Facebook

Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





lundi 1 juin 2015

FREDA : Aquitaine Flight II ?

© Wikipédia. Carlo Bergamini.

Libre à nous de consulter l'allocution prononcée par le ministre de la Défense à Lann-Bihoué le 29 mai 2015 pour présenter le volet maritime de l'actualisation de la loi de programmation militaire. Par rapport au document d'informations présentant le projet de lois, ou encore les commentaires relatifs à l'allocation orale, il y a des choses à lire.
Laissons de côté la prochaine "livraison" de la Provence (qui succède au cuirassé Provence (1915-1949) à la batterie principale constituée de cinq tourelles doubles de 340) pour nous concentrer sur le sort des FREDA. 

Dans une autre base de la Marine nationale, l'arsenal de Toulon, le même ministre déclinait en juin 2013 le volet naval du livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2013.  Il était confirmé le "le développement de la FREMM, dont celles à capacité étendue pour la défense aérienne" puisque la Marine se dit incapable de tenir la protection aérienne de la Flotte à moins de quatre unité dédiées à cette tâche.

Il fallait prendre le ministre au mot car en 2015, les ambitions pour la FREDA se précisent. Outre les six FREMM à livrer pour la Marine d'ici à 2019, ce sont d'ici 2022 "deux autres FREMM anti sous-marines seront livrées. Ces dernières auront une capacité de défense anti-aérienne renforcée, par rapport aux premières FREMM." 

Il ne s'agit pas d'une frégate spécialisée dans la défense aérienne mais bien de deux frégates de classe Aquitaine aux capacités de défense aérienne étendues, comme c'était annoncé en 2013. C'est-à-dire que la capacité de lutte anti-sous-marine sera portée au minimum exigé en 1997, soit 8 bateaux, tandis que la protection aérienne de la flotte atteindra elle-aussi son format incompressible de 4 bateaux. 

Sauf que là où le bât blesse, c'est que cette décision entérine un format dissymétrique entre deux Forbin qui sont voués à la défense aérienne du groupe aéronaval, bien que disposant de capacités ASM secondaires, et deux Aquitaine aux capacités anti-aériennes plus légères pour accompagner, par exemple, le groupe amphibie. Le décalage technologique existant dans la défense aérienne de la Flotte depuis 1967, et l'entrée en service du Suffren, est pérennisé.

A priori, nous nous dirigeons pour le plus probable sur la non-intégration du SeaFire 500, le premier radar à faces planes français destiné à la Marine nationale. Le nombre de silos à missiles ne serait pas augmenter mais demeurerait bloqué à 32 cellules (contre 48 pour les Horizon avec un potentiel d'évolution vers 64). 

Ce qui peut surprendre puisque dans cette perspective, nous ne sommes dans la démarche de mise sur cale de deux FREDA. Mais plutôt dans celle de la "croiseurisation" des Aquitaine, c'est-à-dire à leur donner des capacités de lutte égales dans tous les milieux. Et cela était potentiellement applicable à toutes les autres frégates. De sorte que, après les Aquitaine Flight I, nous allons avoir les Aquitaine Flight II

La démarche initiale de l'Italie reprend les études des superstructures des Horizon pour les greffer sur les Carlo Bergamini, la variante italienne des FREMM. Rome équipera toutes ses FREMM d'Aster 30, et non seulement d'Aster 15. Qui plus est, le radar Empar, haut sur l'eau et presque sans masque, doit avoir une certaine portée. Question défense aérienne de la Marine militare, l'Italie aura 10 FREMM et 2 Horizon qui emporteront toutes des Aster 30. Il y a là nombre et polyvalence, ce qui permet d'attribuer une fonction à chacune des frégates accompagnant un groupe naval. 

Dans le schéma qui semble se dessiner à partir d'informations trop rares, la croiseurisation des Aquitaine serait actée mais limitée à deux unités. Par rapport à l'expérience italienne, il ne serait pas inintéressant de se demander si concevoir des superstructures porteuses d'un radar à faces planes pour les FREDA ne serait pas un gain de temps et d'argent en faveur des FTI, dont la première unité est espérée trois ans après la première FREDA ? Cela éviterait de développer, éventuellement, une version augmentée du radar Herakles.

Dans cet ordre d'idée, la croiseurisation des FREMM aurait vocation à s'étendre progressivement à toute la classe lors de refonte au tiers de vie des frégates. La mise en réseau des bateaux porteurs de senseurs et de vecteurs de défense aérienne permettrait par le nombre (2 Forbin et 10 Aquitaine) de corriger la légèreté des caractéristiques individuelles tout en étendant la portée de la bulle. Pourquoi ne pas greffer un sonar remorqué sur les frégates Forbin ? La mise en réseau des sonars est aussi un chantiers des prochaines années. Les cinq FTI (avec lesquelles la France repassera devant la flotte italienne) ne manqueraient pas, à partir de 2023, de venir renforcer une flotte de surface homogénéisée et apporter de nouvelles solutions pour moderniser les plateformes. La bataille de Tsushima (27 et 28 mai 1905) démontrait l'intérêt tactique de divisions navales homogènes.



1 commentaire:

  1. Oui ce serait un pis aller prometteur mais trop onéreux, la priorité des maigres moyens vont à vigipirate, plus porteur électoralement.

    On espérait en 2008 21 frégates plus les 5 Lafayettes. Le but était de disposer d'une flotte homogène pour éviter les micro séries et les coûts qui vont avec. Dix ans et deux livre blancs plus tard on en est toujours aux même travers mais avec moins de navires. Que des micro séries trop coûteuses: 2 FREDA, 2 HORIZON, 6 FREMM, 5 FLF puis FTI. Le seul point positif dans le brouillard est qu'avec les FTI est qu'on va peut être bien avoir quinzes frégates et non pas 10 frégates plus 5 FLF qui sont des patrouilleurs de luxe.

    RépondreSupprimer