Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





mardi 28 novembre 2017

Les deux SLAMF d'une même pièce

© Michel FLOCH. Le Sterenn Du.
Le SLAMF (Système de Lutte Anti-Mines du Futur) / MCMM (Maritime Mine Counter Measures) est l'un des plus discrets de tous les programmes navals. Capacité indispensable pour la sécurisation des approches au profit tant de la dissuasion océanique que des bases navales, ports français ou des pays alliés et partenaires. Les capacités de guerre mines servent, aussi, à sécuriser les routes maritimes : exemple type de l'opération Herakles (2001-2002) où les Chasseurs de Mines Tripartites (CMT) parviennent les premiers à Djibouti, devançant le GAn en route pour le Nord de l'Océan Indien et les opérations au-dessus de l'Afghanistan. Une capacité opérationnelle que place au premier plan la Revue stratégique pour la Défense et la Sécurité nationale, alertant sur la menace persistante et évolutive des mines, demandant le renouvellement des moyens de guerres des mines en mer. Où en est le programme SLAMF ?

Le principe d'un programme des Chasseurs de Mines Tripartites (CMT) est décidé en 1973. En février 1974, l'accord est passé entre la Belgique, la France et la Hollande. Un programme militaire est élaboré sur cette base en décembre 1974. Les 35 unités sont construites pendant les années 1980 entre la Belgique (10 CMT), la France (10 - Eridan, Cassiopée, Andromède, Pégase, Orion, Croix du Sud, L'Aigle, Lyre, Persée (retiré du service en 2009) et Sagittaire) et la Hollande (15) dans chacun des trois pays. La production d'une grande partie des composants est mise en commun : la Belgique fournissait les équipements électroniques, les Pays-Bas la propulsion et la France l'équipement de chasse des mines. La bonne entente entre les pays participants perdure jusqu'en 2005 quant une même modernisation est menée en commun.

Les CMT sont réputés pour être des bateaux aussi coûteux au mètre de coque que les SNLE (Sous-marins Nucléaires Lanceur d'Engins) dans la Marine nationale. Ils remplacement les chasseurs de mines des classes Dompaire (5) et Cybele (5) en France, ces derniers remplaçant, eux-même, les 62 dragueurs-côtiers du type Sirius admis au service actif entre 1952 et 1958.

Par ailleurs, les restrictions budgétaires de la fin des années 1980 et du tout début des années 1990 conduisent à l'abandon de la construction des Bâtiment Anti-Mines Océanique (BAMO) de classe Narvik en 1991. Ils devaient prendre la suite des 15 DO acquis auprès des États-Unis d'Amérique et admis au service actif en 1953. Les six BAMO (Narvik, Autun, Bir-Hakeim, Colmar, Garigliano et Berlaimont) devaient reprendre les noms d'anciens DO. Deux dépenses sont consenties pour conserver la cohérence des capacités de guerre des mines, suite au au désarmement des DO et l'abandon des BAMO : les trois Bâtiments Remorqueurs de Sonar (BRS) Antarès, Altaïr et Aldébaran sont mis sur cale et admis au service actif entre 1992 et 1995. Presque simultanément, trois CMT (Verseau (retiré du service en 2010), Céphée et Capricorne) sont achetés en 1993 à la Belgique qui s'en séparait.

La lutte contre les mines bascule alors de la drague mécanique opérée via des plateformes côtières et océaniques à des chasseurs de mines dotés de moyens télé-opérés tels que les Poissons Auto-Propulsés (PAP) car la seule drague ne suffit plus en raison de la sophistication progressive des mines qui impose d'en éloigner les dragueurs devenus "chasseurs". L'évolution des moyens employés n'efface pas la distinction entre ceux dédiés à l'action côtière et ceux opérant dans les zones océaniques car les chasseurs de mines opèrent jusqu'à 80 mètres de fonds pour les CMT tandis que les BAMO devaient opérer entre les 80 et 300 mètres.

Ce n'est qu'à partir, probablement, du début des années 2000 que l'architecture du programme SLAMF est progressivement esquissé jusqu'à sa formalisation précise en 2008. Ce programme global et cohérent ambitionne de remplacer toutes les capacités de guerre des mines françaises, soit les CMT, BBPD (Bâtiment-Bases des Plongeurs-Démineurs) et BRS - moins les bâtiments de soutien comme les BSM (Bâtiments de Soutien Mobiles) - entre 2010 et 2021. Ce calendrier sera bousculé tant en raison des restrictions budgétaires décidées dans le cadre des livres blancs de 2008 et 2013 qu'en raison de la coopération bilatérale avec Londres. Ces deux démonstrateurs technologiques correspondent à une transposition de l'expérimentation franco-française dans un partenariat binational avec une nouvelle répartition industrielle et le passage au stade du prototype : deux SLAMF d'une même pièce.

Le SLAMF est constitué de trois grandes parties :
  • le remplacement des CMT par des "bateaux-mères",
  • les BBPD-NG succédant aux quatre BBPD (Vulcain, Styx, Pluton et Achéron) et à la Thétis (9 novembre 1988 - ),
  • la conception du SEDGM.
La sophistication continue des mines sous-marines - celles à enfouissement, celles à détection de senseurs de recherche - tout comme l'efficacité continue des mines à orin - débarquement de l'US Navy empêché au Koweit en 1991 - invitent impérieusement à remplacer et moderniser les moyens de guerre des mines. Sur les 700 000 mines historiques, seulement 20% auraient été traitées et neutralisées. Les programmes d'EMR (Énergies Marines Renouvelables) accroissent les demandes de sécurisation de sites d'installations de telles infrastructures, augmentant d'autant l'activité du groupe de guerre des mines.

La capacité novatrice et centrale du programme SLAMF consiste dans la succession des chasseurs de mines. Un bateau-mère déploie des drones de surface (USV (Unmanned Surface Vehicle), eux-mêmes porteurs de drones, qui s'approcheraient de la zone à blanchir où ils déploieraient des sonars remorqués et deux types de drones sous-marins de type AUV (Autonomous Underwater Vehicle) qui sont pensés comme devant être plus autonomes que de simples UUV (Untethered Underwater Vehicle), c'est-à-dire possédant une capacité de décision, mais en conservant des moyens de communication acoustiques pour les phases de récupération. Le premier des deux AUV sert pour la Détection, la Classification et la Localisation (AUV DCL), l'autre pour l'identification, voire la destruction. L'USV devrait pouvoir agir sous contrôle, via une liaison de données radio (ondes hertziennes) à, environ, 20 nautiques du bâtiment tandis que la liaison acoustique et sous-marine entretenue avec ses AUV porteraient jusqu'à 10 nautiques. Le tout permettant d'éloigner le chasseur de mines devenu bâtiment-porteur de près de 30 nautiques aussi bien de la côté, et donc des senseurs adverses que des mines.

Un Programme d'Études Amont (PEA) dénommé Espadon est lancé à partir de l'année 2009 afin de démontrer la faisabilité de l'architecture de cette capacité centrale. DCNS (aujourd'hui Naval group), Thales et ECA sont associés sous la direction de la DGA. L'USV est le drone de surface Sterenn du ("étoile noire", en breton). Catamaran de 25 mètres de longueur pour 7,5 au maître-bau pour un tonnage d'environ 25 tonnes.
Il porte deux AUV et un sonar remorqué T-SAS de Thales. Le A27 d'ECA - soit l'AUV DCL - dispose d'un sonar latéral SAMDIS de Thales et peut plonger à 300 mètres pour une autonomie de 30 heures. L' AUV I est dérivé de l'A18 Twin dotés de moyens vidéo et d'un sonar d'identification.
L'expérimentation menée depuis 2010 avec la mise à l'eau du Sterenn du s'achevait officiellement en juin 2016. La mise en œuvre des trois composants jusqu'à un état de mer 4 a été un succès et permettait de démontrer la faisabilité de l'architecture retenue en 2008. Les composants du PEA Espadon continuent à servir pour les travaux de la DGA. L'USV Sterenn du bénéficie même d'un entretien d'un mois à partir de novembre 2017.

Le traité de Londres ou accords de Lancaster house (2 novembre 2010) sanctionne la volonté franco-britannique de joindre les efforts des deux pays quant au remplacement des chasseurs de mines des Marine nationale et Royal navy. Le sommet franco-britannique du 31 janvier 2014 accouche d'un arrangement-cadre permettant le développement d'un prototype de drones de surface et sous-marins. Le MCMM (Maritime Mine Counter Measures) - partage à 50-50 - doit abonder les programmes SLAMF (Marine nationale, remplacement des CMT) et MCH (Mine Countermeasures and Hydrographic Capability - Royal navy, remplacement des Hunt (8/9), Sandown (7/9) et des navires hydrographiques).

Ce programme est conçu autour de trois phases :

La phase 1 débute par l'étude notifiée le 27 mars 2015 par l'OCCAR (au nom de la DGA et du DE&S) aux industriels. D'une durée de deux années et d'un coût d'un peu plus de 20 millions d'euros, elle est l'étape préalable à la construction des prototypes. Ce premier contrat est attribué au consortium formé de Thales et BAE Systems et associant ECA, ASV et Saab. Au sommet d'Amiens ou 34e sommet franco-britannique (3 mars 2016) la bonne tenue de l'étude permet à Londres et Paris de poursuivre les efforts communs par la construction d'un prototype pour chaque pays qui sera mis en œuvre depuis la terre via un système conteneurisé. Lors de la 25e édition du salon Euronaval 2016 (17-21 octobre 2016), la livraison d'un prototype pour chacune des deux marines est alors espérée pour l'année 2019. Ils doivent être qualifiés avant une mise en service espérée en 2021.

La phase 2 correspond à la fin des études préparatoires et au lancement de la construction du prototype. Le futur USV est le fruit d'une expérimentation britannique menée à partir d'un dérivé du C-Sweep d'ASV : l'Halcyon. Monocoque long de 10,8 mètres pour un maître-bau de 3.5 mètres, il déplace, environ, 9 tonnes (contre 25 pour l'USV français) et atteint 25 nœuds pour 230 milles nautiques d'autonomie. Lancé en 2013, il fait l'objet d'une campagne de démonstration du ministère britannique de la Défense en 2014. Le Sterenn du sera alors remplacé dans les mois à venir par une version revue, corrigée et agrandie de l'Halcyon : plus efficient, plus stable avec une capacité d'emport accrue. Ce futur drone dont la construction est réputée en cours doit être essayé à l'issue de cette phase.

La phase 3 qui n'est pas encore notifiée comprend la mise en œuvre simultanée de tous les composants du MCMM. C'est peu ou prou atteindre les mêmes objectifs opérationnels du PEA Espadon avec de nouveaux composants dont l'USV, mais pas seulement. Thales fournit toujours le sonar remorqué (T-SAS) et son antenne SAMDIS (ouverture synthétique avec système d'imagerie multi-aspect). ECA contribue avec un AUV du type A27 (AUV DCL). Saab livrera le ROV (AUV I) et Wood & Douglas s'occupe des moyens de communications. En outre, Thales fournit le C2 soit le Portable Operation Center (POC) développées par le groupe français et BAE Systems

La partie la plus obscure du SLAMF ne réside pas dans l'USV et sa myriade de drones, ni même dans le BBPD-NG ou dans le SEGDM mais bien dans les bateaux-mères. Le principe de déployer les drones depuis une unité navale est acté en 2010. Une demi-douzaine d'unités était initialement espérée afin de remplacer les 13 CMT et 3 BSR. Finalement, seuls quatre bateaux-mères sont intégrés à la programmation depuis 2013. Dans le détails, il s'agit de construire, quant au besoin français :
  • quatre bateaux-mères,
  • huit systèmes de drones, soit :
    • 8 USV,
    • 24 AUV,
    • 8 sonar-remorqués T-SAM,
    • 8 ROV.
Le tonnage espéré pour les bateaux-mères devrait être compris entre 2000 tonnes lège et 3000 tonnes à pleine charge, soit entre l'équivalent d'une Gowind combat (Second Generation Patrol Vessel) et une Frégate de Taille Intermédiaire (FTI), contre 560 tonnes pour un CMT, 780 tonnes pour un DO ou encore 890 tonnes pour un BAMO. La rupture est franche avec les solutions de guerre des mines précédentes. 

Deux grandes solutions s'offrent dans cette perspective :

La première profite des 20 à 30 nautiques d'éloignement des mines pour restreindre le bateau-mère à une unité construite aux normes marine marchande. Cette option contrevient au discours dominant sur les menaces A2/AD largement repris dans la Revue stratégique sur la Défense et la Sécurité nationale. Par contre, ce choix ouvre la perspective au remplacement des Bâtiments Hydrographiques (BH - La Pérouse, Borda, Laplace... et Arago ?) par une classe homogène et, par voie de conséquence, à une mobilité stratégique inédite de nos moyens de guerre des mines car tous les composants mobiles sont transportables par A400M. 

La deuxième considère les défis de l'A2/AD et les constations bien moins polémiques de la démocratisation des vecteurs sous-marins et anti-sous-marins de par le monde, en particulier dans les zones comprenant des intérêts vitaux français. Ici, il s'agirait de considérer les bateaux-mères comme de véritables frégates déployant ses drones et pouvant participer à la chasse d'autres menaces sous-marines dans les espaces côtiers comme, par exemple, les sous-marins de poche et à propulsion classique. Les frégates de deuxième rang bénéficieraient de quatre nouvelles unités en attentant de futures décisions quant au sort des frégates existantes. 

Les budgets et synergies ne sont pas les mêmes entre ces deux options. La première demanderait un coût unitaire de production de l'ordre d'un BSAH (soit peu ou prou 40 millions d'euros) tandis que la deuxième demanderait plutôt dans les 150 à 200 millions d'euros par bateau. Et tout ceci sans compter le coût des drones. Toutefois, l'opération Harmattan (2011) confirmait bien la nécessité de pouvoir approcher les chasseurs de mines des côtes adverses tandis que la Revue stratégique sur la Défense et la Sécurité nationale (p. 93) a cette sentence qui invite à ne pas négliger un aspect essentiel de la maîtrise aéro-maritime pour protéger les forces déployées contre les menaces sous-marines : "aptitude qui regroupe des dispositions de protection et de neutralisation face aux menaces (conventionnelles ou non) de type mines et torpilles." Les menaces non-conventionnelles, eu égard à l'emploi de ce vocable dans le document entier, ne désigne pas spécifiquement les WBIED/EEI naval mais bien les armes nucléaires.

À l'instar du programme BATSIMAR (BÂTiment de Surveillance et d'Intervention MARitime), le calendrier du programme SLAMF glissait de la décennie 2010 à la décennie 2020 pour la mise en service des nouveaux moyens. Une fois n'est pas coutume, une des causes du retard serait industrielle en raison d'une mésentente entre certaines entreprises françaises. C'est peut-être pourquoi des bruits de coursive disent qu'une demi-douzaine de CMT pourraient être prolongés d'environ cinq années afin d'assurer la soudure avec le SLAMF. Si ce dernier programme était cité dans l'actualisation de la LPM (2014-2019) en 2015 et - sans son acronyme - dans la Revue stratégique sur la Défense et la Sécurité nationale, rien n'oblige à une mise en service des nouvelles capacités dès la prochaine LPM (2020-2025) - hormis le prototype devant être reçu dès 2019. Les décisions à prendre ne sont pas simples entre les deux options dessinées ci-dessus. La première peut très rapidement devenir opérationnelle en moins de trois à quatre années entre la décision et la réception du bateau tandis que la deuxième touche plutôt à la LPM (2026-2031) qui portera probablement une nouvelle classe de frégates. Et l'affaire se corse encore quand il est envisageable que les BBPD-NG puissent bénéficient d'une variante du BATSIMAR destiné à la métropole

4 commentaires:

  1. Juste une typo, on parle de SEDGM et pas de SEGDM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Madame, Monsieur,

      Merci pour la rectification, j'ai mal recopié ce que j'ai pu lire ailleurs.

      Bien cordialement,

      Supprimer
  2. Bonsoir, a propos du groupe eca cité dans votre article.
    "Robots démineurs : la Russie renoncerait à la coopération avec Eca"
    http://www.lemarin.fr/secteurs-activites/defense/30738-robots-demineurs-la-russie-renoncerait-la-cooperation-avec-eca

    RépondreSupprimer
  3. A vouloir tout faire, on ne fait rien de bien...la GSM a et sera toujours un domaine de lutte specifique. Seuls des systèmes légers de LCM conviennent aux frégates. Envisager4 frégates avec capacités GDM, pour un coût de 600 a 800 M€ reviendrait a tuer le concept SLAMF/MMCM !

    RépondreSupprimer