Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





lundi 5 décembre 2016

Le Kuznetsov, encore opérationnel ?

© Inconnu. Image des archives montrant un Su-33 en phase d'appontage à bord du Kuznetsov.
Un nouvel accident s'est produit à bord du croiseur porte-aéronefs Kuznetsov : un Su-33 a manqué son arrêt complet à bord et est tombé à la mer. Si le pilote est sain et sauf une nouvelle fois - démontrant les qualités du SAR russe -, la crédibilité opérationnelle du GRAN et de son groupe aérien embarqué est atteinte. Le porte-aéronefs russe peut-il être regardé comme un navire de combat opérationnel ?

4 novembre 2016 : un Mig-29KR, une des quatre machines de ce type à bord, se perd en mer, son pilote parvient à s'éjecter. Plusieurs causes potentielles sont avancées dont un des brins d'arrêt du pont d'envol. Le temps d'entraînement des pilotes de l'aéronavale russe était, et il faut le dire, réputé extrêmement court pour apprendre à manier la machine depuis le pont plat russe. En tous les cas, un tel accident n'est pas l'apanage de la seule marine russe : un pilote chinois était victime d'un accident mortel en juillet.

Jane's, à partir d'une image satellitaire (cf. un précédent billet), découvrait les huit Su-33 sur la base aérienne de Humaymim dans la région de Lattaquié. Où sont les Mig-29K ? Les Ka-52K ? Il est courant de voir le passage d'aéronefs du groupe aérien embarqué d'un porte-aéronefs ou porte-avions à terre, pendant une mission, en raison... d'une urgence aéronautique. Mais pas pour débarquer la presque totalité de ce groupe aérien embarqué... sauf si la plateforme navale est indisponible (?).

3 décembre 2015 : un Su-33, une des huit machines de ce type à bord, s'est abîmé en mer après avoir manqué, aux dires des premières informations avancées, son appontage. Concernant le Mig-29K, une avarie serait survenue dans l'installation des brins d'arrêt et elle expliquerait à elle seule cette course malheureuse jusqu'à l'élément salé. La perte du Su-33 use de la même cause technique avancée.

Elle pourrait même expliquer le pourquoi du comment les huit Su-33 se sont retrouvés à terre et non plus à bord. Il est avéré qu'au moins l'une de ses machines était de nouveau à bord du Kuznetsov ce jour. A priori, il y aurait matière à croire que les Mig-29K ont pu être temporairement interdit de vol le temps de l'enquête (est-ce le cas et encore le cas ?).

En l'espèce, si ce navire STOBAR (Short Take-Off But Arrested Recovery) n'est plus capable que du "STO" sans le "BAR" il ne peut plus prétendre qu'à un rôle de transport d'aviation et sans une base à terre ou l'acceptation de la perte des aéronefs à voilure fixe après la mission ordonnée, il n'est plus opérationnel. Les Su-33 et Mig-29K ne peuvent plus apponter via les installations de la piste oblique.

Ce taux d'attrition est peu supportable alors que le groupe aérien embarqué russe s'est réduit, en trois semaines, de 12 à 10 chasseurs embarqués (3 Mig-29KR, 7 Su-33 au 5 décembre). À ce rythme des opérations aéronavales, le groupe aérien embarqué perdrait la totalité de ses chasseurs embarqués sous sept mois. La chaîne de production du Su-33 est arrêtée et les cellules des exemplaires en service vieillissent inexorablement. Il y a trop peu de pilotes qualifiés sur Mig-29K.

Il faudrait alors en conclure que l'état opérationnel du croiseur porte-aéronefs Kuznetsov est plus que douteux par la seule défaillance de cette installations vitale pour la mise en œuvre des aéronefs à voilure fixe. Dans cette perspective, et depuis cette avarie, il ne peut qu'être réduit à un hybride entre le transport d'aviation et le porte-hélicoptères. Au demeurant, ces derniers ne semblent pas opérer depuis le bord. Dans cette perspective, la diplomatie navale russe perd en crédibilité et ce n'est camouflé que par le sort de la bataille d'Alep.

Logiquement, un navire non-opérationnel sans utilité directe pour les opérations aurait vocation à rentrer au port en Russie pour débuter sa refonte. Diplomatiquement, l'échec serait total.

La refonte du Kuznetsov devient urgente. Aujourd'hui, il y a matière à se demander si la Chine qui a acquis les mêmes compétences aéronavales que la Russie sur un temps plus court n'aurait pas, à travers le sistership du Kuznetsov, un outil plus crédible opérationnellement.

1 commentaire:

  1. On à signalé un autre accident de ce type avec un Su-35 en 2005. Vidéo sur Youtube.

    RépondreSupprimer