Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





samedi 9 février 2019

Onderzeedienst : SMX 3.0 ?


Naval group et Royal IHC (Xavier Vavasseur, "Naval Group & Royal IHC Sign strategic partnership for the Netherlands Submarine Replacement programme", Naval news, 7 février 2019) diffusaient une première image du sous-marin proposé pour l'appel d'offres émis par la Koninklijke Marine. Il semblerait à première vue qu'il s'agisse du SMX 3.0. Ce n'est ni un Scorpène, ni un Shortfin Block 1A/Barracuda. Les propositions française (SMX 3.0 ?) et suédoise (A26 Oceanic Extended Range) dessinent de manière plus précise les contours de ce qui a été demandé par la marine hollandaise qui demeure sur une position conservatrice.

Les sous-marins hollandais de la classe Walrus (Walrus (1992 - 2029 ?), Zeeleeuw (1990 - 2027 ?), Dolfijn (1993 - 2030 ?), Bruinvis (1994 - 2031 ?) devront quitter le service entre 2027 et 2031 grâce à refonte à mi-vi menée en 2013 et 2019. Dès 2014, le principe du remplacement des Walrus est acté. Le White Paper 2018 dans la deuxième annexe (p. 24) explique ce choix. L'annexe 4 présente le calendrier de renouvellement des Walrus (2,5 milliards d'euros ou plus). Une demande d'informations a été envoyé à l'endroit des principaux constructeurs de sous-marins en 2018. Le vainqueur de l'appel d'offres sera annoncé en 2021. Le premier bateau doit entrer en service en 2027.

La proposition française n'est pas la première. Damen a anticipé de longue date cet appel d'offres de la marine batave en nouant une alliance avec Kockums Naval Solutions. Kockums avait été achetée par TKMS en 2005 et revendue à Saab en juillet 2014 après une épreuve de force au mois d'avril d'une rare violence. Le programme A26 est relancé sur de nouvelles bases en Suède. Dès janvier 2015, Damen et Saab font équipe pour le programme de remplacement des quatre sous-marins de la classe Walrus. Saab dévoile au grand public les trois versions extrapolées du programme A26 conduit au profit de la marine suédoise en août 2017. C'est en 2018 que la proposition conjointe de l'équipe constituée en 2015 a été faite au ministère hollandais de la défense. Il s'agirait du A26 Oceanic Extended Range mais sans l'intégration du moindre VLS.



Rotterdamse Droogdok 
Mij 
Kockums Naval Solutions 
Naval group 
ThyssenKrupp Marine Systems 
Navantia 
Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering 

 Classe Walrus 
A26 
Oceanic Extended Range 
SMX 3.0 
Type 2012 CD 
S-80 Plus 
KSS III batch I 
Longueur 
(mètres) 

67,73 

68 - 82 ? 

73 

57,20 

81,05 

83,50 
Diamètre 
(mètres) 

8,4 

6,4 

8,8 ? 

6,8 

7,3 

9,6 
Déplacement (tonnes)  
Standard 

Surface 

Plongée 



1900 

2350 

2650 



? 

3000 ? 

3500 ? 



? 

3000 ? 

3500 ? 



? 

1524 

1830 



? 

3200 

3700 



? 

3358 

3705 
Autonomie 
(nautiques) 
10 000 
à 9 nœuds 
10 000 à 10 nœuds 
 ?
8000 
à 8 nœuds 
4000 
à 3 nœuds 
10 000 à ? nœuds 
Vitesse (nœuds) 

Surface 

Submergée 



13 

20 



16 

22 



12 

20



12 

20



12 

20 + 



? 

20 
Tubes 
Lance-Torpilles 

4 x 533mm 
2 x 400mm  
6 x 533 

6 x 533 
6 x 533 
6 x 533 

VLS 

0 

0  

0 

0 

0 
Batch I : 6 
(SLCM & SLBM) Batch II : 10 
(SLCM & SLBM) 
Armes 
Tactiques 

24 

15 + 

24 

19 

20 ? 
Batch I : 20 + 6 ? Batch II : 20 + 10 ? 
Equipage 
55 
20 - 50 
32 
27 
32 + 40 
50 


Pour comparaison, trois concurrents hypothétiques ont été inclus dans le tableau, bien qu'aucun d'eux n'ait encore candidaté. TKMS proposerait le type 212 CD plutôt qu'une résurrection du Type 216 (4000 tonnes) ou une adaptation de la coque du KSS III (3000 tonnes). La proposition serait de construire en Allemagne quatre type 212 CD contre l'achat allemand de frégates (Omega ?) conçues et construites par Damen pour le MKS 180. Navantia n'aurait pas soumis d'offre. L'Isaac Peral, premier S-80, n'entrerait en service qu'en 2022. Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering n'a pas non plus candidaté avec le KSS III. La première unité a été lancée. La première exportation de KSS I a eu lieu au profit de l'Indonésie (classe Chang Bogo modifiée ou type 209 à l'origine).

La proposition française dévoilée publiquement au début du mois de février 2019 n'est pas un Scorpène. Le dessin de la coque à peu à voir avec les bateaux commandés par des marines étrangères. Il n'est pas non plus un nouvel avatar du Barracuda conventionnel : le massif en témoigne. Il ressemble au SMX 3.0, "concept ship" présenté lors du salon EuroNaval 2016. Celui-ci incarne une palette d'évolutions internes dans la manière d'opérer un submersible armé par la "génération Z".

Cependant, le bateau en lui-même n'était pas un nouveau venu puisqu'il ne s'agit ni plus ni moins que le Marlin. Sa raison d'être avait été de permettre la formulation d'une offre en 2006 à l'endroit de la marine pakistanaise alors que DCNS avait contractualisé la vente et la fabrication sous licence de six Scorpène au profit de la marine indienne. L'adoption pour l'appareil à gouverner de barres en croix de Saint-André devait faire accroire à l'existence d'un "design" différent. Le Marlin réapparaissait en 2016 au début de la candidature de DCNS pour le marché de quatre nouveaux sous-marins afin de remplacer les six unités de la classe Ula. 

Le SMX 3.0, eu égard aux caractéristiques nautiques transpirant depuis sa candidature, serait plutôt une version réduite du Barracuda conventionnel. Il possèderait un diamètre de coque (8,8 mètres) similaire avec un déplacement d'environ 3000 tonnes en surface pour 3500 en plongée. Le SMX 3.0 intègre le kiosque du Suffren mais avec des barres de plongées à la manière des Rubis et Scorpène. Le pied de massif semble plus franc. Un bateau aux dimensions moindres que le "Barracuda I" : premier avant-projet des futurs Suffren dans le cadre du programme SMAF (Sous-Marin d'Attaque du Futur (1998 - 2004) qui était une sorte de Rubis augmenté.

Les propositions suédoise et française convergent vers un bâtiment possédant un déplacement en surface d'un petit plus de 3000 tonnes. La Koninklijke Marine rechercherait l'équivalent d'un Walrus remis au goût du jour des dernières technologies. La capacité à opérer par petits fonds pour mener des missions de renseignement et déployer des forces spéciales semble être un point crucial. Les caractéristiques nautiques démontrent moins un besoin de se projeter loin que de se projeter longtemps face à une côte. Les moyens d'action vers la terre semblent ne pas être une priorité, voire même pas une des spécifications demandées car aucun VLS n'aurait été intégré aux deux propositions d'ores et déjà soumises. La France n'a pas proposé le MdCN. Aucune indication ne se dégage encore quant aux capacités de combat en haute mer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire