Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





mardi 26 janvier 2016

Plaidoyer pour la création d'une brigade des mousquetaires

© Wikipédia. Mousquetaires de la Garde. La fin du XVII siècle.
Dans la foulée des attentats du 7 janvier 2015, nous nous interrogions sur l'organisation et l'institutionnalisation des forces agissant, notamment, contre les actes terroristes. Les sanglants attentats du 13 novembre 2015 démontraient l'inadéquation des moyens et des plans face à la menace, contrairement aux discours soutenus par les autorités depuis 2004. Et, pire encore, la malsaine concurrence entre les service n'accouche d'aucun bénéfice opérationnel pour l'accomplissement des missions de service public. Un bouleversement est nécessaire.


A la suite de nombreux attentats et de prises d’otages ayant eu lieu de par le monde – de la prise d’otage de l’école de Beslan en 2004 à celle d’In Amenas en 2013 en passant par le détournement de l’Airbus en 1994 – nos forces de Police et de Gendarmerie travaillaient, notamment, mais pas seulement, sur le scenario d’une Prise d’Otages Massive (POM). Les gardiens de la paix prévoyaient de contrer ces hypothèses structurantes par l’intervention conjointe de toutes les unités spéciales. Au fil des reportages, il apparaissait même des coopérations ponctuelles, tout du moins pour l’enrichissement des formations, entre les forces spéciales des Armées et les unités spéciales des forces de Police et Gendarmerie. Le dispositif « contre-POM » se doit de contrer une ou des équipes de terroristes prenant massivement des otages en quelque lieu que ce soit (site industrielle, TGV, avion, métro, etc.).
 
Toutefois, ce qui semblait clair pour les autorités et les services désignés au soir des attentats de janvier, n'est manifestement qu'un songe éveillé en novembre de la même année. De Toulouse à Paris, le plus grand succès de l'année 2015 semble consister dans la capacité de la Police nationale a imposer ses frontières : Paris à la BRI, les zones Police au RAID : le GIGN dehors. Où est passé la force conjointe liant le FIPN, le GIGN, voire les forces spéciales militaires restantes pour contrer une prise d'otage massive ? Où est passée la dynamique de l'augmentation des effectifs car ni la Gendarmerie ni la Police ne pouvait fournir les effectifs suffisants à de tels scénarios ? Où est la collaboration ? 

Les services ne parviennent pas à s'organiser pour contrer l'attentat d'hier, celui de 2004, 2008 ou 2011. Nous nous devons d'éviter l'attentat de demain ou nous doter des moyens d'en réduire les conséquences. Sans savoir en quoi il consistera, n'étant pas Moires, nous pouvons élaborer quelques pistes à partir des "risques de la faiblesse" (LBDSN 2015 ?). 

Le plus grand risque ne réside pas tant dans la répétition des attentats du 13 novembre 2015 car situés dans une même région et disposant de moyens nombreux et divers en hommes et matériels (à tel point que : GIGN, dehors). Même si l'organisation et l'entraînement des forces doivent être radicalement repensés. Mais notre faiblesse s'est exprimé dans un cadre à peine plus large lors des attentats du 7 janvier quand deux hommes défiaient des centaines d'autres entre Paris et le Sud de la Picardie. 
 
L'organisation prise en défaut en 2015 parviendrait-elle à affronter le même nombre de faits mais réparti dans plusieurs villes moyennes de France (un centre commercial ? un train ? un concert ?) ? Avec un commando éparpillé de dix hommes, agissant sur l'ensemble du territoire métropolitain (sans même évoquer l'Outre-Mer...), communiquant entre eux, ce serait au moins cinq attentats dynamiques, voire une ou plusieurs prises d'otage massive pour clôturer le tout. Nos forces, peu apte à travailler ensemble, malgré des propos lénifiants, parviendraient-elles à trouver la mobilité opérative pour se concentrer aux points clefs ? 
 
Le 22 juillet 2011, la fusillade de l'île d'Utøya (Norvège) voyait le pays le mieux doté au monde en hélicoptères moyens faillir à rassembler suffisamment rapidement pour donner l'assaut... 

C'est pourquoi nous proposons d'organiser une force de sécurité intérieure capable de contrer les attentats d'hier et de demain. Cette unité organique permettrait d'entretenir aussi bien un état-major central, capable de réquisitionner des moyens matériels en urgence, et de diriger l'action de groupes régionaux dans tout l'Archipel France. Les unités de la Police nationale et de la Gendarmerie nationale ne seraient pas fondues dans le dispositif mais intégrés. La Force d'Intervention de la Police nationale n'aurait pu de raison d'être. 

La bridage des (nouveaux) mousquetaires s'organiserait de la sorte :
  • un état-major central en région parisienne capable de réquisitionner en urgence des moyens blindés et héliportés des forces de police et des armées, commandant aux groupes régionaux, dirigé alternativement par un officier général de Police et de Gendarmerie, répondant hiérarchiquement au ministre de l'Intérieur ; 
  • 18 Groupes d'Intervention Régional : reprenant le concept des GIR de la Police nationale, renforcé par les PI2G de la Gendarmerie, généralisés à chaque région française ; 
  • une cellule de liaison avec les forces spéciales pour organiser régulièrement des entraînements communs et penser un éventuel engagement sur le théâtre national d'unités militaires ; 
  • une cellule de liaison avec les opérations Vigipirate et Sentinelle, plus tard la Garde nationale, pour rassembler en urgence les forces disponibles pouvant être réquisitionnés. 
Une telle brigade légère d'environ 2 à 4000 hommes permettrait à (l'Archipel) France de se doter d'un outil organisant une réaction adaptée aux attentats d'hier et demain, capable de remporter plusieurs combats locaux, dans un même quartier, mais aussi de déployer et concentrer des forces à l'échelle d'un théâtre entier.

3 commentaires:

  1. Analyse intéressante et sans a priori, bravo. On ne peut qu'être d'accord sur le constat sans concessions. Quelques hommes agissent à la barbe de milliers d'autres. Et heureusement que ces attaques ont visé Paris.
    Qu'en serait-il si elles intervenaient en Province, tient, par exemple à Limoges? Et sans même évoquer le cauchemar d'attaques réparties sur le territoire.
    D'ailleurs le problème ne concerne pas seulement les forces d'intervention, mais c'est aussi vrai sur les services de secours. On a tous en mémoire les myriades de véhicules de secours. Et à Limoges combien d'ambulances du SAMU ou des pompiers ?
    Eric Dauriac

    RépondreSupprimer
  2. Vous citez un bel exemple Limoges est assez éloigné de Paris, à la confluence entre la "division bleue" de l'Ouest de la France et la "brigade d'aérocombat" au Sud. Et si les hélicoptères les plus rapidement disponibles étaient ceux du SAMU ?

    N'oublions pas que la Police nationale, si j'ai bien compris le dispositif institutionnel, ne dispose d'aucun hélicoptère en propre.

    Quid de l'adaptation des plans blanc, rouge avec de tels évènements ?

    Cordialement,

    RépondreSupprimer
  3. Et il n'y a qu'un seul hélicoptère au CHU de Limoges.....

    RépondreSupprimer