Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





25 octobre 2018

Force opérationnelle atomique : Corvette nucléaire C75

© US Navy. Le CGN-9 USS Long Beach (1961 – 1995) aurait pu bénéficier de l’embarquement de systèmes SSM-N-9 Regulus II (Chance Vought) puis UGM-27 Polaris A1 (Lockheed Corporation).

     Un exposé d’un ancien directeur de TechnicAtome, l’IGA (2S) Charles Fribourg (« La technologie des réacteurs de propulsion navale », 10 janvier 2002) comporte la mention d’une « Corvette nucléaire C75 » ne semblant apparaître nulle part ailleurs. L’un des plus grands intérêts résidant dans la découverte de cet avant-projet est de démontrer que la Force opérationnelle atomique ne disparaissait pas en 1958 mais que certains artefacts perdurèrent jusqu’en 1975 ; et peut-être même après ?

     L’exposé comprend un certain nombre de points circonstanciés quant aux différentes filières de réacteurs nucléaires dont celles conçues pour aboutir à des réacteurs navals embarqués. Par exemple, l’IGA (2S) Charles Fribourg évoquait la filière de la Chaufferie Avancée de Série (CAS) devant tirer parti des filières des réacteurs à eau pressurisé Prototype A Terre (PAT) – équipant les SNLE de classe Le Redoutable (6) – et de la Chaufferie Avancée Prototype (CAP) – équipant les SNA72 de classe Rubis (6) – et se caractérisant plus particulièrement par son architecture à « boucles courtes » par intégration du générateur de vapeur au réacteur.

     La finalité fonctionnelle de la filière dite CAS, outre de permettre la fabrication de chaufferies nucléaires embarquées, était d’équiper la propulsion de bâtiments de surface et l’IGA (2S) propose même une liste des avant-projets concernés : « Porte-Hélicoptères dit PH75,  Corvette  nucléaire C75, Brise-Glaces destiné aux garde-côtes canadiens » qui est conclue par « etc. »

L’avant-projet PH75 – dernier d’une longue lignée d’avant-projets PHA – visait à répondre à l’un des besoins formulés par le « Plan bleu » contenu dans le décret du 29 février 1972 fixant la composition des forces navales françaises quant à la succession du porte-avions Arromanches (1946 – 1974) et du croiseur porte-hélicoptères Jeanne d’Arc (1964 – 2010) en leurs missions amphibies et de lutte sous la mer. Il est souvent rapporté qu’il a été écarté lors de la séance du 23 septembre 1980 du Conseil de Défense au profit du PA75 mais, en réalité, il s’agirait plutôt d’un abandon dès 1978 car il apparaissait que le retour dans le lancement du programme laissait apparaître qu’il était devenu temps, aussi, de préparer la succession des Clemenceau (1959 – 1997) et Foch (1963 – 2000). 

     L’avant-projet corvette nucléaire C75 a donc émergé entre 1970 et 1980, c’est-à-dire après le cadre dressé pour lancer la Force opérationnelle atomique. L'Amiral Henri Nomy (26 octobre 1951 - 30 juin 1960), chef d’état-major de la Marine nationale, rédigeait un rapport (1956) portant révision du Statut naval de 1955. Il s’agissait d'inclure des bâtiments à propulsion atomique par la modification de la deuxième phase du Statut naval de 1955, devant s’achever en 1970 : sur les 180 000 tonnes prévues, 120 000 serviraient à la constitution de la Force opérationnelle atomique, les 60 000 autres étaient destinées à lancer des bâtiments de soutien. Les tranches navales modifiées devaient s’organiser selon deux périodes triennales (1961 - 1963 et 1964 - 1966). 

Le format de chacune des deux périodes triennales devait aboutir à la mise sur cale des bâtiments suivants :

  • un porte-avions ou croiseur lance-engins, 
  • trois croiseurs escorteurs, 
  • deux sous-marins atomiques, 
  • un bâtiment base atomique.

Cette programmation a été modifiée par un document du 7 novembre 1958 qui aboutissait à un premier plan quinquennal (1959 - 1964) suivi d’un deuxième (1965 - 1969) car le gouvernement avait finalement opté pour des lois-programmes. Et c’est dans ce cadre qu’aurait dû être achevé le Statut naval de 1955, révisé en 1956.

     Mais la Force opérationnelle atomique est abandonnée, en raison non seulement de l’échec du programme Q244, prononcée en 1958, mais aussi de l’abandon du programme SSM-N-9 Regulus II (Chance Vought) qui devait équiper les « sous-marin stratégiques » mais également les « porte-avions stratégiques » : l’avant-projet PA59 mais aussi les PA54 et PA55. Et la mise sur cale en 1958 du futur SSBN-598 USS Georges Washington (1959 - 1985) achevait de convaincre de l’inanité du concept initial de « sous-marin stratégique ».

Le retour aux affaires du général Charles de Gaulle achevait la séquence politique de reconfiguration et de la programmation et de l’outil atomique militaire à forger.

     L’essentiel des financements sera alors consacré à la constitution de la Force Océanique Stratégique (FOSt) tandis que les forces conventionnelles, et ici navales, subissaient un sous-financement qui finit par être pris en compte par le niveau politique, au point de parvenir à la formulation du « Plan bleu » contenu dans le décret du 29 février 1972 fixant la composition des forces navales françaises et dont l’essentiel des efforts portait au profit de la flotte de surface, même si la flotte sous-marine devait bénéficier dans ce cadre de la construction de plusieurs SNA.

     C’est pourquoi l’existence de cet avant-projet de Corvette nucléaire C75 incline à penser que le Statut naval de 1955, révisé en 1956, a laissé subsisté, au moins, un artefact qui avait donc été intégré au Plan bleu et dont la finalité, déduite par apparence intuitive, était d’accompagner les deux porte-avions et de deux porte-hélicoptères.

L’ avant-projet de Corvette nucléaire C75, dont les caractéristiques furent donc figées lors d’une séance du Conseil supérieur de la Marine (CSM) de 1975, s’inscrirait en droite ligne des avant-projets de croiseurs d’union française jusqu’aux frégates lance-engins. Et ici, la C75 semble être postérieure aux corvettes C70 de classe Georges Leygues (7). Est-ce à dire qu’elle en partageait une partie des caractéristiques ? Ou bien en différait-elle foncièrement ?


5 commentaires:

  1. Très intéressant et... étonnant aussi. Pourquoi faire le choix d'installer une pile atomique sur un si petit bâtiment?
    Une frégate nucléaire en revanche pourrait être intéressante, pour former un GAN entièrement nucléaire par exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans les années 70-80 une "corvette" était le nom donné aux "frégates" d'aujourd'hui (ainsi les frégates F70 était à l'origine des corvettes)

      Supprimer
    2. Ah d'accord, je comprend mieux maintenant.

      Supprimer
  2. Dès 1966, des plans d'une corvette à propulsion nucléaire ont été dessinés. Le projet est donc plus ancien encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur Kowalski,

      Bonsoir et merci beaucoup de visiter ce blog !

      Je serais très curieux de connaître ce projet car à travers la lecture des thèses de MM. Philippe Quérel et Patrick Boureille j'avais noté l'intégration à la programmation, par révision du statut naval en 1955, de la « Flotte atomique » dont un croiseur lance-engins à propulsion atomique devait suivre les premiers croiseurs lance-engins de classe Suffren, renommés frégates lance-engins.

      Mais il me semble n'avoir jamais croisé une quelconque référence à ce quoi à quoi ils auraient pu ressembler, hormis la mention dans les deux thèses précités de l'esquisse d'un croiseur stratégique à propulsion nucléaire, en tant qu'alternative aux porte-avions stratégiques.

      Bien navicalement,

      Supprimer