Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





jeudi 26 mars 2020

Opération Résilience : entière mobilisation du groupe amphibie


Le Président de la République, M. Emmanuel Macron, a déclaré lors de son déplacement à l'Élément Militaire de Réanimation (EMR), armé par le Service de Santé des Armées et le Régiment MEDical (RMED) de l'Armée de Terre, que sur proposition de la ministre des Armées, Mme Florence Parly, et du Chef d'État-Marjor des Armées (CEMA), le général d'armée François Lecointre, qu'il avait décidé de lancer l'opération Résilience au profit du théâtre national. L'entièreté du groupe amphibie est engagée.

Le Chef d'Etat-Major de la Marine (CEMM), l'Amiral Christophe Prazuck, l'avait déclaré le 17 mars 2020 que les marins devaient se préparer à accomplir des missions dont ils n'avaient pas l'habitude. L'idée de manœuvre avait transpiré, au plus tard, le vendredi 20 mars 2020 dans la presse spécialisée (Mer et Marine, Naval news).

Le Président de la République a décidé de s'en saisir. Il a proclamé que le Mistral (2005) était dérouté « immédiatement » à direction du Sud de l'Océan Indien tandis que le Dixmude (2013) devrait appareiller prochainement pour les Antilles et la Guyane. Et il s'agirait de comprendre que le Tonnerre (2007) demeurerait engagé en Méditerranée. Mais rien n'est annoncé pour la Polynésie française et la Nouvelle-Calédonie qui ne sont pourtant pas épargnées.

Les actions attendues des Porte-Hélicoptères Amphibies (PHA) n'ont pas été précisées. Le ministère des Armées indique que l'opération Résilience concerne des actions de la santé, de logistique et de protection. Sans préciser en quoi cette dernière action peut se recouper ou bien se distinguer de l'opération Sentinelle. Il se devine donc que les capacités logistiques et, surtout, celles de l'hôpital embarqué seront mises à contribution. Et en matière de logistique : la manœuvre arrêtée suppose une certaine contribution de l'Armée de l'Air ou d'Air France pour le transport aérien au niveau stratégique et de l'Armée de l'Air seule - sauf à réquisitionner - pour l'infra-théâtre.


Océan Indien

Les officiers-élèves embarqués à bord du Mistral, escorté par le Guépratte (2001 - 2031 ?), pour la mission Jeanne d'Arc ont vu leur programme d'escales fondre comme neige au soleil ces derniers jours. À l'image de leurs aînés, et dans la grande tradition de secours et de diplomatie humanitaire instaurée par le croiseur porte-hélicoptères Jeanne d'Arc (1964 - 2010), ils vont participer à une mission humanitaire. La Jeanne d'Arc avait porter assistance à Haïti (2003), l'Indonésie (2005) et à Madagascar (2007).

Le Mistral est au mouillage, au large des Maldives, depuis aujourd'hui. À l'évidence, et sans surprise par rapport aux difficultés rencontrées par le groupe aéronaval, l'équipage n'a pas été autorisé à faire escale. Ce PHA est même ravitaillé par ce qui semble être des unités portuaires.

Le Président de la République n'a pas précisé autre chose que le bâtiment se dirigerait immédiatement vers le Sud de l'Océan Indien

Il y a 1800 nautiques (5 jours de mer à 15 nœuds) à parcourir jusqu'à la Réunion (115 cas COVID-19). 111 lits de réanimation, auxquels s'ajoutent 50 qui sont en préparation, équipent le centre hospitalier universitaire de La Réunion pour 860 000 habitants. Et les deux départements sont touchés, un malheur n'arrivant jamais seul, par une épidémie de dengue (1200 cas à la Réunion, 2200 cas à Mayotte) qui tend les capacités hospitalières.

Il y a 1930 nautiques (5,3 jours à 15 nœuds) jusqu'à Mayotte. Il y a 16 lits d'hospitalisation au sein du Centre hospitalier de Mayotte pour une population de 255 000 habitants. Mayotte (35 cas COVID-19) a le système sanitaire le plus faible car est considérée comme un désert médical et n'a que 80 médecins pour 100 000 habitants contre une moyenne nationale à 437. Il n'y a que 18 médecins-libéraux en activité auxquels s'ajoutent 7 retraités qui aident.

Il y a 940 nautiques entre Mayotte et la Réunion.

Mer des Antilles
Le Dixmude est à Toulon et il est désigné pour aller se positionner pour la zone Antilles Guyane. Le bâtiment aura à parcourir 3930 nautiques, soit 11 jours de mer à 15 nœuds. Il devrait appareiller au début du mois d'avril selon le Président de la République pour aller se positionner dans la zone Antilles Guyane.

Il y a 8 lits de réanimation au Centre Hospitalier de Kourou et 11 lits au Centre Hospitalier de l'Ouest Guyanais (CHOG) - Frank Joly en Guyane pour une population de 290 000 habitants. Le nombre de lits de réanimation en Guyane (28 cas COVID-19) a été porté depuis un minimum de 19 à 38 lit au profit du CHOG.

Il y avait 22 lits de réanimation qui ont été portés depuis à 75 lits, au sein des Centre hospitalier universitaire de Guadeloupe et nouveau CHU de Guadeloupe pour une population de 390 000 habitants. La Guadeloupe compte 76 cas COVID-19.

Il y a 16 lits d'hospitalisation au sein du CHU Martinique pour une population de 375 000 habitants. La Martinique compte 66 cas COVID-19.

Il y a 800 nautiques entre la Guyane et la Martinique et 100 nautiques entre la Martinique et la Guadeloupe. Et il y a les cas de Saint-Marin et Saint-Barthélémy à proximité, dans l'arc antillais, dont des habitants sont atteints de COVID-19 (8 dont 2 guéris pour la première et 3 pour la deuxième).


La rotation du Tonnerre à destination de la Corse a vu un éventail de capacités inter-ministérielles être mobilisées avec, outre l'équipage, le Service de Santé des Armées, des soignants civils rassemblés par l'Agence Régional de Santé de Marseille ainsi qu'un élément du bataillon des marins-pompiers de Marseille et des hommes du 2e Régiment de Dragons. La décontamination du bateau a nécessité 24h selon le journaliste Jean-Marc Tanguy.

Il n'a pas été évoqué, non plus, quelles capacités opérationnelles viendront renforcer les équipages des Mistral et Dixmude. Le Mistral est d'ores et déjà présent, il ne serait donc pas étonnant qu'un A330 MRTT Phénix ou un C-135 FR effectue une ou plusieurs rotations pour convoyer matériels et hommes. À moins qu'un vol civil puisse suffire. Le trafic de fret aérien est loin d'être à l'arrêt.
  
L'hôpital embarqué (750-950 m²) de chacun des PHA recèle 69 lits dont un minimum de 8 en réanimation et jusqu'à 19 lits de soins intensifs. Un hôpital de campagne de 250 m² peut être installé dans le hangar aéronautique, augmentant le nombre de lits de 50 et portant leur quantité totale à 119. Futures questions : existe-t-il un EMR pouvant être projeté à bord ou à terre ? D'augmenter le nombre de lits de réanimation à bord à partir des 69 lits disponibles ?Les SAMU concernés paraissent peu dotés en hélicoptères (Réunion (1), Mayotte (1 (Gendarmerie), Martinique (1) et Guyane (1). Il se devine que les hélicoptères des Forces Armées aux Antilles (FAA) et Forces Amées de la Zone Sud de l'Océan Indien (FAZOI), soit 1 et 1 machine, pourraient être amenés à prêter main forte. Le Mistral a en son sein quatre voilures tournantes dont une italienne. D'autres machines seront-elles nécessaires ?

Les Mistral et Dixmude paraissent voués à être amarré dans un port afin d'être reliés aux différentes infrastructures, systèmes et réseaux des hôpitaux. Rien ne paraît interdire que le pont d'envol puisse servir aux hélicoptères du SAMU. Les capacités ro-ro permettront aux ambulances de pouvoir déposer les patients au plus près de l'hôpital embarqué.

L'engagement simultanée des trois PHA de classe Mistral, c'est-à-dire l'intégralité du groupe amphibie, est loin d'être négligeable car l'ajout de 69 lits avec un minimum de 8 lits de réanimation permettra de soutenir des hôpitaux qui ne possèderaient plus de marges de manœuvre afin de pouvoir augmenter leurs propres capacités en la matière. Engagement qui manifeste une action politique forte décidée par le Président de la République au profit des Français d'outre-mer. La Marine y tient une place essentielle, comme à chaque fois qu'il a été nécessaire d'apporter une réponse à une crise humanitaire du fait d'une catastrophe naturelle, souvent, ou d'une épidémie ici, pour la première fois.



2 commentaires:

  1. La, nous sommes à la limite du système, la nlle calédonie et toute la Polynésie devront se débrouiller tout seul.Je me répète encore une fois, mais des bâtiments hopitaux auraient été d'un beaucoup plus grand secours du fait de leur plus grande capacité et de leur meilleure spécialisation. Enfin, ne regrettons rien mais essayons d'en tirer des conséquences pour l'avenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @fusco il faudrait augmenter le budget pour ça. Je trouve que les BPC… pardon les "Portes Hélicoptères" amphibie sont parfaitement adaptés à ce rôle du fait de leur conception aux normes civiles les rendant inaptes à une mission de débarquement quand il y a un adversaire sérieux en face. L'exemple type de notre micro armée de gestion de crise décrite par le CEMA, pour le coronavirus c'est parfait.

      Supprimer