Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





samedi 24 septembre 2016

L'abandon du PAN 2 Richelieu par François Fillon ?

© JJMM.

Après les parties Défense des projets de Bruno Le Maire, Jean-Frédéric Poisson, Nicolas Sarkozy et d'Alain Juppé,  vient le tour de François Fillon, autre candidat à la primaire du parti politique "Les Républicains". Sans esprit partisan, il nous semble opportun de discuter de ces propositions, tout comme nous pourrions le faire d'un autre candidat de cette primaire ou d'une autre, ou de tout candidat déclaré à l'élection présidentielle.

"Un projet pour la France" présente la vision du candidat de l'action politique qu'il souhaite mené avec un mandat présidentiel. Ses propositions sur la Défense nationale ne sont pas mises en avant. Il s'agit de consulter le document "Mon programme en 50 mots" (110 pages) et le "cadrage financier" (4 pages) pour les découvrir.

C'est sous le vocable d' "Armées" (pp. 14-15) que la vision du candidat pour la Défense nationale se dévoilent dans le premier document proposé. Le citoyen gagne quelques lignes d'explications sur le sursaut budgétaire à accomplir en faveur de la Défense. Aussi bien ici (Mon programme en 50 mots, p. 14) que dans le le deuxième document il est dit que le budget serait relevé à hauteur de 1,9% du PIB en 2022 après des augmentations successives. Il se rapprocherait des 2% en 2024 (Cadrage financier, p. 3). Le partage du coût des opérations extérieures serait proposé aux européens. 

L'idée d'une "armée numérique" ou de "pôle chargé de la sécurité numérique" au sein du ministère de la Défense est réaffirmé tout comme la modernisation de la dissuasion nucléaire en ses deux composantes, l'amélioration de la condition militaire ainsi que de "doter nos forces des équipements qui leur font défaut" et faire un effort sur le MCO. Enfin, le service national ne serait pas rétabli mais la réserve opérationnelle serait renforcée par 10 000 nouvelles recrues chaque année sur les 800 000 jeunes en âge de servir sous les drapeaux (Mon programme en 50 mots, p. 15).

S'il fallait strictement lire cette prose alors le lecteur pourrait comprendre que dans ""doter nos forces des équipements qui leur font défaut" il y a le deuxième porte-avions (PA2), voire les BATSIMAR (frégates de troisième rang renvoyées à la LPM 2020-2025). Les besoins en frégates de premier rang sont pourvus si tant est que la trajectoire actuelle soit financée de bout en bout (FREMM, FTI).
C'est pourquoi les lignes suivantes se concentrent exclusivement sur la question du deuxième porte-avions eu égard à ses anciennes responsabilités de député, ministre et Premier ministre et son rapport ancien aux affaires aéronavales. Il s'était engagé en faveur de la construction du deuxième porte-avions (PA2) en juin 2007.

PA2

M. François Fillon entretient un rapport constant aux porte-avions français. Il visait "souvent" le Clemenceau (22 novembre 1961 - 1er octobre 1997). Mieux encore, il avait pu observer de très près l'engagement du porte-avions Clemenceau au Liban par le truchement d'un embarquement pendant près d'une semaine (1983 ou 1984) au large de Beyrouth (missions OLIFANT XVII (6 octobre au 30 novembre) et XIX (1er décembre 1983 au 14 mars 1984). 
En tant que membre de la commission de la Défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale (du 4 avril 1986 au 1er avril 1993 puis au 13 juin 1997 au 19 juillet 2002), dont il assurait même la présidence (du 8 avril 1986 au 14 mai 1988), il n'a pas pu manquer le renouvellement des porte-avions Clemenceau (22 novembre 1961 - 1er octobre 1997) et Foch (15 juillet 1963 - 15 novembre 2000) par les PAN 1 Charles de Gaulle et PAN 2 Richelieu

Si c'est un Conseil de Défense restreint en 1980 qui se prononce sur le choix de deux porte-avions à propulsion nucléaire (passage des PH75 aux PA75), il faut attendre que le Conseil Supérieur de la Marine valide l'avant-projet en 1984. Et ce n'est qu'en février 1986 que le ministre de la Défense Paul Quilès signe l'ordre de mise en chantier. Les premières tôles du Charles de Gaulle (nom attribué par le Premier ministre Jacques Chirac en 1987) sont découpées à partir du 25 novembre 1987. Le navire est mis sur cale le 14 avril 1989. Il est achevé en mai 1994. 

Sur cette période, aussi bien en tant que membre de la commission de la Défense de la chambre basse du Parlement qu'en tant que membre de la majorité parlementaire qui portait le livre blanc de 1994, il ne peut ignorer que le PAN 2 Richelieu était attendu dans la LPM 1992-1994 ni les surcoûts du devis initial pour le PAN 1 (16%) engendrés presque exclusivement par les arrêts organisés du chantier pour "raison" budgétaire. Il n'est pas non plus étranger à l'abandon du PAN 2 jusqu'à ce que "les conditions financières et économiques" permettent sa construction. 

Le porte-avions Charles de Gaulle est mis en service en 2001 et est engagé dans l'opération Héraclès dès le 21 novembre 2001 avec la 12F équipé de ses 9 Rafale M au standard F1. Le sénateur André Boyer rend alors en 2000 un rapport parlementaire (tandis que M. Fillon est toujours membre de la commission Défense de l'autre assemblée) très favorable à la construction du PA2, celle-ci est espérée pour 2002. 

François Fillon n'exerce pas directement de responsabilités liées à la Défense nationale dans les gouvernements du Président Jacques Chirac (2002-2007). Toutefois, il reçoit des porte-feuilles ministériels. Ce n'est que sous la présidence de Nicolas Sarkozy (2007-2012) qu'il sera Premier ministre pendant cinq années. 

A ce titre, il embarque notamment sur le Charles de Gaulle (2011). Comme Premier ministre, il n'est pas étranger au sort du livre blanc de 2008 ou à l'engagement présidentiel de Nicolas Sarkozy qu'il reprend et assume en faveur du PA2. Il est aux responsabilités pendant son report puis son abandon de 2008 à 2012. Eu égard à son parcours et ses responsabilités, il n'était pas ignorant des enjeux aéronavals.

Finalement, en cas de victoire de M. François Fillon à la primaire du parti "Les Républicains" et à l'élection présidentielle de 2017, la situation serait la même sur ce dossier qu'en 2007. Le Charles de Gaulle entrera en cale sèche pour sa deuxième IPER en février 2017. Il y aurait au moins les FTI qui ne sont pas encore totalement financées (analyse du parti "Les Républicains"). Il s'agirait de maintenir un effort financier ascendant pour absorber l'ensemble des dépenses programmées et soutenir la modernisation de la dissuasion nucléaire. A l'heure où sont écrites ces lignes, le PA2 n'est pas un engagement de campagne de M. Fillon.

1 commentaire:

  1. Un peu dans la lignée d'un Sarkozy ou d'un Jupé, François Fillon a longuement exercé des responsabilités, et n'a dans les faits pas assez peser pour lancer ce chantier. Pourra-t-il faire en 2017 ce qu'il n'a pas fait en 2017 ? Rien n'est moins sur. Un PA2 est un outil symbolique, et sa mise en chantier est un engagement politique fort et sans ambiguïté, je ne suis pas certains qu'on soit dans cette optique. Si c'est déjà vague aujourd'hui, sera-ce plus précis demain ?

    On retrouve néanmoins les 1,9%/2% communs à certains candidats de la primaire, c'est déjà un bon début. La Marine a besoin d'argent pour alimenter ses projets.

    RépondreSupprimer