Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





samedi 8 décembre 2018

Croiseur de bataille de 17 500 tW

Le croiseur de 17 500 tonnes proposé par le Chef d'Etat-Major de la Marine (CEMM), l'Amiral Henri Salaün (22 juillet 1924 - ), s'entend comme un 17 500 tW et est un objet de curiosités et le fruit de questions toujours plus nombreuses au fur et à mesure que certains détails se font jour. C'est bien le premier projet connu d'un bâtiment de ligne français qui ne prenne pas place dans le paradigme d'une hausse continue du tonnage. C'est aussi un projet de bâtiment de combat dont les portées d'engagement sont franchement importantes dès la conception. Enfin, il y a matière à se demander si ce n'était pas un projet qui pariait sur la fin des limitations imposées par le traité de Washington tout en maintenant un très important programme de cuirassés qui seront qualifiés de rapides, successeurs des "super Dreadnought".


La Marine nationale est cantonnée suite au traité naval de Washington (6 février 1922) aux 175 000 tonnes de bâtiments de ligne tandis qu'en 1922 elle en possède 226 170 tonnes. Il ne peut y avoir qu'une régression progressive avec le désarmement des unités les plus anciennes et obsolètes que sont les trois de 18 890 tonnes (Condorcet (1911 - 1945), Diderot (1911 - 1937), Voltaire (1911 - 1935) encore comptabilisés. Les coques des Normandie (25 250 tonnes) ont été démolies en 1924 (la coque du Languedoc l'est en 1929 et celle du Béarn est refondue en porte-avions). Les cuirassés de 40 000 tonnes (lège ?) ne peuvent pas être mis sur cale puisque le traité de Washington autorise au plus haut des 35 000 tW portant jusqu'à du 406 mm (16 pouces).

Aussi, il est remarquable que les positions du futur traité ratifié sont acceptés en France suite à une réunion du Conseil supérieur de la Défense nationale (28 décembre 1921) où il est acté que la priorité est accordée à la construction de 330 000 tonnes de torpilleurs, contre-torpilleurs et croiseurs avec, en sus, 90 000 tonnes de submersibles en accord avec le plan naval proposé par le ministre de la Marine Georges Leygues mais jamais adopté par le Parlement et pourtant respecté.. !
La ligne de bataille n'est pas une priorité et est reportée à l'après-1925 puisque la France peut, comme l'Italie, lancer deux 35 000 tW en 1927 et 1929. En attendant une éventuelle décision, les vacances navales en matière de construction de bâtiments de ligne ne s'arrêteront qu'en 1931. Reste alors le chantier ouvert par la problématique opérationnelle posée par les croiseurs de 10 000 tW. Ils portent jusqu'à du 203 mm normés par le traité de Washington. Les premières unités lancées atteignent 31,5 nœuds pour les County britanniques, voire 31 pour les Suffren de la Marine nationale et jusqu'à 34 à 35 pour les classes Trento et Zara de la Régia Marina.

Ces derniers posent le plus de problèmes puisqu'ils surclassent en vitesse tous les croiseurs français et posent une menace directe à l'encontre des liaisons entre la métropole et l'Afrique du Nord alors qu'une partie des troupes résidant de l'autre côté de la Méditerranée font partie des unités à rapatrier en cas de guerre sur le continent. Tout comme les colonies sont indispensables au soutien de l'effort de guerre.

C'est pourquoi émerge le premier projet pour renouveler la ligne de bataille est donc ce croiseur de 17 500 tW (19 900 tonnes). Ce "super croiseur" avait pour principale raison d'être de surclasser les croiseurs de 10 000 tW par une ceinture capable d'encaisser, voire parer des obus de 203 tout en portant une artillerie de huit pièces de 305 mm en deux tourelles quadruples placées en chasse dont les effets n'auraient pu être que décisifs sur ces mêmes croiseurs s dont la protection est généralement sacrifiée au profit de la propulsion. Et afin de ne pas laisser à ces unités de 10 000 tW toute possibilité de se dérober, les croiseurs de 17 500 tW (19 900 tonnes) marcheront 35 nœuds. John Jordan et Robert Dumas calculent qu'il aurait fallu pas moins de 180 000 CV - autant que l'appareil propulsif des Richelieu... à feux poussés ! - pour atteindre pareille prouesse alors que les Duguay-Trouin n'ont "que" 102 000 CV et les Suffren 90 000 CV... !

L'une des curiosités techniques de ce croiseur de 17 500 tW (19 900 tonnes) est son artillerie principale en deux tourelles quadruples de 305 mm placées donc en chasse. Les canons auraient été de 55 calibres avec une hausse de 45 degrés offrant une portée de 43 000 mètres pour la salve. Rien qu'en 1914 lors de la bataille de Coronel et des Faklands, les salves commencent à s'échanger dès 15 000 mètres et les échanges se stabilisent entre 9 et 13 000 mètres. Cela reprend à 14 500 mètres au Dogger bank en 1915 et jusqu'à 18, voire 19 000 mètres à la bataille du Jutland. En fait, la Marine nationale s'était calée sur un engagement type Tsushima (27 et 28 mai 1905) avec un engagement de 5 à 8000 mètres.

Comment expliquer cette spécification technique envisageant un combat naval pouvant débuter dans le meilleur des mondes à 43 000 mètres alors qu'en 1926 les Courbet pointent péniblement à 26 300 mètres après une première refonte et seulement 21 000 mètres pour les Bretagne. Le saut capacitaire comme nous dirions aujourd'hui est prodigieux. Les 10 000 tW atteignent 28 000 mètres.

C'est donc en ce sens que la comparaison faite par John Jordan et Robert Dumas entre ce bâtiment de ligne de 17 500 tW (19 900 tonnes) et les croiseurs de bataille de Fisher de classe Invincible prend tout son sens et invite bel et bien à surnommer ce projet français de croiseur de bataille. Il est bien en rupture totale avec toutes les hypothèses opérationnelles retenues pour le combat naval. Même les Richelieu n'atteindront que 41 000 mètres en 1939 et 1940.

Autre curiosité, le tonnage retenu de 17 500 tW (19 900 tonnes) qui correspond donc à ce projet de tueurs de croiseurs de 10 000 tW. Dit autrement, le 17 500 tW demeure un "super croiseur" de 10 000 tW avec toutes les rationalités du deuxième appliquées au premier. La protection permet de parer l'artillerie des unités visées mais ne permet pas de soutenir le feu d'un cuirassé à l'artillerie principale de calibre équivalent.

C'est pourquoi quand l'Allemagne réfléchit suffisamment fort à mettre sur cale le premier Panzerschiffe, c'est-à-dire le Deutschland dont la quille ne sera posée qu'en 1929, et la France prend significativement connaissance du projet dès 1926, l'hypothèse géostratégique franco-italienne bâtissant les principes de construction de ces unités tombent littéralement à l'eau. L'hypothèse géostratégique n'est plus seulement la rivalité franco-italienne (1922 - 1926) mais bien une sorte de "french two-powers standard" face et à l'Allemagne et à l'Italie. Les projets reviennent à des unités d'un tonnage plus franc et massif.

Alors, est-ce que le "croiseur de bataille" de 17 500 tW (19 900 tonnes) aurait pu être l'héritier 15 croiseurs de 12 000 devant éclairer les 11 cuirassés de 40 000 tonnes ? L'hypothèse est mince mais mérite d'être explorée puisque le cuirassé de 40 000 tonnes tel que nous le comprenons correspond assez bien à un 35 000 tW. Par ailleurs, la Marine envisageait de mettre sur cale 4 croiseurs de bataille de 17 500 tW en vertu du quota de 70 000 tonnes. Aurait-ce été un pari d'un assouplissement du traité sur les croiseurs ou les bâtiments de ligne ? 

Le "croiseur de bataille de 17 500 tonnes" (tW) est un moment très intéressant dans l'histoire des bâtiments de ligne français. Deux caractéristiques interpellent toujours 92 années après : ce sont peut être les unités dont l'ambition aurait été la plus forte en matière de combat naval avec 43 000 mètres demandés dans les spécifications tandis que le tonnage visé est, stricto sensu, la première et peut-être la seule entorse à la loi de l'augmentation immuable du tonnage. Mais s'il s'agissait bien d'une manière détournée pour lancer des croiseurs lourds alors cette loi aurait été respectée. Seul le projet de croiseur C5 Saint Louis (14 770 tW, 16 800 tonnes) atteignait le tonnage le plus proche mais portant toujours du 203 mm.

3 commentaires:

  1. Passionnant article.
    M'aurait-on menti ? Dans ma lointaine jeunesse, nos croiseurs de 10 000 tonnes étaient annoncé pour 33 à 34 kts (ce que le Wikipedia en Anglais semble pourtant confirmer).

    Pour ce qui est de la portée, celles données théoriquement de 1939 à 1945 devaient valoir pour du tir contre des objectifs peu dense à terre, parce que la dispersion latérale se montra impressionnante.
    Le Yamato ne tirait pas en mer à plus de 25 km, ce qui correspond à peu près au tir record du Scharnorst sur le HMS Glorious.

    Cela n'empêche pas que les concepteurs des croiseurs de 17 500 tonnes visaient une cible qui fut celle des croiseurs lours US de la fin de la guerre mondiale : Si je ne crois pas aux 305 mm, il y avait sûrement à travailler dans ce sens.
    Le HMS Exeter fit beaucoup de mal au Graf Spee, malgré une cuirasse très modeste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur,


      Bonjour et merci ! Content que cela plaise, en espérant que ces quelques commentaires se poursuivent aux archives.

      De ce que j'ai pu lire dans l'ouvrage de Gérard Garier (SUFFREN & COLBERT, les Croiseurs Français de 10 000tW - Tome 01, Paris, LELA Presse, 2010, 256 pages), c'était bien une vitesse maximale en service de 34 nœuds qui était visée pour les "treaty cruisers" ou croiseurs de 10 000 tW français (soit 10 160 tonnes). Mais l'auteur montre qu'il n'a pas été possible de concilier les objectifs de protection avec cette vitesse d'où une perte de 2 à 3 nœuds pour sept bateaux marchant 31 à 32 nœuds selon les unités.

      Ce sont les croiseurs de 7500 tonnes qui tiendront les 34 nœuds.

      Bien cordialement,

      Supprimer
  2. 17500 t à 35 noeuds avec du 305mmm. certes taillé pour tuer du croiseur, ce bateau , avec sa vitesse pouvait croiser plus lourd et se défiler avant d'être fixé par des vaisseaux de ligne. mais tout ceci s'appuie naturellement sur une télémétrie de point pour tirer loin et si possible à grande vitesse (20-25 noeuds ?)

    RépondreSupprimer