Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassĂ© Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en IndonĂ©sie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandĂ©e par l’amiral britannique Somerville, prendra part Ă  trois autres opĂ©rations visant des bases navales ennemies. AprĂšs 52 mois passĂ©s en mer, le bĂątiment rentre Ă  Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau dĂ©ployĂ© en Asie du Sud-Est l’annĂ©e suivante, le bĂątiment assistera Ă  la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





01 mai 2022

Marine nationale : chantier de la VSP n°1 đ˜–đ˜±đ˜©đ˜łđ˜ș𝘮 (2021 - 2022)

© Ouest France (« Mise Ă  l’eau de la vedette de soutien Ă  la plongĂ©e Y 6040 Ophrys », Ouest France, 12 avril 2022).

     La Marine de dĂ©buter le renouvellement et la modernisation des embarcations et bĂątiments de sa composante de guerre des mines - dont le programme le plus emblĂ©matique est le SystĂšme de Lutte Anti-Mines Marines Futur (SLAM-F) - par le programme VSP (Vedette de Soutien Ă  la PlongĂ©e). Ce dernier complĂšte SLAM-F et doit permettre le renouvellement des capacitĂ©s opĂ©rationnelles de lutte contre les mines et les obstacles sous-marines entre 0 et 100 mĂštres de fond tandis que SLAM-F verra les plongeurs-dĂ©mineurs intervenir jusqu'Ă  300 mĂštres de fond et mĂȘme 6 000 mĂštres depuis l'extension de leurs missions par la prĂ©sentation, le 14 fĂ©vrier 2022, de la StratĂ©gie ministĂ©rielle de maĂźtrise des fonds marines.

Plus précisément, les futures VSP sont appelées à accomplir trois missions différentes :

  • recherche et intervention sur les mines, jusqu'Ă  60 mĂštres de fond avec des plongeurs-dĂ©mineurs ; 
  • recherche jusqu'Ă  100 mĂštres de profondeur, avec l'aide d'un sonar remorquĂ© ; 
  • formation, de soutien aux travaux sous-marins et d'intervention sur les coques de bĂątiments.

     Le programme VSP est dĂ©nommĂ© publiquement ainsi depuis la publication de l'avis de marchĂ© public du 20 dĂ©cembre 2018, afin de pourvoir au remplacement de l'ensemble Vedettes Supports de Plongeurs (VSP), c'est-Ă -dire et plus prĂ©cisĂ©ment : les Vedette d’Intervention Plongeurs DĂ©mineurs (VIPD) du type DionĂ©e (9) - dont la Vedette d'Instruction Ă  la PlongĂ©e (VIP) Myosotis... ainsi que celles des types Stenella (2) et Girelle (1) ? Ces vedettes servent au profit des trois Groupes de Plongeurs DĂ©mineurs (GPD) – Manche (Cherbourg, BBPD Vulcain), Atlantique (Brest, BBPD Styx) et MĂ©diterranĂ©e (Toulon, BBPD Pluton).

     Le changement de dĂ©nomination est loin d'ĂȘtre anecdotique car les futures vedettes ne soutiennent plus seulement des plongeurs-dĂ©mineurs mais la plongĂ©e : ce qui s'explique par l'une des caractĂ©ristiques du cahier des charges exigeant que les futures vedettes puissent assurer le soutien... de scaphandriers.

     À titre indicatif, les spĂ©cifications demandĂ©es au cahier des charges avaient bĂ©nĂ©ficiĂ©, pour certaines d'entre-elles, d'une publication publique par l'avis de marchĂ© :

Il s'agissait de développer, réaliser des Vedettes de Soutien à la Plongée (VSP) et les prestations associées (incluant notamment les rechanges, la documentation et la formation) au des Plongeurs-Démineurs (Marine nationale).

De nombreuses missions se faisant Ă  proximitĂ© de mines sous-marines, la signature Ă©lectromagnĂ©tique des VSP sera rĂ©duite en utilisant pour sa coque, ses superstructures et ses principaux Ă©quipements de pont, des matĂ©riaux « amagnĂ©tiques » (composite ou aluminium).

Les futures vedettes Ă©taient indiquĂ©es comme devant ĂȘtre d'une longueur de rĂ©fĂ©rence (division 222 des Affaires Maritimes) infĂ©rieure Ă  24 mĂštres, atteindre la vitesse minimale de 13 nƓuds et mises en Ɠuvre Ă  partir des bases navales en mĂ©tropole pour des missions de l'ordre d'une journĂ©e Ă  une semaine maximum. Il Ă©tait demandĂ© qu'elles puissent ĂȘtre projetĂ©es par la capacitĂ© Ă  rĂ©aliser des traversĂ©es en 2Ăšme catĂ©gorie de navigation et d'ĂȘtre embarquĂ©es sur cargo.

Le profil d'emploi des VSP sera du type : une phase de transit (Ă  vitesse maximale pendant plusieurs heures), et une phase d'exploitation Ă  trĂšs faibles vitesses (de l'ordre de 6 heures Ă  2 nƓuds), les VSP disposeront d'une propulsion optimisant la consommation d'Ă©nergie et prĂ©servant le matĂ©riel dans la durĂ©e.

Les VSP seront Ă©quipĂ©es et armĂ©es pour un Ă©quipage d'environ 6 membres. Elles embarqueront en outre, en fonction des missions, 16 Ă  30 personnes supplĂ©mentaires (« personnel spĂ©cial »). Elles mettront en Ɠuvre des plongeurs, des sonars et d'autres Ă©quipements, et disposeront d'un caisson de recompression intĂ©grĂ© Ă  la plateforme.

 

Vedettes Supports de Plongeurs (VSP) 

Vedettes de Soutien Ă  la PlongĂ©e (VSP) 

Type Stenella 

Type Girelle 

Type DionĂ©e 

Appel d’offres 

VSP 

 

 

 

 

 

 

Stenella (1958 ?) 


Pastenague (1958 ?) 

 

 

 

 

 

 


Girelle (19XX) 

 

Vedettes d'instruction pour plongeurs 

 

DionĂ©e (1990) 

Myosotis (1991) 

 

Vedettes d'intervention pour plongeurs-dĂ©mineurs  

Gardenia (1992) 

Liseron (1992) 

GenĂȘt (1995) 

Magnolia (1996) 

Ajonc (1996) 

GiroflĂ©e (1996) 

Acanthe (1996) 

 

20 dĂ©cembre 2018 

 

DĂ©veloppement et fourniture de Vedettes de Soutien Ă  la PlongĂ©e (VSP) destinĂ©es aux plongeurs-dĂ©mineurs de la Marine nationale et rĂ©alisation de prestations associĂ©es. 

 

 

Une ou plusieurs tranche(s) optionnelles 

 

 

 

 

 

VSP n°1

VSP n°2 

VSP n°3 

VSP n°4 

VSP n°5 

VSP n°6 

VSP n°7 

VSP n°8  

 

CaractĂ©ristiques nautiques  

Longueur (mĂštres) 

13,52 

13,75 

21,7 

24  < 

26,50 HT
25,15 / 25,50 (flottaison)

MaĂźtre-bau (mĂštres) 

4,20 

4,14 

4,90 

7,00

Tirant d’eau (mĂštres) 

1,10 

1,20 

1,60 

1,43

DĂ©placement : 

- lĂšge 

- pleine charge



 9 t

 

13 t ? 

15 t

 

35 t

49 t

 

 

75,4 t ?
87 t

Vitesse (nƓuds) 

13 

Max : 13 (minimale) 

Max : 13 (minimale) 

Économique : 1 Ă  2 

Propulsion (CV) 

110 

110 

530 sur 3 LA 

1204,6

 

Moteurs diesel (CV) 

 

110 

 

110 

Baudouin 

12 F 11 M 

ou 

V 6 TI 330 

2 x 443 kW

Moteur Ă©lectrique 

6 kW 

2 x 23 kW

Autonomie (mn) 

500 Ă  12 nƓuds 

1 semaine 

250

Equipage 

3 + ? 

3 + ? 

4 + 12 plongeurs 

6 + 16 Ă  30 pax 

6 marins
16 Ă  30 plongeurs 

CaractĂ©ristiques opĂ©rationnelles 

 

 

 

Radar 

 

 

 

 

 

 

Racal-Decca RD170 

(Y790 - Y791) 

 Racal-Decca C180 

(Y792 - Y796) 

 

 

 

 

 

 

Oui ? 

 

Sonar 

 

 

Sonar 

RemorquĂ© 

Klein 

Oui 

Oui 
(drones, remorqué)

Projection 

Enradiable, cargo ? 

Radier, cargo ? 

Radier, cargo ? 

Cargo 

Oui
(cargo)

Soutien Ă  la plongĂ©e 

    / 

    / 

 

 

 

 

Caisson de dĂ©compression biplace 

 

 

 

Caisson de recompression intĂ©grĂ© Ă  la plateforme 

Caisson hyperbare de recompression 

 

Circuit air respirable 

 

Potence pour scaphandrier autonome (200 kg)
 

Drome et matĂ©riels 

  / 

  / 

 

 

 Autres Ă©quipements 

Dispositif de mise Ă  l’eau d’une embarcation semi-rigide, de drones et de scaphandriers

Artillerie secondaire 

3 x 7,62 mm sur affĂ»t 


     Le programme VSP dĂ©butait par la procĂ©dure par appel d'offres dont le premier jalon public fut la publication de l'avis de marchĂ© du 20 dĂ©cembre 2018, pour un terme arrĂȘtĂ© au 31 janvier 2019. Les mois suivants concernaient probablement les discussions entretenues avec les soumissionnaires retenues afin d'Ă©tudier leurs propositions et Ă  l'acheteur public d'essayer de les rapprocher le plus finement possible du besoin militaire exprimĂ© par le cahier des charges et des premiers retours des opĂ©rationnels intĂ©grĂ©s Ă  l'Ă©quipe d'Ă©valuation des offres.

     La proclamation du vainqueur de l'appel d'offres Ă©tait annoncĂ©e quand la SociĂ©tĂ© des Établissements MerrĂ© (SEE MerrĂ©) fĂ»t notifiĂ©e de la commande de huit VSP, le 18 dĂ©cembre 2019. Sa proposition industrielle a Ă©tĂ© conçue en collaboration Ă©troite avec le cabinet d’architecture navale FrĂ©dĂ©ric Neuman quant Ă  la rĂ©daction du dossier de dĂ©finition. La maĂźtrise d’ouvrage est assurĂ©e par la Direction gĂ©nĂ©rale de l’armement (DGA). La valeur du marchĂ© attribuĂ© est de 34,51 millions d'euros HT (2019), soit, et environ, 40 millions d'euros TTC (2020).

     Le marchĂ© des VSP est le plus gros jamais remportĂ© par la SEE MerrĂ©, reprise dĂ©but 2012 par le groupe BMA, dĂ©jĂ  propriĂ©taire de la chaudronnerie industrielle Forminox Ă  Vertou, prĂšs de Nantes, puis de la Chaudronnerie Industrielle De Bretagne (CIB), Ă  Brest, depuis le dĂ©but de l'annĂ©e 2016. BMA a rationalisĂ© les compĂ©tences et capacitĂ©s industrielles de ses nouvelles acquisitions autour d'un "pĂŽle naval" sur ces trois sites : les compĂ©tences d’architecture et de conception des navires sont rassemblĂ©es et centralisĂ©es au site historique de MerrĂ©, Ă  Nort-sur-Erdre.

     L'organisation industrielle prĂ©sentĂ©e dans le cadre de la procĂ©dure de marchĂ© public consiste dans l'engagement des diffĂ©rents sites du pĂŽle naval du groupe BMA, en particulier les sites de Nort-sur-Erdre et de Brest qui se partageront la construction des coques (coque et Ɠuvres mortes Ă  Nort-sur-Erdre ; Ɠuvres vives, superstructures, amĂ©nagement et armement Ă  Brest). À noter que la tuyauterie est usinĂ©e par Forminox (Vertou).

     La notification du marchĂ© des VSP (8), le 18 dĂ©cembre 2019, constituait le lancement des Ă©tudes dĂ©taillĂ©es au pĂŽle architecture et de conception au siĂšge historique de Nort-sur-Erdre (MerrĂ©). La DGA validait les Ă©tudes dĂ©taillĂ©es des VSP en dĂ©cembre 2020, jalon important car permettant d'engager la phase d'industrialisation du programme.

     Les Vedettes de Soutien Ă  la PlongĂ©e (VSP) sont de construction en aluminium, mesurent, en longueur, 26,50 mĂštres hors-tout et 25,15 ou 25,50 mĂštres au niveau de la ligne de flottaison. Le maĂźtre-bau est de 7,00 mĂštres. Le tirant d'eau n'est que de 1,43 mĂštres. Le dĂ©placement lĂšge serait de 87 tonnes et le dĂ©placement Ă  pleine charge de 105 tonnes. La propulsion s'appuie sur deux moteurs diesels de 441 kW chacun (vitesses maximale (13 nƓuds) et soutenue) et deux moteurs Ă©lectriques de 23 kW chacun (petites vitesses (1 Ă  2 nƓuds) pendant 75% des transits) transmettant leur puissance Ă  deux lignes d'arbres et est complĂ©tĂ©e par un propulseur d'Ă©trave Ă  l'avant du bateau, Ă  proximitĂ© de l'Ă©trave. Elles pourront mettre en Ɠuvre grĂące Ă  une potence d'une capacitĂ© de 200 kg permettant de mettre Ă  l'eau et hisser Ă  bord des scaphandriers, une embarcation pneumatique et des drones. Les VSP ont Ă©galement une capacitĂ© Ă  remorquer un sonar. Le bord est Ă©quipĂ© d'un caisson hyperbare. Une artillerie secondaire peut ĂȘtre disposĂ©e, les premiĂšres images de synthĂšse prĂ©sentant trois affĂ»ts pour mitrailleuse de 7,62 mm pouvant ĂȘtre disposĂ©es (un Ă  l'avant, deux sur les bords arriĂšre de la passerelle).

© Nicolas Cuoco (« Comment Tech Plus rĂ©volutionne le caisson hyperbare Ă  Bandol », Nice Matin, 15 mars 2022).

      Il est Ă  se demander si le caisson hyperbare pourrait ĂȘtre celui mis Ă  l’Ă©tude et fabriquĂ© par Tech Plus (Nicolas Cuoco, « Comment Tech Plus rĂ©volutionne le caisson hyperbare Ă  Bandol », Nice Matin, 15 mars 2022), en rĂ©ponse Ă  un appel d’offres europĂ©en publiĂ© (en octobre 2021 ou quelques semaines plus tĂŽt) par « une marine d’un pays membre de l’OTAN » - la Marine nationale est l’une des clientes de la sociĂ©tĂ© – qui avait exprimĂ© le besoin d’un caisson hyperbare avec un poids Ă  ne pas dĂ©passer.

La sociĂ©tĂ© Tech Plus fĂ»t retenue avec sa proposition d’un caisson hyperbare de 1100 kg, de construction en aluminium, d’environ 400 000 euros (2022) et dont les Ă©tudes dĂ©taillĂ©es furent menĂ©es en six mois. C’Ă©tait une premiĂšre mondiale de retenir l’aluminium comme matĂ©riau pour la construction d’un tel Ă©quipement.

Le caisson hyperbare de Tech Plus peut accueillir trois plongeurs, est composĂ© de deux lits, d’un siĂšge, d’un hublot, de masques inhalateurs, d’un systĂšme incendie et d’un sas Ă  mĂ©dicaments.

Est-il destinĂ© au programme VSP ? Difficile d’en douter puisqu’il a Ă©tĂ© dit par la sociĂ©tĂ© Tech plus qu’Ă  la mi-avril ce caisson sera « dĂ©jĂ  en service » dans le cadre d’une mission de l’Otan, en mer MĂ©diterranĂ© sur un « bateau de guerre capable d’accueillir une trentaine de plongeurs militaires » : les caractĂ©ristiques des Vedettes de Soutien Ă  la PlongĂ©e dont la VSP n°1 dĂ©butera ses essais par le GPD MED en juin 2022.

     La construction proprement dite de la VSP n°1 aurait dĂ» ĂȘtre engagĂ©e au second semestre 2020 afin pouvoir la livrer fin 2021, puis janvier 2022, et d'enchaĂźner avec le programme d'essais, dĂ©but 2022, d'une durĂ©e de six mois, rĂ©parti entre Brest et Toulon. Mais la dĂ©coupe de la 1iĂšre tĂŽle de la future VSP n°1 Ophrys (2022 ?) de 105 tonnes Ă  pleine charge n'Ă©tait effectuĂ©e que le 4 janvier 2021. Le chantier naval de Nort-sur-Erdre (MerrĂ©) achevait les Ɠuvres mortes de la coque en juin et expĂ©diait celle-ci, le 22 juin 2021, au soir, au site Chaudronnerie Industrielle De Bretagne (CIB), Ă  Brest.

     La CIB rĂ©ceptionnait la coque de la VSP n°1 Ophrys (2022 ?) le 23 juin 2021. CIB a la responsabilitĂ© de l'achĂšvement de la coque et de ses Ɠuvres vives (superstructures, amĂ©nagement et armement). Le lancement et la mise Ă  l'eau simultanĂ©e, 12 avril 2022, signifiait le quasi-achĂšvement de la construction de la vedette et le commencement des essais constructeurs et Marine nationale dĂšs les jours suivants Ă  quai puis dans le goulet de Brest. Ils seront menĂ©s jusqu'en juin 2022.

     L'une des particularitĂ©s de ce marchĂ©, comme d'autres pour des bĂątiments de servitude et de soutien, est l'exigence du cahier des charges que la pleine production en sĂ©rie ne soit pas lancĂ©e Ă  partir de la premiĂšre unitĂ©. Mais, et au contraire, que cette derniĂšre puisse ĂȘtre essayĂ©e Ă  la mer et en conditions opĂ©rationnelles durant une phase probatoire d’exploitation devant dĂ©butĂ©e Ă  partir ou aprĂšs juin 2022. D'une durĂ©e de trois ou six mois, elle sera menĂ©e Ă  partir de la VSP n°1 Ophrys durant l'Ă©tĂ© 2022, depuis Toulon, par le GPD MED (Groupe de Plongeurs DĂ©mineurs (GPD) de la MEDiterranĂ©e (MED).

     La mise en production et construction en sĂ©rie des VSP n°2 Ă  n°8 sera engagĂ©e Ă  l'issue de la phase probatoire d’exploitation. La mise en production ne reprendra que fin 2022. Et toutes les VSP devront avoir Ă©tĂ© livrĂ©es entre fin 2023 et 2025.

     Ces quelques photographies permettent d'apprĂ©cier l'avancement et la bonne conduite du chantier de construction depuis les deux sites industriels en ayant reçu la charge. D'autres clichĂ©s pourront Ă©ventuellement ĂȘtre ajoutĂ©s.

 

© Cabinet d’architecture navale FrĂ©dĂ©ric Neuman. Une des premiĂšres vues de la proposition industrielle MerrĂ© retenue pour le programme Vedette de Soutien Ă  la PlongĂ©e et qui servira Ă  la communication ministĂ©rielle (DGA) entourant la proclamation du vainqueur du marchĂ© public.

 

© Cabinet d’architecture navale FrĂ©dĂ©ric Neuman - MerrĂ©. Une des nouvelles vues diffusĂ©es quelques semaines plus tard et attestant de quelques Ă©volutions architecturales, dĂ©coulant probablement des premiers Ă©changes entre le soumissionnaire et l'Ă©quipe programme. À noter que les deux cheminĂ©es ont disparu et que l'organisation du tour de la passerelle a Ă©tĂ© revue.
 


© MerrĂ©. DĂ©coupe de la 1iĂšre tĂŽle d’aluminium de la VSP n°1 Ophrys (2022 ?), le 4 janvier 2021,  dans l’atelier de MerrĂ© Ă  Nort-sur-Erdre. Cette tĂŽle de pont permettait d'engager la construction d’un bloc de la coque Ă  l’envers.



© MerrĂ©. Date non-prĂ©cisĂ©e. L'un des premiers blocs de la future VSP n°1 Ophrys (2022 ?). La construction de se coque a Ă©tĂ© engagĂ©e « Ă  l'envers ».

 

© MerrĂ©. Date non-prĂ©cisĂ©e. L'un des premiers blocs de la future VSP n°1 Ophrys (2022 ?). La construction de se coque a Ă©tĂ© engagĂ©e « Ă  l'envers ». L'aspect de ce bloc, et ce qui pourrait figurer la partie supĂ©rieure de l'Ă©trave, invite Ă  supposer qu'il s'agirait du dessous de la future plage avant de la VSP.




© MerrĂ©. La coque de la future VSP n°1 Ophrys (2022 ?), probablement en mars 2021. L'Ă©tat d'avancement du chantier de construction est presque parvenu Ă  la phase de soudure des tĂŽles de borĂ©e aux couples apparents ici.



 

© MerrĂ©. La coque de la future VSP n°1 Ophrys (2022 ?), probablement quelques semaines plus tard que le mois de mai 2021. Il a Ă©tĂ© dĂ©butĂ© les travaux de soudure des tĂŽles de bordĂ©e de la coque aux couples. Le chantier naval de Nort-sur-Erdre (MerrĂ©) aura bientĂŽt terminĂ© sa part dans la construction de la vedette.




© MerrĂ©. La coque de la future VSP n°1 Ophrys (2022 ?) est achevĂ©e. Elle a Ă©tĂ© hissĂ©e sur une remorque, le 22 juin 2021. TirĂ©e par un tracteur, elle est convoyĂ©e Ă  partir du soir du 22 jusqu'Ă  Brest oĂč elle Ă©tait rĂ©ceptionnĂ©e par la Chaudronnerie Industrielle De Bretagne (CIB), le 23 juin 2021. CIB a la responsabilitĂ© des Ɠuvres vives : superstructures, amĂ©nagement et armement.



 

© MerrĂ©. La coque de la future VSP n°1 Ophrys (2022 ?) est achevĂ©e. Elle a Ă©tĂ© hissĂ©e sur une remorque, le 22 juin 2021. TirĂ©e par un tracteur, elle est convoyĂ©e Ă  partir du soir du 22 jusqu'Ă  Brest oĂč elle Ă©tait rĂ©ceptionnĂ©e par la Chaudronnerie Industrielle De Bretagne (CIB), le 23 juin 2021. CIB a la responsabilitĂ© des Ɠuvres vives : superstructures, amĂ©nagement et armement.


 

© MerrĂ©. La coque de la future VSP n°1 Ophrys (2022 ?) est achevĂ©e. Elle a Ă©tĂ© hissĂ©e sur une remorque, le 22 juin 2021. TirĂ©e par un tracteur, elle est convoyĂ©e Ă  partir du soir du 22 jusqu'Ă  Brest oĂč elle Ă©tait rĂ©ceptionnĂ©e par la Chaudronnerie Industrielle De Bretagne (CIB), le 23 juin 2021. CIB a la responsabilitĂ© des Ɠuvres vives : superstructures, amĂ©nagement et armement.
 

 

© MerrĂ©. La Chaudronnerie Industrielle De Bretagne (CIB) rĂ©ceptionnait la coque de la VSP n°1 Ophrys (2022 ?) le 23 juin 2021. CIB a la responsabilitĂ© de l'achĂšvement de la coque et de ses Ɠuvres vives (superstructures, amĂ©nagement et armement).


 

© MerrĂ©. La Chaudronnerie Industrielle De Bretagne (CIB) rĂ©ceptionnait la coque de la VSP n°1 Ophrys (2022 ?) le 23 juin 2021. CIB a la responsabilitĂ© de l'achĂšvement de la coque et de ses Ɠuvres vives (superstructures, amĂ©nagement et armement).Ici, les travaux de peinture de la coque, encore dĂ©pourvue du bloc timonerie, sont manifestement terminĂ©s, supposĂ©ment en mars 2022.




© Ouest France (« Mise Ă  l’eau de la vedette de soutien Ă  la plongĂ©e Y 6040 Ophrys », Ouest France, 12 avril 2022). Mise Ă  l'eau, le 12 avril 2022, de la VSP n°1 Ophrys (2022 ?), avec l’aide de la grue de rĂ©paration navale, des dockers (MANUPORT) et des lamaneurs. Ces derniers ont convoyĂ© la vedette entre le quai de rĂ©paration n°4 et le bassin n°5 du port de commerce oĂč diverses vĂ©rifications furent effectuĂ©es.

 

 

© MerrĂ©. Mise Ă  l'eau, le 12 avril 2022, de la VSP n°1 Ophrys (2022 ?), avec l’aide de la grue de rĂ©paration navale, des dockers (MANUPORT) et des lamaneurs. Ces derniers ont convoyĂ© la vedette entre le quai de rĂ©paration n°4 et le bassin n°5 du port de commerce oĂč diverses vĂ©rifications furent effectuĂ©es.

 

© MerrĂ©. Mise Ă  l'eau, le 12 avril 2022, de la VSP n°1 Ophrys (2022 ?), avec l’aide de la grue de rĂ©paration navale, des dockers (MANUPORT) et des lamaneurs. Ces derniers ont convoyĂ© la vedette entre le quai de rĂ©paration n°4 et le bassin n°5 du port de commerce oĂč diverses vĂ©rifications furent effectuĂ©es.
 

 

© Michel Floch. Caroline Britz, « Mise Ă  l'eau de la premiĂšre VSP des plongeurs-dĂ©mineurs », Mer et Marine, 12 avril 2022). La VSP n°1 Ophrys (2022 ?) est convoyĂ©e entre le le quai de rĂ©paration n°4 et le bassin n°5 du port de commerce oĂč diverses vĂ©rifications furent effectuĂ©es.
 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire