Les @mers du CESM


Les @mers du CESM - 19 avril 1944 :

Le cuirassé Richelieu participe au bombardement de Sabang, base japonaise en Indonésie. Le navire français, ayant rejoint l’Eastern Fleet commandée par l’amiral britannique Somerville, prendra part à trois autres opérations visant des bases navales ennemies. Après 52 mois passés en mer, le bâtiment rentre à Toulon le 1er octobre 1944. À nouveau déployé en Asie du Sud-Est l’année suivante, le bâtiment assistera à la capitulation du Japon dans la rade de Singapour le 23 septembre 1945.





mercredi 3 avril 2019

Fragatas Classe Tamandaré (FCT) : Meko A100, batch 2 ?


© TKMS.
La marine brésilienne (Marinha do Brasil) a déclaré vainqueur de l'appel d'offres pour les Corvetas Classe Tamandaré (CCT ou corvettes de la classe Tamandaré) l'entreprise allemande TKMS devant les trois autres finalistes retenus (Xavier Vavasseur, "Germany’s MEKO A100 Won the Brazilian Navy Tamandaré Corvette Competition", Naval news, 1er avril 2019). Le programme CCT manifeste le début de la reconstruction de la flotte de surface de la Marinha do Brasil après celle entamée de la sous-marinade. Le projet géopolitique brésilien dont il faut rappeler les hautes ambitions, entre deux "balcons stratégiques" et une façade de projection, nécessite un outil naval équilibré comprenant une flotte de surface importante (30 escorteurs). Le tout postule d'une volonté de dépasser le statut de marine régionale (3e ou 4e rang) pour atteindre celui d'une marine à vocation mondiale : du 2e rang, comme celles de la France et du Royaume-Uni.

Le Brésil s'est lancé dans un ambitieux projet géopolitique. Schématiquement, il peut être présenté comme une tentative d'obtenir une maîtrise "totale" du territoire et des espaces par un ensemble de programmes dotés dotés d'un fort contenu technologique. Brasilia souhaite projeter entre "balcons stratégiques". Le premier est constitué de l'arrière-pays à l'Ouest dont la maîtrise territoriale doit s'opérer autour du programme SISFRON (SIStema integrado de monitoramento de FRONteiras). Le deuxième, à l'Est, c'est-à-dire en Mer afin de protéger ressources et souveraineté nationale, s'organise autour du deuxième grand programme qu'est le SISGAAZ (SIStema de Gerenciamentoda Amazônia AZul) pour la Mer à l'Est. Le SISGAAZ. Les richesses à protéger et parmi les plus emblématiques sont les hydrocarbures (pétrole et gaz) dont la majeure partie des réserves se trouvent sous le plancher océanique (pré-sal).


S'ajoute à ces deux mouvements un troisième à direction des côtes du continent africain, depuis le Cap vert jusqu'à l'Afrique du Sud. La Namibie n'était que le premier. Sur le seul plan des accords de coopération en matière de défense, le Brésil signait un tel accord avec la Namibie en 1994. S'ajoute depuis d'autres accords signés avec le Cap-Vert (1994), l'Afrique du Sud (2003), la Guinée Bissau (2006), le Mozambique (2009), le Nigeria (2010), le Sénégal (2010), l'Angola (2010) et, enfin, la Guinée équatoriale (2010 et 2013). Cette projection brésilienne participe des ambitions de Brasilia pour un statut accru sur la scène internationale, passant par son accession comme membre permanent au conseil de sécurité des Nations unies.

© Inconnu.
Deux des trois déclinaisons du projet géopolitique brésilien confèrent une place prépondérante à la Marinha do Brasil. Le premier est le SISGAAZ, plus communément désigné sous le vocable d' Amazônia Azul, Blue Amazon ou Amazonie bleue. Il mêle plusieurs administrations et capacités techniques opérationnelles (renseignement d'origine spatial, capteurs aéroportés, terrestres, sous-marins, corvettes, frégates, hydrophones, etc) dans l'optique d'obtenir une maîtrise aéromaritime brésilienne sur un espace constitué de 3,5 millions de km² face à 4600 km de côtes, pouvant être porté à 4,6 millions de km² notamment si la Commission des Limites du Plateau Continental (CLPC) se prononce en ce sens. Cette maîtrise passera par l' "infrastructuration" de la Mer, concept proposé par le CV (R) Lars Wedding. L'Amazônia Azul peut être comparé au Broad Area Maritime Surveillance (BAMS) de l'US Navy dont il est l'une des rares équivalents aussi bien conceptuellement installé. Le deuxième volet correspond aux ambitions internationales pré-citées.

En septembre 2007, le président Luiz Inácio Lula da Silva  réclame pour parfaire le projet géopolitique brésilien une déclinaison géostratégique. L'Estratégia Nacional de Defesa est adoptée le 18 décembre 2008 avec un objectif d'achèvement de ses principales capacités opérationnelles visées à l'échéance 2030. Par voie de conséquence, un Plano de Articulação e Equipamento da Marinha do Brasil (PAEMB) est formalisé en 2009 comme composante navale de l'ambitieux projet brésilien et court sur la même période (2009 - 2030). L'exécution des programmes navals est confiée à la Diretoria de Gestão de Programas Estratégicos da Marinha (DGePEM).

Entre parenthèses, le PAEMB est dans ses grandes lignes très similaires à l'architecture française du plan bleu formalisé par le décret du 29 février 1972 et poursuivi avec des ajustements avec Marine 2000 : c'est-à-dire l'esquisse d'une marine non plus seulement régionale mais bien à vocation mondiale, 2e rang dans la typologie proposée par le professeur Hervé Coutau-Bégarie, donc à égalité avec la Marine nationale et la Royal Navy. La Marinha do Brasil se représente comme la seule force navale régionale capable d'agir dans l'Atlantique Sud, espace que le Brésil essaie de sanctuariser contre les puissances extérieures, comme l'OTAN, par exemple. A la méfiance initiale après la résurrection de la IVe fleet succède, par la grâce du changement de gouvernement, un revirement complet vis-à-vis des Etats-Unis et de l'OTAN avec l'élection le 28 octobre 2018 de Jair Bolsonaro.

© Marinha do Brasil/DGePEM - Contra-Almirante Rodolfo Henrique de Saboia, "Programa de Obtenção de Meios de Superfície (PROSUPER)- Perspectivas para a Indústria Nacional", 2009.
Les deux principales parties du PAEMB sont les PRograma de Obtençao de meios de SUPerfície (PROSUPER) et PROgrama de desenvolvimento de SUBbmarinos (PROSUB). L'ensemble se base sur trois principes simples mais engageants : des achats de bâtiments de guerre dans le cadre d'accord inter-gouvernementaux afin de garantir les financements et transferts de technologies à destination des sociétés nationales avec la participation de chantiers privés pour une construction locale des unités commandées.

Avant toute chose, un mot sur les capacités dédiées à l'intervention servant les ambitions internationales du Brésil. Elles sont régulièrement citées à côté de PROSUPER. Il s'agit d'acquérir deux nouveaux porte-avions d'environ 45 000 à 60 000 tonnes (~ 30 avions de combat plus des avions de guet aérien et des hélicoptères) tandis que les machines de l'aéronavale brésilienne devaient être modernisées et être régulièrement entretenues (Programa de Modernização e Obtenção de Aeronaves) afin d'opérer la jonction entre le NAé Sao Paulo et les futures unités devant entrer en service dans les années 2020 et 2030.

Le désarmement de l'ancien Foch en novembre 2018 et son remplacement par l'ex-HMS Ocean en juillet 2018, rebaptisé NAé Atlântico, laisse symboliquement l'Amérique latine sans porte-avions alors même que les capacités aéronavales brésiliennes réduites à être basées à terre ou embarquées en mer seulement pour les voilures tournantes pourront être employées dans la pratique de manière bien plus réalistes. L'Atlântico est associé aux grandes unités amphibies (un TCD (ex-Foudre), un LST et deux unités amphibies logistiques) qui doivent être elles aussi remplacées par quatre nouveaux bâtiments.

Il convient de rappeler que la doctrine aéronavale brésilienne conçoit le porte-avions comme la pièce-maîtresse d'un groupe aéronaval dont la mission prioritaire est la lutte anti-navire. Le désarmement du
NAé Sao Paulo signifie non pas une perte totale mais partielle de cette capacité puisque reprise par le NAé Atlântico. La commande des 50 EC725 (H225M) en décembre 2008 par le Brésil comprend 16 machines pour la Marinha do Brasil qui peuvent mettre en œuvre des AM39 Block 2 Exocet dont les essais d'intégration ont débuté en 2014. Déployés à partir du nouveau porte-hélicoptères, voire même des bâtiments amphibies, ils apportent une capacité sans pareille dans la région.

PROSUB débutait simultanément à la publication des différents documents stratégiques. DCNS est retenu en septembre 2008 et le contrat est signé le 23 décembre 2018. La cible du programme comprend quatre Scorpène 2000 (devenus SBR (Scorpène BRasil). La cinquième unité de ce programme de construction locale est la coque d'un Sous-marin Nucléaire d'Attaque (SNA ou SN-BR (Submarino Nuclear - BRasil) dont la partie chaufferie nucléaire est à la charge de Brasilia (projet stratégique initié en 1979) : le futur Álvaro Alberto (SN-10) qui devrait être suivi par cinq autres unités selon le PAEMB. Ajoutons à tout cela une nouvelle base navale à Rio de Janeiro et un nouveau chantier naval (Itaguaí). La tête de série, le Riachuelo, est  officiellement lancé le 18 décembre 2018.

La période (2014 - 2024) manifeste une priorité accordée à la flotte de surface car hormis les programmes engagés (SBR et SN-BR), la refonte du porte-avions Sao Paulo a été abandonnée (jusqu'à 1,5 milliards de dollars) et le premier SN-BR serait quelque peu retardé (lancement en 2029 et non plus 2027) tandis que son environnement (dont le chantier naval) serait redéfini pour réduire les flux financiers et humains dont il bénéficie. Il serait notamment question de centraliser l'entretien des cinq sous-marins de la classe Tupi à Itaguaí par la redéfinition du périmètre de la société franco-brésilienne ICN (Roberto Lopes, "EXCLUSIVO: Marinha desprioriza submarino nuclear para investir nos meios de superfície", Poder naval, 8 novembre 2018). Ce qui finira par questionner très bientôt les ambitions sous-marines brésiliennes puisque le PAEMB comprenait à son lancement 15 sous-marins classiques et que les années 2020 devaient concerner la mise sur cale de cinq unités.

La priorité passe donc à PROSUPER comprend la construction d'un bâtiment logistique, de cinq patrouilleurs océaniques et de cinq escorteurs océaniques multi-missions (ASM, DA et AS) de 6000 tonnes.

Aucun programme n'a encore été lancé afin d'acquérir un bâtiment logistique, ce qui laisse seul l'Almirante Gastão Motta entré en service en 1991. Ses 6000 tonnes et son caractère unique peuvent paraître un peu justes pour projeter durablement le groupe amphibie brésilien.

Par opportunité, la Marinha do Brasil s'était portée acquéreuse des trois patrouilleurs océaniques type River commandés par Trinidad et Tobago avant que le contrat ne soit annulé (deux unités étaient pratiquement achevées à cette date) en 2010 pour être repris par le Brésil en 2011. Ils sont en service (2012, 2012 et 2013) au sein de la classe Amazonas. Cela permettait d'atteindre partiellement l'objectif du PAEMB, c'est-à-dire 4 patrouilleurs océaniques sur 18 souhaitées en service dès 2012, bien qu'ils n'aient pas été construit au Brésil.

La Marina do Brasil ambitionnait en 2009 d'admettre au service actif dix escorteurs de facture neuve sur les 30 souhaitées dans le cadre du PAEMB à l'orée de l'année 2031. Les cinq frégates polyvalentes de 6000 tonnes visées par PROSUPER n'ont pas bénéficié de la mise en branle de l'appareil administratif. La présidente Dilma Roussef a même inversé l'ordre des priorités en 2014 en renvoyant ce programme à plus tard, ouvrant la voie au programme des Corvetas Classe Tamandaré (CCT) qui devait leur succéder dans les cales brésiliennes. Il a même été questionné la capacité de l'industrie navale brésilienne à soutenir sur la même période le programme CCT et celui des frégates de 6000 tonnes alors même que Fincantieri était dans une position très favorable (2011-2012) et qu'il aurait même été question de louer des FREMM.

Le
programme des Corvetas Classe Tamandaré (CCT) débute par en 2013 par une demande d'informations (RFI (Request For Information). 21 entreprises et consortiums s'y intéressent. Mais quand la Marinha do Brasil ouvre la phase de demande de propositions (RFP (Request For Proposal) le 19 décembre 2017, seulement 9 d'entre elles y répondent. Les consortiums avaient jusqu'au 18 juin 2018 pour fournir leur proposition détaillée répondant au cahier des charges de la Marinha do Brasil. Quatre consortiums sont retenus en octobre 2018 pour conclure la phase finale, à savoir : Águas Azuis (TKMS/Embraer), Damen-Saab Tamandaré, FLV (Fincantieri Leonardo VARD) et Villegagnon (Naval Group/Enseada).Águas Azuis (eaux bleues) constitué par les entreprises TKMS et Embraer sont finalement retenues officiellement le 28 mars 2019 au terme d'un processus long de six années. Le contrat devrait être signé, comme à l'accoutumée, en décembre prochain. La proposition germano-brésilienne est construite autour d'une Meko A100 de 3450 tonnes à pleine charge dont l'une des caractéristiques notables est l'absence d'un sonar remorqué, ce qui est bien surprenant eu égard aux ambitions géopolitiques et géostratégiques présentées et pourrait donc justifier une évolution des programmes en cours ou sécuriser l'un de ceux à venir.

La proposition italienne avait proposé d'un très fort soutien du gouvernement italien avec la vente de deux FREMM de la Marina militare d'ores et déjà sur cale plus 100 à 200 Centauro 8 x 8 pour 1,5 milliards d'euros (Roberto Lopes, "EXCLUSIVO: Proposta das FREMM soa como ‘promessa vazia’ e fragiliza Fincantieri na MB", Poder naval, 14 février 2019). Solution qui aurait été favorisée par la bonne entente entre le nouveau président brésilien et le gouvernement italien mais qui n'aurait pas eu la faveur de la direction du programme CCT. Deuxième échec de Fincantieri au Brésil qui aura joué deux à contre-courant, contre son gré. Ce qui permettait, toutefois, d'apprendre que la proposition française avait évolué depuis la Gowind 2500 dont la publicité avait été faite jusqu'à la nouvelle Gowind 3000 dont ce serait la première apparition qui est une version augmentée de la précédente. Les Hollandais de Damen étaient donnés favoris avec une proposition centrée sur une SIGMA 10514 : nouvelle défaite d'une proposition réunissait aussi Damen et Saab après celle enregistrée pour le programme belgo-hollandais MCM, le problème n'est peut être pas la France...

La proposition allemande aurait été la plus coûteuse en raison de transferts de technologie quant à la fabrication de la plateforme et la modification des systèmes embarqués plus importants sans compter une participation des industriels brésiliens (40% minimum) jugée plus importantes, tout du moins suffisantes. D'un montant annoncé de 1,4 milliard d'euros, la facture entière serait plutôt de 2 milliards d'euros pour ce qui est dit côté brésilien. La différence s'explique peut être par une question de périmètres : 1,4 milliards pour la construction des corvettes au Brésil, 2 milliards avec les armements ?

En plus, et c'est à noter : les Brésiliens auraient particulièrement apprécié l'attitude sobre et modeste du consortium allemand à l'annonce de la décision.

Le programme CCT devrait être redésigné FCT au cours des prochains mois (Roberto Lopes, "Corvetas classe ‘Tamandaré’ serão redesignadas como Fragatas", Poder naval, 2 avril 2019) : la corveta devenant fregata. Si ce changement d'appellation était bel et bien officialisé en 2019 alors il serait loin d'être anodien puisqu'il a été débattu de l'opportunité de replacer les futures frégates de 6000 tonnes sur le segment des frégates de 4500 tonnes, soit le déplacement des Niterói. Cela n'est pas bien éloigné des 3500 tonnes des Tamandaré et pourrait amener quelques considérations entre un hypothétique batch 2 et la suite donnée aux frégates de 6000 tonnes. Tout dépendra de la manière dont le politique place le curseur sur la programmation navale.

©  Inconnu. Roberto Lopes, "Corveta Barroso: Marinha ainda tem dúvidas sobre modernização", Poder naval, 30 août 2018.

Un des points très intéressants qui touche à l'aboutissement de ce programme est la question des compensations. Hormis les transferts de technologie et les compensations obtenues ou à obtenir pour les industriels brésiliens, des "compensations navales" sont aussi demandées.

Il aurait été question de moderniser la corvette Barroso (Roberto Lopes, "Corveta Barroso: Marinha ainda tem dúvidas sobre modernização", Poder naval, 30 août 2018), cinquième unité de la classe Inhaúma de corvettes (3 en service, 2 désarmés) conçues et construites localement sous assistance allemande. La Barroso a la particularité d'être une version agrandie des quatre précédentes corvettes de cette classe et une version modernisée de celle-ci servait de proposition de l'appel d'offres pour le programme CCT. C'est justement avec la Barroso (entrée en service en 2005) que, selon toute vraisemblance, nous trouvons le dixième escorteur visé sur la période considérée (2009 - 2030/31). Toutefois, un ensemble de considérations dont certaines ambitieuses font que cette modernisation s'apparente parfois à une reconstruction partielle.

Il a été dit (Roberto Lopes, "Corvetas classe ‘Tamandaré’ serão redesignadas como Fragatas", Poder naval, 2 avril 2019) que l'un des objectifs du chef d'état-major de la marine brésilienne, l'amiral Ilques Barbosa Júnior, serait de "rééquiper" trois frégates de la classe Niterói. L'idée est à peine esquissée et s'adresse à des escorteurs qui ont tous, au minimum, 30 ans - déjà - de service. Il ne peut alors s'agir que d'une prolongation du service de quelques années pour faire la soudure avec les Tamandaré ou bien d'une ambitieuse refonte pour leur insuffler de quoi aider à tenir l'objectif de dix escorteurs d'ici 2030 en attendant les frégates de 6000 tonnes.

En effet, la flotte de surface brésilienne comprend seulement une corvette de moins de 15 ans, quatre corvettes (2) et frégates (2) de plus de 20 ans, une frégate de plus de 35 ans et cinq frégates de plus de 40 ans : soit 11 escorteurs dont 6 ont plus que dépassé l'âge habituellement constaté du désarmement et 4 qui atteindront l'âge au cours des années 2020. C'est-à-dire que le programme CCT permettra seulement de remplacer les unités les plus anciennes lorsque les Tamandaré entreront en service (2024 - 2028) de conserve avec la Barroso, soit 5 escorteurs de facture neuve et potentiellement modernisées.

Il est question pour le programme CCT d'un "batch 2" sans que le l'amiral Ilques Barbosa Júnior (ibid) ne veuille préciser s'il s'agira d'une Tamandaré batch 2 ou bien d'un appel d'offres pour des bâtiments similaires, auquel cas il devrait être lancé aux alentours de l'année 2020 pour espérer une entrée en service après la dernière unité du programme CCT (2028), ce qui poserait toujours la question de la capacité de l'industrie brésilienne à lancer simultanément deux programmes d'escorteurs. C'est dans cette perspective qu'il s'agit de considérer les témoignages d'intérêt de la Marinha do Brasil pour le marché de l'occasion afin de tenir la programmation au moindre coût, le marteau étant le coût d'entretien des bâtiments les plus anciens et l'enclume leur âge.

Enfin, Diretoria de Gestão de Programas Estratégicos da Marinha (DGePEM) devrait pouvoir se pencher sur le retour des frégates de 6000 tonnes. Il a été dit (cf. supra) que le tonnage visé de 6000 tonnes était questionné. Il y aurait deux manières pour la Marinha do Brasil d'aborder ce programme une première fois repoussé :

Au prisme des problématiques industrielles et eu égard à l'inversion du calendrier, il sera donc question de l'expérience de la classe Tamandaré : aura-t-elle permise au chantier et à environnement d'acquérir les compétences visées ? En ligne de mire, les Brésiliens s'interrogent sur les capacités de l'industrie brésilienne à engranger des compétences, donc, mais aussi à y recourir pour faire aussi bien - le "batch 2" - voire mieux : construire des frégates de 6000 tonnes. Le curseur politique sera donc aiguillonné du point de vue de la stratégie industrielle sur des questions d'entretien ou de renforcement des acquis visés ou bien sur la conquête de nouvelles compétences. C'est pourquoi les Tamandaré batch 2 et les frégates de 6000 tonnes peuvent partiellement se rejoindre par une version agrandie des premières.

Au prisme opérationnel, la flotte de surface brésilienne n'aligne pas un seul bâtiment spécialisé dans la défense aérienne : uniquement des escorteurs anti-sous-marins (Niterói et Type 22) ou polyvalents. PROSUPER supposait avant toute chose la construction de cinq escorteurs océaniques multi-missions pour appuyer, notamment, un porte-avions. Le retrait du service du NAé Sao Paulo et l'admission au service actif du NAé Atlântico implique une disparition des capacités opérationnelles de défense aérienne entretenue par le premier et donc une déportation de ces capacités sur les escorteurs. C'est pourquoi les frégates de 6000 tonnes pourraient être finalement des bâtiments de 7 à 8000 tonnes (Roberto Lopes, "Fragatas do Prosuper: DGePEM estuda construção no país", Poder naval, 19 février 2018). Le besoin sur ce segment de la défense aérienne d'un group naval constitué exigerait deux plateformes. Cela expliquerait-il la proposition italienne de vendre deux FREMM en plus de proposer la corvette vendue au Qatar comme base pour les Tamandaré ?

In fine, la Marinha do Brasil a une sous-marinade dont l'avenir est assuré par l'industrialisation réussie des Scorpène (SBR) commandés avec à l'horizon le futur SN-BR dont le calendrier est aménagé. Les capacités d'intervention sont vieillissantes mais ont été astucieusement régénérées avec le désarmement du Sao Paulo et l'armement de l'Atlântico. Reste alors deux talons d'Achille : les escorteurs, seulement 4 corvettes et bientôt frégates de la classe Tamandaré sur un besoin exprimé de 10 à 12 escorteurs de facture neuve devant être reçus d'ici à 2030. Il en manque 8. Et une flotte logistique qui se résume à un seul bâtiment, d'un tonnage léger : peu compatabile avec les ambitions affichées. Les flux financiers demeurent modestes et peu comptabibles avec les ambitions du PAEBM, même révisées : est-il raisonnable d'envisager l'acquisition d'un porte-avions de 45 à 60 000 tonnes dans les années 2030 en plus de dix autres sous-marins dont cinq SN-BR et quatre nouveaux bâtiments amphibies, probablement des porte-hélicoptères ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire