Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





vendredi 22 mai 2020

RPC30/RP30 : Piriou !

© Chantiers Piriou. Agrandissement de la photographie du communiqué de presse.
     La Direction Générale de l'Armement (DGA) a notifié le 30 avril 2020 à la société de construction navale civile et militaire Piriou, au terme d'un appel d'offres lancé en 2018, le contrat portant construction de 15 Remorqueurs Portuaires de 30 tonnes de traction au point fixe (RP30) auxquels s'ajoutent 5 Remorqueurs Portuaires Côtiers de 30 tonnes de traction au point fixe (RPC30).

mardi 19 mai 2020

Ελληνικό Πολεμικό Ναυτικό : accord financier pour les FDI ?


© Naval group.
     Le programme FDI (Frégate de Défense et d'Intervention) de la Marine de guerre hellénique (Ελληνικό Πολεμικό Ναυτικό) a bénéficié, d'au moins, deux échanges supplémentaires entre la Direction Générale de l'Armement et la Direction générale des équipements et investissements de défense (Γενική Διεύθυνση Αμυντικών Εξοπλισμών και Επενδύσεων (ΓΔΑΕΕ) et la Direction Générale de l'Armement (DGA) puis entre les ministres de la défense de la France et de la Grèce. Le coût global du programme et la répartition du volume financier par grandes enveloppes commence à se dessiner très précisément (Ioannis Nikita, « Ομαλά εξελίσσεται η διαπραγμάτευση των Belharra, οι τιμές », Defence Review, 19 mai 2020). Serait-ce à dire qu'a été trouvé un accord financier entre les deux parties, ultime prélude à la signature de l'accord et des différents contrats afférents ?

lundi 18 mai 2020

Marine nationale : de FLOT-LOG aux BRF (2009 - 2020)


© Chantiers de l'Atlantique.
     Le train d’escadre, lancé dans les années 1960 – 1980 – notamment par le Plan bleu (1972 – 1974) qui demandait cinq pétroliers par le programme TRE 70 puis PR72 –, dont le point d’orgue fut consécutivement la mise en place du Centre d’Essais du Pacifique (CEP) puis le soutien des forces navales dont principalement le Groupe Aéronaval (GAn), le Groupe de Guerre Des Mines (GGDM) et ponctuellement le groupe amphibie et les sous-marins voit son remplacement glisser depuis le début des années 2000. Le programme FLOT-LOG (FLOTte – LOGistique), dénommé ainsi depuis l’approbation de la fiche de caractéristiques militaires le 29 juin 2009, évoluera entre deux projets de coopération dont le deuxième sera le bon et plusieurs décalages. Et ce n’est que le 18 mai 2020 que sera découpé la première tôle (de la partie arrière) du futur Bâtiment Ravitailleur de Forces (BRF) n°1 de 31 000 tonnes à pleine charge.

dimanche 17 mai 2020

Marine nationale : introduction du ravitaillement à la mer (1936 - 1943)

© SHM/SHD. Essais de ravitaillement à la mer entre croiseur Algérie et un contre-torpilleur vers 1940.

     L’introduction progressive de la « chauffe au mazout » dans les grandes marines entraînaient la formulation des premières politiques pétrolières qui se focalisaient, dans, un premier temps, sur les questions de transport puis, dans un deuxième temps, à celles relatives à la constitution de réserves. Vint seulement le troisième temps des premiers essais du ravitaillement à la mer d'un bâtiment de guerre par un pétrolier dès 1906. La Première Guerre mondiale généralisait le pétrole comme combustible et la Deuxième Guerre mondiale diffusait les techniques du ravitaillement à la mer. La Marine nationale se convertissait matériellement et doctrinalement entre 1936 et 1943 au « RAM ».

jeudi 14 mai 2020

Los !

©  Chantiers de l’Atlantique.

     La consolidation de la construction navale civile et militaire en Allemagne s'est brutalement mise en branle le 13 mai 2020. Il en ressort un premier ensemble formé par German Naval Yards (GNYK) et Lürssen tandis que Thyssenkrupp paraît préparer ses futures négociations avec le nouvel acteur en brandissant la coopération italienne et donc la marginalisation du nouvel acteur allemand. Mais en écartant plusieurs hypothèses, ce serait plutôt la fragilité de Thyssenkrupp vis-à-vis de son projet ancien (2011 - 2020), et d'une actualité particulièrement criante pour sa trésorerie, de céder TKMS.

mercredi 13 mai 2020

ESNA : mise en service de MY01

© Service d’Infrastructure de la Défense. Photographie publiée le 13 mai 2020 (LinkedIn).

     La première phase des travaux, menée depuis 2012, au profit des infrastructures jouxtant la darse des sous-marins de la zone Missiessy (base navale de Toulon), afin de préparer l'accueil du premier Sous-marin Nucléaire d'Attaque (SNA) de la classe Suffren, au nom de baptême éponyme, et issu du programme Barracuda, s'achevait le 27 avril à double-titre et par la mise en service du bassin MY01 rénové et par le début de l'Indisponibilité pour Entretien (IE) d'un SNA de classe Rubis qui est très probablement l'inusable Rubis (1983 - 2020) lui-même.

mardi 12 mai 2020

European Patrol Corvette : et de quatre avec l'Espagne !

© Naval group. La Gowind 200 (103 mètres, 1950 tonnes, 70 marins) en 2006.
     L’officialisation de la participation espagnole par le truchement de la société de construction navale militaire Navantia (Benjamin Carrascon, « España entra en el programa de la corbeta europea », InfoDefensa.com, 11 mai 2020) au projet European Patrol Corvette est l’occasion d’apprendre que la Marine nationale s’est positionnée depuis mai 2018 au profit d’une reconstruction la flotte de surface du point de vue des « frégates de deuxième rang ». Il sera donc demandé qu’une partie des avisos A69/PHM de classe d’Estienne d’Orves soit remplacée et par des Patrouilleurs Océaniques (6) et par des European Patrol Corvette (3 à 5).

lundi 11 mai 2020

Entretien avec David Morel - Les sous-marins « made in France »

© David Morel.
     Vous aviez peut-être d’ores et déjà aperçu cette belle composition de David Morel, représentant le Sous-marin Nucléaire d’Attaque (SNA) Suffren, car elle ne pouvait pas manquer d’attirer l’œil. Il a bien voulu répondre à mes quelques questions, et, surtout, nous offrir d’admirer ses créations. Un grand merci à lui !


mardi 5 mai 2020

« French Secret Projects 1: Post War Fighters » de Jean-Christophe Carbonel



     Jean-Christophe Carbonel a signé deux ouvrages dans la série des « French Secret Projects » qui sont parus consécutivement en 2016 et 2017 - un troisième opus serait en préparation et une traduction à l'étude - chez Crecy Publishing. La maison d'éditions, britannique, domiciliée à Manchester, s'est faite une spécialité de publier ces ouvrages recensant les prototypes et projets qui ne sont pas devenus opérationnels ou bien qui n'ont pas quitté les planches du bureau d'études. French Secret Projects 1: Post War Fighters (Manchester, Crecy Publishing, 2016, 280 pages) a l’heur de présenter un chapitre dédié aux avions de combat et de soutien embarqués sur porte-avions...

lundi 4 mai 2020

Ελληνικό Πολεμικό Ναυτικό : feu vert ΑΝΣ et ΣΑΓΕ

© Naval group.
     Le programme FDI (Frégate de Défense et d'Intervention) de la Marine de guerre hellénique (Ελληνικό Πολεμικό Ναυτικό) a reçu l'aval politique des principaux ministères, parties prenantes au dossier, dans l'attente de l'examen du dossier devant le Parlement à l'issue de laquelle seront ouvertes les négociations finales pour la formalisation de l'accord de gouvernement à gouvernement (Ioannis Nikita, « Φρεγάτες Belharra για το Πολεμικό Ναυτικό: Πράσινο φως από ΣΑΓΕ και ΑΝΣ », Defence Review, 3 mai 2020).

mercredi 29 avril 2020

SNA-NG « Suffren » : 1ière et 2ième journée d'essais à la mer

© Naval group. Photographie publiée le 29 avril 2020 depuis le compte Twitter de la société.
     Le Sous-marin Nucléaire d'Attaque (SNA) Suffren a mené ses première et deuxième journée d'essais à la mer au large de Cherbourg entre les 28 et 29 avril 2020. Le nouveau SNA serait amarré ou en cours d'amarrage dans le port militaire de Cherbourg, peut être le long de la digue du Homet. Le Suffren a effectué sa première plongée au cours de laquelle il a très probablement effectuée sa première pesée statique. Les essais se poursuivront dans les tous prochains jours et peut être dès demain dans la fosse des Casquets (Jean-Dominique Merchet, « Sous-marin Suffren : première plongée imminente », Secret Défense (L'Opinion), 29 avril 2020).

mardi 28 avril 2020

SNA-NG « Suffren » : première pesée statique ?

© La Presse de la Manche/Jean-Paul Barbier.
    Le Sous-marin Nucléaire d'Attaque Suffren, accompagné par une nuée de six remorqueurs et pousseurs dont le Saire (RPC 12 type A), a quitté aux alentours de 10h00 ce matin la digue du Homet à laquelle il était amarré pour quitter la petite rade avant de franchir la passe Ouest, manifestement (AIS) précédé par le Bâtiment de Soutien et d'Assistance Métropolitain (BSAM) Garonne. Le Patrouilleur de Service Public (PSP) Cormoran veillait à environ 30 nautiques au large, au plus près du Dispositif de séparation du trafic (DST) des Casquets. Et ce serait depuis 11h00, ce mardi 28 avril 2020, que le Suffren se serait positionné au large du Becquet afin de procéder à sa première pesée statique.