Harrel (La Cyberstratégie russe aux éditions Nuvis)  précisait que dans la pensée stratégique russe, et à l'opposée de l'approche américaine, ce n'est pas l'élément matériel qui prédomine pour préserver la souveraineté. Ce qui ne veut pas dire que de l'URSS à la République Fédérale de Russie, Moscou n'ait pas investi dans les machines ou ne cherche pas à se constituer des plateformes nationales. Mais ce qui intéresse vraiment la Russie, c'est la souveraineté informationnelle : la pensée en somme. 

 

Par toutes ces manoeuvres, surtout russes et chinoises, Internet est de moins en moins mondial et de plus en plus régionalisé. Simplification du processus, certes, mais c'est aussi souligner qu'Internet s'est fragmenté par endroit dans le monde jusqu'aux capacités supposées de la Russie de s'en couper.

 

Par rapport au fait maritime, nous pourrions retrouver la stratégie du blocus continental, notamment utilisé par la France (le blocus continental de Napoléon). La puissance terrestre interdit à la puissance maritime rivale d'avoir accès aux ressources du continent européen. Ce dernier, par l'effet de cette action, se détache du commerce mondial. Dans la théorie géopolitique du Heartland, c'est donc l'un des plus beaux morceaux des ressources mondiales qui est ainsi refusé à l'adversaire.


La Russie n'est pas tellement dans une position si différente dans le commerce mondial, comme grenier à ressources pour alimenter les industries de par le monde.

 

Cette stratégie n'est pas dénue d'effets. Positivement, si ce choix dure dans le temps alors il force l'économie à se réorganiser. Les industries du continent finissent par profiter du redéploiement des flux. Négativement, cette transformation de l'économie est très coûteuse. Processus qui peut être source d'innovations, comme en témoigne les ersatz allemands !

 

Continuous dans cette anologie maritime. La puissance de la mer peut aussi agir ou réagir et chercher aussi à isoler l'élément terrestre rebel à sa politique. La France, par exemple, a connu nombre de blocus organisés par l'Angleterre. L'Allemagne en a connu deux grands au cours du XXe siècle.
Sir Julian S. Corbett théorisé dans Some principles of maritime strategy deux volets du blocus naval :

  • le blocus défensif : bloquer les capacités navales ennemies dans ses ports,
  • le blocus offensif : bloquer l'économie adverse.

Le stratège anglais distinguer ainsi ces deux volets car si bloquer l'outil militaire adverse déterriore un peu ses capacités faute d'exercices pratiques, bloquer l'économie en revanche amoindri par usure les capacités matérielles de l'adversaire et donc sa puissance.

 

Dans la confrontation entre Moscou et Washington autour du conflit ukrainien, les Américains auraient un plan permettant de nuire presque totalement à la capacité de la Russie d'accéder aux circuits financiers mondiaux. Les réseaux bancaires sont une partie du cyberespace.

 

Nous aurions alors la menace d'un blocus contiental russe face à celle d'un blocus offensif américain.

 

C'est là que nous pouvons replacer les débats sur la gouvernance d'Internet, par analogie au fait maritime, où il y a une opposition entre les Etats et les sociétés civiles (transnationales ou non) pour un Internet aussi libre que possible et ceux qui entendent projeter leur souveraineté aussi loin que possible sur la toile.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire