Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





jeudi 1 septembre 2016

La course à la propulsion navale nucléaire en Corée


Les deux Etats se partageant la péninsule coréenne sont engagés de plus en plus explicitement dans une course au sous-marin à propulsion nucléaire. Le dilemme de sécurité dans sa construction dialectique semble entraîner de nouveaux développements dans la course à l'armement naval dans la région. 

La Corée du Nord s'équipe progressivement d'une force côtière, puis océanique, de dissuasion. Certains observateurs rapportent que la monarchie communiste recevait "un certain nombre" de coques de sous-marins de classe Golf I venant de Russie au cours des années 1990. Sans qu'il soit aisé de connaître l'état et le degré d'équipement des "épaves" envoyées en Corée du Nord par la Russie, il peut être certain qu'elles étaient porteuses de quelques enseignements.

Premièrement, depuis des sites d'essais à terre et par une plateforme submersible positionnée en mer, la Corée du Nord, après 11 essais, peut, semble-t-il, considérer son missile KN-11 (MSBS/SLBM d'une portée allant de 500 à 2000 km selon les sources) est en passe d'être opérationnel. 

Deuxièmement, et si nous en croyons cet analyste, aucun des essais en mer n'a concerné autre chose qu'une plateforme submersible. Il n'empêche que Pyongyang développerait deux classes de sous-marins idoines pour porter, au moins, ce missile, à savoir la classe Sinpo. Difficile de dire s'il s'agit d'une première classe de "SLE" (Sous-marin Lanceur d'Engins ou SSB en anglais) ou bien de sous-marins expérimentaux, à la manière du Gymnote, afin de valider un certain nombre de briques technologiques dont la plus importante est peut-être l'habileté à concevoir et construire des sous-marins océaniques. 

L'essai du 24 août semble apparaître comme un plein succès pour une partie des acteurs concernés par la "triadisation" de l'arsenal nucléaire nord-coréen. Même la Chine condamnait cet essai et il se comprend aisément qu'il sera plus difficile pour tous de peser sur la Corée du Nord si elle peut faire peser une incertitude difficilement supportable en cas de prétention à des frappes préemptives contre sa force de frappe nucléaire. De la dissuasion ? 

La Corée du Sud n'est pas en reste. Elle soutient un développement continue de sa flotte sous-marine. Les neuf unités de la classe Chang Bo-go (adaptation aux besoins locaux du Type 1200 allemand). Ils seraient remplacés nombre pour nombre par des KSS-500A dans des missions côtières. 

Les KSS II suivent logiquement avec, de nouveau, neuf unités, adaptation locale du Type 214 allemand (classe Sohn Won-il). Elles s'ajoutent aux premières et se distinguent dans un emploi au moins régional. 

Enfin, les KSS III (classe Jangbogo-III) doivent prendre le relais, dès la fin de la construction de la classe précédente, pour délivrer, une fois de plus - quelle régularité -, neuf unités de conception entièrement locale. 

La Corée du Sud prétendrait à entretenir une force de 27 sous-marins côtiers et océaniques.

Séoul tenait à répondre à l'accroissement annoncé du potentiel nucléaire nord-coréen via la mise en place d'une capacité de deuxième frappe. Il était frappant d'apprendre, au moins depuis le mois de juin 2016, que cette première réponse consistait en l'adjonction d'un Tube Lance-Missile (TLM) vertical au KSS III en cours de conception. 

C'est une réaction très originale car, plutôt que de se donner les moyens de disputer la crédibilité du dispositif naval nord-coréen, Séoul répond par une intégration symétrique du dispositif incriminée. La chose aurait pu paraître d'une logique implacable eu égard à l'expérience du conflit Est-Ouest (1947-1991) si... la Corée du Sud était une puissance nucléaire souhaitant  atteindre "l'équilibre de la terreur". 

Quels sont les vecteurs pouvant intégrer ce TLM : serait-ce une version, existante ou à développer des Hyunmoo ? Ou bien, à la manière des développements étasuniens pour ses SSGN, serait-ce un ensemble de missiles de croisière tirés verticalement afin de ne pas diminuer la capacité en torpilles des bateaux ? 

La Corée du Sud porte une réponse plus classique à travers l'intégration d'une propulsion nucléaire navale à bord des KSS III ou, peut-être, d'un navire dérivé. Les supporteurs d'un tel développement en Corée du Sud arguent que ce serait le moyen idoine pour repérer et suivre les SSB nord-coréens. 

C'est relativement discutable comme argument car les sous-marins coréens ne sont pas connus pour une vitesse tactique silencieuse de plus de 15 ou 20 noeuds. Il n'est pas dit non plus qu'ils peuvent, eu égard à l'ancienneté des références technologiques guidant le développement de leurs sous-marins, soutenir une vitesse tactique silencieuse supérieure à 5 ou 10 noeuds. 

Si bien qu'un KSS II ou III aurait plutôt besoin d'une endurance suffisante pour se porter discrètement aux abords des bases sous-marines nord-coréennes, guidés par un ensemble de plateformes de renseignement, et d'attendre le bateau adverse afin de le suivre et de le pister. Il y a fort à parier que le sud-coréen pourrait avoir, grâce au module AIP devant équiper les KSS III, une autonomie supérieure à son adversaire. 

Aussi, nous nous interrogeons sur le couplage de TLM sur un sous-marin possédant une propulsion nucléaire. Techniquement, et selon l'embarquement des vecteurs, la Corée du Sud pourrait autant posséder un SSGN qu'un SSBN/SNLE sans arme nucléaire. 

Ce qui pourrait expliquer le choix d'une propulsion nucléaire navale pour vaisseaux noirs en Corée du Sud est la volonté prêtée au Nord d'acquérir une telle propulsion pour ses propres sous-marins. Pyongyang chercherait à développer une telle unité de 3500 tonnes. Il ne serait pas étonnant qu'il soit espéré qu'elle puisse porter des MSBS (SLBM). 

Nous retrouverions alors notre schéma classique d'un sous-marin d'attaque à propulsion nucléaire recherché pour contrer des SNLE. La Corée du Sud ne ferait que réagir à un futur équipement nord-coréen tout en accréditant cette volonté prêtée à son ennemi. 

Toutefois, relevons qu'il est difficile d'imaginer que la Corée du Nord puisse envoyer un sous-marin porteur de vecteurs nucléaires, et peu importe si sa propulsion est classique ou nucléaire, dans l'Océan Pacifique. La Chine essaie de desserrer le carcan des deux chaînes d'îles au large de ses côtes pendant que les sous-marins nord-coréens s'en affranchiraient à loisir ? 

Aussi, cela revient à questionner la réaction japonaise alors que la Corée du Sud pourrait réagir par une réponse classique dans un dilemme de sécurité ("mon voisin s'arme, j'en fais autant en conséquence car je me sens menacé"). N'oublions pas que l'Australie prenait une option pour des sous-marins d'attaque à propulsion nucléaire.

Autant de sous-marins à propulsion nucléaire ne manqueront pas de relativiser l'avantage des uns (l'US Navy) et des autres (la MAPL). L'atome tendrait une nouvelle fois à égaliser la puissance...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire