Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





mercredi 16 novembre 2016

Refondre les Kiev et Minsk ?

© Inconnu. Croiseurs porte-aéronefs Minsk et Kiev de la classe Kiev, date inconnue.
La concurrence aéronavale sino-indienne voit Pékin disposer de quelques moyens de distancer New Delhi. L'un d'eux pourrait consister dans la remise en service de deux anciens ponts plats soviétiques. La question mérite d'être posée car les prémices des porte-aéronefs et porte-avions chinois débutent par l'acquisition de vieilles coques (fameux exemple du Varyag) à déconstruire ou à transformer en musée à flot.

L'Union soviétique, sous la férule de l'Amiral Gorshkov (en fonction de 1956 à 1985), en venait à la construction de croiseurs porte-aéronefs dans l'optique de développer des porte-avions avec catapultes et brins d'arrêt (CATOBAR (Catapult Assisted Take-Off But (ou Barrier) Arrested Recovery). La classe Kiev voyait la construction de quatre unités et dont la durée effective dans la Flotte rouge puis la marine de la Russie était relativement courte, à savoir les Kiev (1975 - 1989), Minsk (1978 - 1993), Novorossiisk (1982 - 1993) et Bakou (1987 - 2004).

Le dernier de ces bateaux est devenu, après refonte (chantier étalé entre les années 2004 et 2012), l'INS Vikramaditya et est en service depuis 2012 dans la marine indienne. Il sera très bientôt rejoint par l'INS Vikrant, un porte-aéronefs STOBAR (Short Take-Off But Arrested Recovery) de conception nationale avec participations italienne et russe. Puis, un premier porte-avions CATOBAR à propulsion atomique de conception nationale, avec probablement une assistance étrangère (et les candidats sont limités dans ce domaine), devrait entrer en service entre 2030 et 2035. Il pourrait être la tête de série d'une classe mais cela n'est pas encore défini et l'échéance est encore bien lointaine pour envisager la mise sur cale rien que d'une deuxième unité. L'Inde semble conserver l'ambition d'entretenir quatre à cinq porte-avions afin de mettre en œuvre deux groupes aéronavals. 

La Marine de l'Armée Populaire de Libération (MAPL) achetait, via une personne privée, le sistership du Kuznetsov à savoir le Varyag. L'Ukraine en devenait propriétaire à la dislocation de l'URSS pour finalement le revendre en 1998 et voir la coque partir en 2000. Contrairement au projet initial (entretien à quai comme casino), la refonte du bateau aurait été lancée entre les années 2005 et 2011. Le bateau entre en service à cette date. Une deuxième unité, conçue sur la base d'une rétroingénérie, manifestement, est actuellement sur cale et semble comporter quelques modifications. Un premier porte-avions CATOBAR à propulsion atomique, voire avec catapultes électromagnétiques, pourrait être mis sur cale dans les toutes prochaines années. 

La symétrie de la montée en puissance de l'aéronavale embarquée des marines indienne et chinoise est relativement frappante. À moins de l'accélération du plan naval de l'une ou l'autre des deux nations, l'équilibre demeurera globale sans donner l'avantage. Il s'agit de ne pas éluder que la programmation navale chinoise est plus vigoureuse et fournit l'ensemble des escorteurs et sous-marins nécessaires, sans oublier un très fort train logistique ou des groupes amphibies. 

Reste alors les Kiev (1975 - 1989), Minsk (1978 - 1993) vendus à la Chine en 1996 et 2006. Depuis, ils servent de parc d'attractions flottant dans l'Empire du Milieu. Les quelques documents iconographiques disponibles sur Internet affichent des unités désarmés à la propreté impeccable, bien qu'il ne soit pas possible de vérifier si cet état visible s'étend à l'ensemble des compartiments. 

La Chine ne devait pas mettre en service le Varyag et celui-ci ne devait pas franchir les détroits turcs avec une propulsion installée à bord. Il semblerait que c'était pourtant le cas et il est en service sous le baptême de Liaoning dans la MAPL. C'est pourquoi il y a tout lieu de s'interroger sur une remise en service des deux croiseurs porte-aéronefs Kiev et Minsk qui n'ont eu, finalement, qu'un temps de servie relativement court à hauteur de quinze années. Ils pourraient donner au moins autant, si ce n'est plus après de lourds travaux. 

Le Bakou était, finalement, exactement dans la même situation avant d'être refondu comme porte-aéronefs STOBAR pour l'Indian Navy pour une somme voisine de 2,9 milliards de dollars. Il y a tout lieu de s'interroger sur la répétition d'une telle opération car les deux sisterships du Bakou auraient, en Chine, un rôle particulièrement adapté en Mer de Chine du Sud afin de protéger la sorte de "bastion" en cours de constitution au Sud de l'île de Haïnan. 

Dans cette perspective, ils libéreraient le Liaoning et le deuxième porte-aéronefs STOBAR chinois afin qu'ils constituent un groupe aéronaval d' "évolution" libre de croiser dans les zones d'intérêt stratégiques pour la Chine.

En fonction de l'importance de la refonte, en plus des hélicoptères ASM et de soutien logistique, la défense aérienne pourrait être constituée soit à partir d'une douzaine J-15 (le Vikramaditya peut embarquer une trentaine d'aéronefs), soit via un hypothétique aéronef à voilure fixe ADAV (Aéronef à Décollage et Atterrissage Verticaux) /STOVL (Short Take-Off and Vertical Landing aircraft) tel le FC-26. Ce dernier appareil ne manquerait pas d'intéresser la MAPL, aussi, pour ses grandes unités amphibies car elle reprend l'ensemble des structures et systèmes de forces observées dans l'US Navy.

La Chine est à portée de constituer d'ici à 2022 deux groupes aéronavals dont l'un dédié aux grandes croisières dans la droite lignée de la mythologie des expéditions de l'Amiral Zheng He. Un troisième groupe aéronaval suivrait d'ici à 2030. L'Inde stagnerait à un seul groupe sur la même période. Les États-Unis auraient à effectuer des décisions franches afin de contenir l'influence chinoise au détriment d'autres zones ou bien à augmenter à nouveau le nombre de porte-avions. 

21 commentaires:

  1. Drôle d'idée marquis. Ces navires dates et ont été maintenus à quai dans des conditions d'entretien précaire après la chute de l'URSS. On ne sait pas dans quel état ces navires ont été récupérés par la chine et les déboires de la refonte de l'ex Gorschkov n'ont pas dû les encourager. D'ailleurs la chine vaut copier le Lioning (ex Varyag) ou en faire une dérivée. D'où les 2 groupes en 2022.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Drôle d'idée ? C'est pourtant celle de la Russie quand elle a vendu l'ex-Gorshkov à l'Inde pour le refondre.

      Le cas du deuxième porte-aéronefs STOBAR et du premier porte-avions CATOBAR est abordé dans le billet.

      Toutes vos remarques sont déjà examinées dans le billet.

      Supprimer
  2. Non l ex Bakou avait été maintenu service. Et in fine sa refonte à traîné en longueur. Si les chinois avaient voulu refondre ces navires il l aurait fait. Le varyag était inachevé donc plus facile à remettre en état.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 2,9 milliards de dollars pour "remettre en état" ce n'est pas facile car c'est très certainement le coût d'un navire neuf aux capacités extrêmement similaire.

      Le billet répond à bien des remarques.

      Supprimer
    2. 2,9 milliars c'est ce qu'a payé l'Inde paraît il pour l'ex Gorschkov. Alors que les Russes leur avait présenté ça comme une cession gratuite avec seul la refonte à payer donc un coût moindre que l'acquisition d'un navire neuf. Raté! Vraiment ça fait réfléchir quand on voit que ça a pris 9 ans. Et encore les Russes connaissaient parfaitement le navire ce qui a dû limiter la casse.

      Les chinois n'ont même pas remis en service ces navires comme PH. C'est dire!

      Supprimer
    3. Ce n'est pas dire grand chose, finalement, puisque la refonte de l'ex-Varyag n'est pas entamé automatiquement à sa réception en Chine. Il y a tout lieu de s'interroger sur les capacités financières de la Marine chinoise qui ne sont peut-être pas si généreuses que cela en définitive.

      Supprimer
    4. Mais elle l'a fait in fine alors que pour les deux navires que vous citez RAS de puis des années.

      Supprimer
    5. Ce qui ne veut, donc, pas dire qu'ils ne le feront pas ou qu'ils le feront. Je pose une question vis-à-vis du potentiel de deux bateaux. Je ne crois pas qu'il y ait de réponses évidentes par simple association d'idées. Il n'y a que des questions à creuser.

      Supprimer
    6. Je ne pense vraiment pas. Sinon les Chinois auraient esquissé au moins une remise en service en l'état. Et cf les deux postes en dessous.

      Supprimer
  3. Il y a tous de même un différence fondamentale. Le Bakou appartenait a une sous-classe dont les installations aéronautiques (hangar + ateliers + carburant à aviation) était beaucoup plus développées en prévision de l'entré en service du yak-141.C'est pour cela qu'il se prêtait mieux à une refonte en stobar. La transformation des Kiev et Minsk produirait sans doute des porte aéronefs aux capacités inférieurs.

    RépondreSupprimer
  4. +1 Blanchet Simon. Surtout que les Chinois utilisent des Su 33 qui ont des dimensions beaucoup plus importantes que les Yak 38 pour lequel les Kiev et Minsk ont été conçus. Si les Indiens n'ont pas achetés le Su 33 mais des Mig 29K alors que le Sukhoi est plus puissant donc plus adapté à un PA à tremplin c'est qu'il doit y avoir un problème à ce niveau là.

    RépondreSupprimer
  5. Les Chinois emploient sur le Liaoning des J-15 qui sont un avion développé à partir d'un des prototypes du Su-27 (T-10K7) et ils en ont tiré aussi bien une version STOBAR que CATOBAR. Je n'ai pas souvenir que la Chine se soit employé à se fournir en Mig-29, ce qui est aussi à relever.

    Ce qui reviendrait à se demander si les Su-33 sont encore proposés à l'exportation. La Marine russe s'est elle-même uniquement fournie chez Mig pour ses dernières commandes. Un constructeur en grandes difficultés depuis l'obtention des derniers programmes par Suhkoï.

    Encore une fois, il n'y a pas d'évidences mais des questions à creuser :

    http://www.eastpendulum.com/le-j-15-aurait-il-le-meme-probleme-que-le-su-33

    Aussi, l'argument avancé mériterait d'être étayé. Le Yak-38 a une hauteur d'environ 4,40 mètres contre presque 6 mètres pour un Su-27. Ce qui revient à question la hauteur du hangar sur les Kiev et Minsk.

    Il n'y a toujours pas d'évidences mais des questions à creuser car le Yak-141 est donné pour environ 5 mètres de hauteur.

    Et au final, si la hauteur est compatible, quelques centaines de millions d'euros de travaux peuvent permettre de débarquer toute ou partie des missiles puis d'aménager et/ou d'améliorer quelques installations aéronautiques.

    RépondreSupprimer
  6. Le J15 est une copie chinoise du Su 33 et la Chine n'a jamais cherché à acheter des Mig 29K à la Russie qui n'a jamais produit cet avion avant la demande de l'Inde. La Russie a commandé des Mig 29K pour soutenir Mig et limiter la facture pour l'Inde. S'ils ont exhumé cet avion rejeté par la marine soviétique à la fin des années 80 ce n'est pas pour se faire plaisir, c'est qu'il y avait un besoin. Les Russes leur aurait vendu des Su 33 neufs sinon.

    Il n'y a aucune question. Il y a deux navires à quai qui ne seront jamais reconstruit en PA car ils ne sont pas adaptés aux besoins chinois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour votre premier paragraphe, merci, c'est exactement ce que je propose ci-dessus comme éléments de réflexion.

      Pour le deuxième, je pose une question que cela plaise ou non. Je tente d'apporter des éléments. Et il n'y a pas grand chose à faire avec vos affirmations péremptoires non servies par des arguments étayés.

      C'est pourquoi je crois que nous allons en rester là.

      Bonne journée

      Supprimer
  7. Bonjour Marquis. La transformation en musée semble avoir été définitive au moins pour le Kiev. Je dis semble car les chinois sont les champions de l'opacité.

    L'une des raisons qui pourrait permettre de conclure à un désintérêt de leur part est le retex de la marine soviétique. Ces navires souffraient de problème de conception multiples à tous les niveaux que l'usage a révélé.

    Par exemple les carrés noires qu'on voit distinctement en bas à gauche à l'arrière des navires sur la photo étaient des petits radiers destinés à mettre à l'eau des embarcations pour commandos. Ils ont été promptement condamnés car après quelques années l'eau de mer s'infiltrait par les trappes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais curieux de connaître l'avis d'un "touriste" car je trouve ces navires dans un état impeccable. Ce qui n'enlève rien à vos remarques, pour ces précisions.

      Supprimer
    2. Bonjour Marquis. J'ai observé le navire depuis son quai à Tsien Tsin en 2011. Mais je me garderais d'en tirer une conclusion. Je n'aurais pas beaucoup parié sur le Varyag vu son état extérieur en 2001 et pourtant les chinois ont préféré l'achever plutôt que d'utiliser ces coques.

      Supprimer
  8. Monsieur,

    Bonjour, un témoignage direct est intéressant à plus d'un titre ! Je serai extrêmement intéressé de pouvoir lire vos observations, il y a peut-être même matière à en tirer un billet.

    Cordialement,

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour marquis. C'était il y a déjà 5 ans. Apparemment le navire n'avait pas été modifié depuis son retrait du service. J'ai le souvenir d'un navire aux lignes désuètes, très années 70, avec une absence de recherche de furtivité pour les superstructures. L’îlot paraît encore plus disproportionné que sur les photos. Le pont n'est pas très large vu de la poupe.

    Depuis un hôtel de luxe a été implanté, ce qui a sans doute changé son aspect initial: http://inhabitat.com/china-transforms-soviet-warship-into-worlds-first-luxury-aircraft-carrier-hotel/. Cet article indique que le navire hôtel-musée va rester définitivement à son emplacement et ne pourra plus naviguer.

    Visiblement son sort est scellé, comme celui du Minsk :http://www.scmp.com/news/china/society/article/1941685/chinese-theme-parks-aircraft-carrier-minsk-docks-new-home.

    Pourquoi? Les chinois ne le disent pas. Après quelques recherches mon hypothèse est que leur désintérêt est aussi lié à la dimension des ascenseurs et à leur emplacement. Sur cette photo on les voit en position basse : http://67.media.tumblr.com/tumblr_m4jezwwS8d1rscgxno1_500.jpg. Je ne suis pas certain que l'ascenseur central soit suffisamment long et large pour le J15 même ailes repliées. Celui à l'arrière est manifestement trop étroit.

    Je ne sais pas s'il aurait été possible de les agrandir. En cas de réponse négative cela éclaire le choix du Mig 29K par les Indiens. Ceux-ci bénéficient en plus du fait que l'ascenseur arrière de l'ex Gorschkov est plus large.

    Cependant outre son étroitesse l'emplacement de l'ascenseur central paraît gênant comme le montre cette photo du Vikramenditya: http://www.ainonline.com/sites/default/files/uploads/2013/06/vikramaditya_ope8596.jpg. Les deux lignes de pointillé jaune sont les spots de lancement des avions, l'une passe sur l'ascenseur qui touche la piste oblique.

    Je suppose que cela oblige par sécurité à interrompre les manœuvres de l'ascenseur y compris pour les appontages: http://4.bp.blogspot.com/-rXhzzWBsQxc/UohAy_rfOzI/AAAAAAAAf4c/OrsiMasstFY/s1600/INS+Vikramaditya+aircraft+carrier+Admiral+Gorshkov+Indian+Navy+STOBAR+MiG-29K+and+Sea+Harrier+ski-jump+Ka-28+ASW+Ka-31+helicopters+AEW+HAL+Tejas+lca-n+fighter+jet+Kiev+class+ready+operational+deliver+(5).jpg.

    Je ne sais pas si cette hypothèse d'ascenseur est pertinente. Mais en tout cas la configuration générale du Lioning a pu être considéré comme plus attrayante comparée à celle d'un Kiev :http://imgur.com/kN3Fay5.

    Quoi qu'il en soit je pense que vous avez matière à écrire un billet sur la doctrine aéronaval soviétique dont les Kiev reflètent l'une des nombreuses inflexions.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci vivement pour votre commentaire ! Si vous le voulez bien, je souhaite le mettre en forme pour un billet. Chose qui ne peux être mieux assuré que par vous-même, de ma main cela ne restera que de la paraphrase. Auquel cas vous préféreriez que je m'en occupe, puis-je vous citer (pseudonyme) ?

      Cordialement,

      Supprimer
    2. Bonjour marquis. Je vous en prie! Je n'ai malheureusement pas le temps de développer suffisamment mon commentaire. Vous pouvez utiliser le pseudonyme "Armand du Plessis" pour me citer.

      Si vous avez besoin de plus de plus de photos sur les navires soviétiques j'avais oublié de mentionner ce site qui montre des maquettes intéressantes, ainsi qu'une rare photo du Yak 44, le "Hawkeye soviétique": http://www.maquetland.com/article-1130-urss-porte-avions-russes-une-uchronie.

      En vous souhaitant bonne rédaction,

      Cordialement.

      Supprimer